Post-production mondialisée

Un ami photographe me fait part d’un mail commercial qu’il vient de recevoir de la part d’un important studio de retouche qui lui propose ses services. Le piquant de l’affaire est que ce studio se situe en Inde, à New Delhi. Il revendique une expérience de 20 ans et assure que ses retoucheurs très qualifiés travaillent dur, sans compter leur temps, pour satisfaire leurs commandes le plus vite possible à un coût raisonnable. On peut envoyer une ou deux photos pour tester gratuitement le savoir-faire de URetouch, et pour ce faire, ils fournissent un login et un mot de passe. Ils espèrent ainsi élargir leur clientèle dont ils assurent qu’elle a déjà une extension mondiale. Pour connaître les tarifs de leurs prestations, il faudrait se servir de leurs modes d’identification, ce qu’on n’a pas forcément envie de faire pour ne pas risquer de se voir ensuite harceler par des relances commerciales.

Cette annonce me fait penser aux propos du gérant d’un studio de photographie publicitaire et industrielle que j’ai rencontré récemment. Il s’inquiétait de l’essor rapide de la 3 D qui, selon lui ne fera que renforcer la concurrence et la mondialiser. Tant qu’il fallait apporter les produits à photographier (pour l’essentiel, des meubles dans ce studio), la plupart des clients s’adressaient à des photographes proches, à tout le moins en France. Avec la 3D, plus besoin du produit : on peut adresser l’image de synthèse de son prototype, avant même d’entamer la production, à des professionnels du montage numérique n’importe où dans le monde. Il évoquait le cas de l’Inde, justement. Actuellement, la concurrence vient surtout de studios espagnols qui pratiquent des tarifs plus bas qu’en France.

On perçoit, à travers ces deux exemples, que la mondialisation des échanges d’images numériques par le biais d’internet menace déjà directement les réseaux locaux de chalandise qui ont permis à nombre de studios ou de photographes indépendants de maintenir jusque-là leur activité. Selon ce gérant de studio, cependant, partager la même langue reste très important pour bien s’entendre avec le client1. « Maintenant, ce qui est sûr, c’est que le client qui voudra des visuels 3D propres, pas cher, on aura du mal. »

  1. « First test us by giving us 1 or 2 sample image and mail us instruction as to what retouching has to be done and we would do it free of cost. we assure that we would be up to your quality mark » – extrait du mail envoyé par URetouch. []

8 réflexions sur « Post-production mondialisée »

  1. Bonsoir.. Sauf erreur d’autres « studios » du même style sont aussi disponibles en Russie et en Turquie, et proposent des prestations de détourage à des prix concurrentiels.
    Je crains qu’on n’échappe plus à l’offensive.. mais il est probable aussi que certains photographes y fassent appel… c’est forcément moins chef que de payer un collaborateur..
    Difficile équilibre où les principes ne font pas toujours le poids face aux impératifs financiers 🙁

  2. Je rejoins les témoignages ci dessus, ça fait également depuis 2007/2008 (c’est aussi à ce moment que je me suis lancé en tant que pro) que j’ai commencé à recevoir les premiers mails d’entreprise de retouches indienne. J’ai du en recevoir une petite dizaine depuis.

  3. @ Sylvain: j’ai plongé dans les profondeurs insondables de mes archives et n’ai malheureusement rien trouvé. Mais par recoupements, je crois pouvoir dire que c’est au début de 2007 que j’ai reçu pour la première fois un mail prospectif d’une entreprise de retouche indienne. Désolé pour ce manque de précision.

  4. @Sylvain,
    Il suffit d’un lien sur un site, d’un partenériat, ce sont des labos qui peuvent effectuer aussi des tirages ou autres, qui démarchent, tout simplement. Imagerie type, j’entends un développement de l’image propre à des standarts et des valeurs internationales en fonction des thématiques: mariage, famille, commercial etc.. après regardons les banques d’images et nous retrouvons tout cela.

  5. @ Luc : « en fonction « d’imagerie type » » : qu’est-ce que ça signifie ?
    A votre avis, comment constituent-ils leurs fichiers de destinataires ? d’où les reprennent-ils ? à qui les rachètent-ils ?

  6. Sans parler des studios indiens, j’ai reçu des mails de labo anglais et américains proposant leur service de post-rod de fichiers raw en fonction « d’imagerie » type.

  7. Cela fait déjà quelques années que les studios de retouche indiens prospectent les marchés occidentaux. Les prix annoncés sont extrêmement bas, à l’échelle des salaires indiens. Un ami photographe, tenté par l’expérience ne l’a finalement pas faite… Problèmes culturels? Manque de confiance pour des travaux tellement bon marchés qu’ils se décrédibilisent?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.