Professionnels/Non professionnels

Après correction de la balance des blancs par Thierry Dehesdin

Exposition vue au laboratoire Dupon, le 13 juillet 2011 : il s’agissait de la présentation des photographies primées dans le cadre d’un concours européen lancé par l’entreprise Eurazeo.

C’était la première fois que je voyais formalisée ainsi la distinction entre les lauréats professionnels et non professionnels, qui d’ordinaire n’apparaît pas dans les concours ouverts à tous. Même si l’ouverture aux “non professionnels” ne garantit pas forcément que ces derniers ressortent en bonne place à l’issue de la sélection finale.


6 réflexions sur « Professionnels/Non professionnels »

  1. @ Merci Thierry pour ces conseils. Il est vrai que je me suis mis à utiliser ce nouvel appareil sans vraiment me plonger dans sa notice d’utilisation.
    Dans le cas présent, la lumière me semblait la même pour les deux photos et pourtant le rendu est nettement différent. Je vais remplacer la photo jaune par celle que tu as retouchée.
    @ André : Non, les murs étaient également peints d’un blanc éclatant !

  2. Tu as forcément un réglage sur ton appareil en matière de balance des blancs. Les couleurs sont très chaudes et les dominantes sont différentes sur les deux images, alors que logiquement la température de couleur des spots est identique. Soit tu es mode “lumière du jour” (tu devrais sans doute passer en mode balance Auto) soit tu es en mode “balance auto” et ton appareil est incapable de faire le blanc lorsque la température de couleur est trop basse.
    Maintenant si tu aimes la dominante jaune orangée caractéristique de l’utilisation d’un film inversible lumière du jour avec de la lumière artificielle ne touche à rien.

  3. @ Thierry : interprétations plausibles, en effet. Dans le cas de ce labo, comme pour d’autres, il y a urgence à élargir sa clientèle.
    Je n’ai fait aucun réglage particulier sur mon appareil. C’est bien ou c’est pas bien ?

  4. J’ai deux interprétations à te proposer Sylvain. Ce qui marque actuellement l’histoire de la photo, c’est la diffusion des images des amateurs. L’étiquette non professionnel devient un label sur le marché de l’art. Les labos pro doivent trouver vite fait de nouveaux clients pour survivre en raison de l’évolution économique et technique du marché des photographes pro. Les amateurs fortunés sont une cible bien tentante qu’il faut convaincre de passer à la qualité et aux tarifs des labos pro. En fait ces deux interprétations sont complémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.