Un nouveau lieu commun visuel-1

Je relance aujourd’hui mon blog en mettant en ligne le texte de la communication que je viens de faire à Montréal, dans le cadre du 9ème congrès de l’Association internationale pour l’étude des rapports entre texte et image (AIERTI). J’y étais invité par Vincent Lavoie, initiateur et animateur de l’atelier « Photographie amateur et pratiques populaires : Les nouvelles fictions collectives de l’image ».

°°°

Un nouveau lieu commun visuel
Photographie de famille et communication

Le fait que l’immense majorité des familles possèdent au moins un appareil photo et qu’elles s’en servent pour fixer en images les principaux rituels de leur vie privée a contribué à produire depuis des décennies une masse énorme de photos accumulées ou mises en valeur par leurs auteurs eux mêmes. II s’agit là d’une économie proliférante, mais circonscrite à ces unités de production privées que sont les familles. Aujourd’hui, cependant, on voit de plus en plus de ces images présentées, valorisées, reproduites, imitées sur la place publique. Si bien que la photographie de famille ne relève plus aujourd’hui exclusivement de la sphère privée.

Les artistes contemporains ont été probablement parmi les premiers à s’intéresser à ces clichés d’amateurs et à leur iconographie, dont ils ont fait le matériau malléable d’une révision minimaliste de l’art. Je ne souhaite pas aborder ce thème, que j’ai déjà traité ailleurs1. Mais il revêt une grande importance parce que, en propulsant la photographie de famille dans le champ de l’art, les artistes ont contribué à en faire une catégorie d’images légitime, et non plus simplement usuelle, ouvrant ainsi la voie à la réutilisation de cette imagerie par toutes sortes de communicateurs. Ce sont ces usages publics que je voudrais détailler à présent.

« __ss_9042908 »>Lieu commun visuel-Famille-présentation Montréal

View more presentations from maresca-s.

I – Famille = photographie (DIA 1)

Les diapositives sont annoncées dans l’ordre du diaporama proposé ci-dessus.

Par un retournement somme toute prévisible et particulièrement commode, la photographie des familles est traitée désormais comme le substitut visuel de l’idée de famille. Elle en tient lieu dans de nombreuses publications, elle lui sert d’illustration.

J’ai réduit ici l’iconographie à un seul exemple par type d’image ou d’usage abordé. La totalité des images que j’ai rassemblées sur ces questions depuis quelques années (environ 200 images) est en ligne et en libre accès sur Flickr, où j’ai mis en place un groupe auquel chacun désormais peut apporter sa contribution.

DIA 2 : Sciences Humaines, Dossier : « Où va la famille ? », n° 156, janvier 2005 (autoportrait familial de Xavier Lambours).

DIA 3 : Michel Bertrand (éd.), Pouvoirs de la famille, familles de pouvoir, Toulouse, Framespa, 2005 (actes d’un colloque) / Flyer de l’exposition Familles. Tout reste, pourtant tout change, Musée national suisse de Zurich, 2008 : une photo de famille encadrée sur fond de papier peint.

Les deux premières images qui ressortent de l’interrogation de la base Images de Google sur le mot « Famille » (premier essai le 18 janvier 2008, second le 20 avril 2009, donnant les mêmes images) :

DIA 4 : MSA du Nord : une photo de famille (trois générations = protection sociale de tous) en introduction, composée avec des figurants rémunérés (on la retrouve sur le site de la MSA du Tarn et Garonne), mais selon un code de représentation traditionnel.

DIAS 5 : TPE PME.com (site pour les entrepreneurs) : image plus moderne de la famille réduite au couple avec enfant et une pose plus « affective » – visuel repris en 2009 pour illustrer le site du Collectif « Ensemble pour la famille »
+ Camionnette Savelys.

Ces deux visuels apparaissent toujours dans la première page de résultats sur Google Images le 5 juillet 2011, celui de Savelys arrivant en premier.

