Rentabiliser ses voyages

Libération met en exergue sur son site consacré aux voyages l’extrait d’un livre consacré à la photographie de voyage qui donne explicitement des conseils pour vendre ses photos. Banques d’images, micro-stocks, prestataires de service en ligne, le panorama des possibilités offertes par internet est passé en revue pour « commencer à gagner de l’argent avec vos photos ».

Il est frappant de voir que, désormais, les conseils ne se limitent plus aux aspects techniques et culturels de la photographie de voyage, mais incluent sa valorisation, via diverses modalités de publication et donc de commercialisation.

En écho, ce billet conquérant, posté sur un site destiné aux « virtuoses du marketing », qui affiche clairement la couleur : « exploiter ces photos pour faire de l’argent« , en misant uniquement sur fotolia. Mais le voyageur-photographe en question n’en a cure : il mitraille par précaution (« En faisant 5 photos d’affilée, je suis donc plus ou moins sûr d’en avoir au moins une qui soit vendable. ») et mise sur la quantité (« On n’encaisse pas grand-chose sur la vente d’une photo. Il faut donc miser sur la quantité, et – surtout – sur la durée. Mais de la même façon dont les petites rivières font les grands ruisseaux, les petits gains finissent par faire des sommes importantes sur la durée. C’est mathématique. »).

Entre culture d’internet et culture  du marketing, la photo de voyage se voit donc propulsée ouvertement sur le marché.


7 réflexions sur « Rentabiliser ses voyages »

  1. Pour se détendre, un extrait de billet récent, tiré de l’excellent blog du photographe Frozen Piglet :

    « Je suis tombé par hasard sur un guide Lonely Planet un peu à part qui s’appelle: « Photos de voyage: Comment vendre ses images (nulles à chier) » sur le site voyages-libération.fr. le bien nommé. Après les pigeons des MicroStocks, les pigeons voyageurs alors ?
    C’est un peu ça. Le pigiste qui a rédigé ce ramassis de conneries (je suis sûr que c’est un pigiste et mal payé en plus …) a tout pompé sur internet. L’ennui, c’est que le marché de la photo d’illustration qu’il décrit dans ce bouquin, c’est celui de l’an 2000 à peu près. Depuis les agences ont fermé les unes derrière les autres et la concentration a fait des ravages. À moins d’avoir 100 000 photos d’illustration de premières bourre, t’as aucune chance (sauf si t’as un reportage sur la vie quotidienne en Corée du nord).

    Je vais te dire un truc. Les mecs qui font de la photo d’illustration sur le voyage, c’est des cadors du truc et ils assurent un max. Donc à moins d’être très très très très bon ou très très très très gratuit t’as aucune chance de voir tes photos minables ailleurs que sur ton site de photos de voyage pourri de merde (pauvre con). De toute façon ta petite photo de minorité ethnique dans la montagne que tu regardes en te paluchant devant ton écran Dell (même pas calibré), il y a 300 000 connards qui l’ont déjà avant toi et 300 pros qui l’ont fait mille fois mieux que toi mon petit gros. »

    (Le ton est familier on l’aura compris, mais il y a pas mal de billets intéressants sur ce même blog – faut fouiller un peu –, car « vus de l’intérieur », ce qui n’est pas rien…)

  2. @ Caroline : Je comprends votre réaction. Effectivement, il y a une certaine forme de cynisme ou d’opportunisme à encourager les tourismes à essayer de monnayer leurs photos. C’est probablement moins surprenant de la part de spécialistes du marketing : après tout, la démarche du fondateur de fotolia est exactement celle-là, non ? Mais c’est plus problématique de la part de Libération, qui ne semble pas s’interroger une seconde lorsque site voyages prend le soin d’extraire de ce nouveau guide sur la photographie de voyage précisément ce passage sur les modalités de commercialisation. Le lectorat de Libé serait-il particulièrement intéressé ? Je m’interroge.

  3. oui, j’ai réagi un peu vite, sachant pourtant que le sujet est régulièrement abordé ici.
    j’avais lu le 2è article mais pas le 1er, également excellent.
    En effet, les lignes sont subtiles, et certains pro travaillent comme dans les articles cités, au contraire de certains amateurs ayant une vraie démarche.
    Cela dit, j’ai trouvé les articles que vous citez très choquants.
    C’est quand même une présentation de la pratique de la photo d’une pauvreté absolue, qui fait fi du fait que c’est un « travail », un choix de vie. C’est un peu dur à avaler parfois de voir tout ça balayé d’un « tout le monde peut le faire », et finalement pour proposer quoi en plus? du moins cher.

    Par dela l’intérêt financier (souvent relatif), je me demande si ce n’est pas surtout une satisfaction narcissique qu’en tirent les amateurs en entrant en concurrence avec les pros. Ils réalisent un fantasme.
    (vous me direz, quelle différence avec les pros?? 😉

    Mais je dois certainement enfoncer des portes largement ouvertes dans ces colonnes, pardon si c’est le cas, et comme dit précédemment, cela nous oblige (les pros) à chercher plus loin, ce qui est positif.

  4. @ Caroline : Il faudrait spécifier sur quels créneaux, quels types d’images, certains amateurs entrent effectivement en concurrence avec les photographes professionnels. Sur fotolia, on trouve manifestement une majorité de professionnels. Et dans la presse, à part quelques coups retentissants, la balance penche toujours nettement en faveur des pros.
    Voir le débat fourni suscité par mes billets précédents : « La question des amateurs » (http://culturevisuelle.org/viesociale/1788) et « Photographes : sociologie d’une profession mal connue » (http://culturevisuelle.org/viesociale/783).

  5. Oui, finalement, une boucle se boucle : le public regarde de plus en plus d’images prises par lui-même…
    L’amateur dont la motivation n’est plus l' »amour »(il n’est question ici que d’argent), est-il encore un amateur?
    Il « tue » le professionnel (les banques d’images ont fait des ravages terribles) pour prendre sa place, qui aime bien châtie bien.
    Mais bon, cela met les « professionnels » au défi de chercher d’autres champs à explorer, ça, c’est intéressant.

  6. C’est « les petites rivières font les grands ruisseaux » que rapporte le quelqu’un ? Amusant retournement de problématique. Pas étonnant d’ailleurs, vu le bain incessant dans lequel nous sommes tous pris (prix) de « valoriser » la moindre de nos humeurs (un vent passe…). C’est le tourisme qui veut ça (70 millions d’individus « étrangers » en France tous les ans ?), on « prend » des photos, on les rapporte, on les vend, on gagne de l’argent et on repart en voyage (un jour, certainement, une peuplade « prendra » quelques touristes en otages-(en photo- et on attendra le retour de ces gens, on en postera des lignes, on fera courir le papier et l’encre électronique. Les beaux jours…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.