Incise sur les visuels qui servent à illustrer plusieurs messages :
Par exemple, ce dernier visuel est utilisé par 43 sites différents, en France comme à l’étranger (selon Tineye, interrogé le 5 juillet 2011).

Ces deux clichés, tout aussi composés l’un que l’autre, illustrent bien, dans le registre des images de communication, le passage repéré dans l’histoire récente de la photographie de famille entre la pose solennelle qui prévalait à l’occasion des temps forts de l’histoire familiale et les instantanés plus spontanés qui ponctueraient aujourd’hui la vie de tous les jours. Selon les publics auxquels ils s’adressent, les professionnels de la communication visuelle recourent à l’une ou l’autre de ces deux formes.

La famille ainsi résumée par une photo de famille est de préférence blanche, aisée, heureuse. Elle ne reflète guère la diversité culturelle et sociale de l’ensemble des familles d’un pays comme la France.

La notion extensible d’« esprit de famille » (DIA 6):

Au delà des familles proprement dites, on peut la figurer également dans une équipe ou une entreprise :

DIA 7 : Des photos de famille disposées sur le bureau :
Apicil Entreprises, gestionnaire de régimes de retraite complémentaire (2008) ;

DIA 8 : Ou sur le mode de la dynastie familiale : les dirigeants de l’entreprise NSI
(la pose permet d’opérer la distinction entre les trois membres de la famille et leur collaborateur extérieur).

Les divorces et ruptures familiales (DIA 9):

Illustrés par des photos déchirées, photos de mariage essentiellement :

DIA 10 : Site du Centre de médiation familiale de Montréal / « Pourquoi avons nous divorcé ? », site www.astrosurf.com.
= reprise d’un acte à l’origine privé :

DIA 11 : Clichés privés (vers 1946, publiés dans La recherche photographique, 1990).

Reconstitution de la chaîne visuelle et symbolique :

Temps 1 : Mariage = on photographie le mariage
(là encore, la photographie fait désormais partie intégrante du rituel) :

DIA 12 : En Une de Ouest France, 22 23 janvier 2005 : « Le marché du mariage est à la noce » (la photographie de la mariée (et non pas la mariée ou les mariés), prise par l’un des participants à la noce, et non par un photographe professionnel). /Les statistiques du mariage (www.horizon-mariage.com).

Temps 2 : Divorce (rupture du mariage)= on déchire la photo du mariage :

DIA 13 : Article de Ouest France (9 nov. 2006) sur les séparations ; image composée (photo de mariage déchirée sur fond de tribunal), Archives Vincent Mouchel. / « Consensus sur le divorce », Alternatives économiques, 222, fév. 2004 ; image composée, Pascal Sittler, Réa.

Autres extensions, incluant ou conjurant l’idée de menace sur la famille :

DIA 14 : Affiche gouvernementale pour la prévention des incendies : « Ne laissez pas la vie de ceux que vous aimez partir en fumée ».

A suivre…

  1. Cf. mon article : Le recyclage artistique de la photographie amateur, in Joëlle Deniot, Alain Pessin (sous la dir. de), Les Peuples de l’art, Paris, L’Harmattan, 2006, tome 1, pp. 261 277. []

2 réflexions sur « Un nouveau lieu commun visuel-1 »

  1. Ping : Bilan – 2 | La vie sociale des images

  2. deux remarques qui m’attristent,malgré l’énorme intérêt de ce blog, de ces réactions, des recherches pro:
    – il est très difficile dans certaines provinces,en France, de faire une exposition de clichés argentiques de photographes, pros ou non disparus, quelle qu’en soit la valeur, car il n’y a pas de repères internet ;
    – j’ai vu des personnes sans scrupules recueillir des photos de famille auprès de vieillards solitaires, afin d’illustrer leurs livres, c’est une déviance triste à pleurer.
    JG/mère d’Alix,fille de photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.