Une exposition très visuelle

Depuis le 2 avril dernier, le château de Nantes, qui abrite le musée d’histoire de la ville, consacre une exposition aux Nantais venus d’ailleurs : entendez les différentes catégories d’immigrés qui sont venus s’installer à Nantes depuis la Première Guerre mondiale. “Elle s’appuie sur une démarche inédite et originale de collecte engagée depuis 2008 auprès des Nantais d’origine étrangère, de leurs descendants et familles, et avec le soutien des associations partenaires. Des centaines d’objets chargés de sens et de vie ont ainsi été sélectionnés, et le musée a réalisé une série de témoignages filmés pour conserver la mémoire de ces destins singuliers.”

Ce qui frappe, lorsqu’on la visite, c’est surtout la prédominance des photographies personnelles, extraites d’archives familiales : des portraits tirés en grand sur la façade du bâtiment ou dans l’enfilade de l’exposition,

jusqu’aux très nombreuses photos présentées dans les vitrines.

213 au total. Dans le lot, seulement 63 sont des clichés documentaires. Tous les autres sont des images confiées par les gens eux-mêmes, avec en abondance des photos de famille ou personnelles (104) et secondairement des photos d’identité (461). On distingue un album de famille, une photo de classe et la photo d’une équipe de football.

Par comparaison, les objets divers (86) et les documents écrits (86 également) sont nettement moins nombreux, même si les premiers occupent davantage l’espace visuel de l’exposition.

Celle-ci constitue donc un bon exemple de ces nouvelles formes de présentation de l’histoire contemporaine qui, en recourant largement aux témoignages personnels des personnes qui l’ont vécue ou qui l’ont faite, drainent avant tout des documents visuels, au premier rang desquels des photos personnelles.

Prolongement concret de mon dernier billet.

  1. Le plus gros (25) étant constitué par un ensemble de portraits anthropométriques de “gens du voyage”, fichés par les services de police. []

8 réflexions sur « Une exposition très visuelle »

  1. @ Je viens d’actualiser les illustrations de ce billet avec des photos nettement meilleures que les précédentes.

  2. @ Aude : A mes yeux, il y a une différence entre une exposition photo consacrée aux habitants d’une ville ou d’un quartier – dont la matière est nécessairement composée de portraits des gens, mais des portraits réalisés par un photographe professionnel – et l’exposition historique dont je parle, dont les auteurs, en faisant appel à la mémoire des personnes concernées, ont recueilli quantité de photos personnelles, qu’ils en viennent à exposer en plus grand nombre que les autres sortes de documents. Tel était mon propos : ce devenir-photographie de la mémoire historique, passée au crible de la mémoire individuelle.

  3. Sur la même ligne que PCH : une expo photo sur le thème “Bruxelles ville multiculturelle” présentait le même type d’image (des grands portraits photos de “gens ordinaires”) dans le parc Royal (parc du centre ville, près des grands musées et très fréquenté également par les “eurocrates” – les fonctionnaires européens dans le parler du coin…). En comparaison, la STIB (équivalent du RER) a décoré plusieurs de ses stations de métro/tramway avec des photographies des gens du quartier…

  4. Ne s’agit-il pas d’une une sorte de renversement, ou la l’attestation du document par la photographie serait remplacée par une croyance a priori dans l’intérêt historique d’une image photographique même si rien, finalement, ne vient justifier, consolider ou seulement étayer celle-ci ? Une manière de poser l’affect au 1er plan, pour e dire autrement. Tant, tout le mode n’est pas forcément destiné à croiser personnellement la grande Histoire au cours de sa vie…

  5. @pat3 : J’entends votre propos. Le mien s’attachait uniquement à la forme de cette exposition.

  6. Dans le cas de Nantes, je ne peux toutefois m’empêcher de me demander ce que masque cette exhibition; arrêter le retour au passé à la 2e guerre mondiale, c’est aussi masquer ce que Nantes fut jusqu’au 19e siècle: une plaque tournante du marché de l’esclavage.
    Tous les français nés à l’étranger passent par Nantes pour obtenir leurs papiers d’identité, et ce n’est pas pour rien que la ville a été choisie pour les archiver (car, il est bien étonnant que ce ne soit pas Paris qui concentre, comme d’habitude, ce genre d’information).
    Alors, à mémoire, mémoire et demie?
    Cependant, une autre hypothèse mérite d’émerger: Nantes ayant beaucoup fait œuvre de mémoire lors des différentes commémorations de l’abolition de l’esclavage, elle peut tout simplement passer à autre chose?

    Une histoire (proche) peut-elle en cacher une autre (lointaine)? C’est la question que m’évoque ce billet, à la simple corrélation qu’il fait entre Nantes, histoire, images, et immigration. Il me semble, et la première image d’illustration de ce billet me le confirme, qu’une telle association ne pouvait manquer de provoquer une telle question.

  7. @ PCH : Merci pour cette information. Il se trouve que les Buttes Chaumont était le parc de mon enfance.
    Au delà de ce cas particulier, les exemples se multiplient de ces municipalités, collectivités locales, etc. qui font réaliser le portrait de leur habitants, administrés, etc. pour… Là se pose la question : pour faire quoi ? renouer du lien entre les gens, leur communiquer un sentiment d’appartenance locale, les gratifier d’une once de gloire instantanée ? Tout est possible.
    Ces commandes font travailler des photographes.

  8. C’est un peu en dehors de votre thème mais tout de même : sur les grilles du jardin des buttes chaumont, l’année dernière on avait posé des photos de gens du quartier (un peu une photo de famille voyez…) (ce que la municipalité recherchait, probablement, est ce lien qui, à l’évidence, se tisse grâce à l’image) (c’est que notre mémoire aime à se trouver confrontée à ces réalités fausses que gardent les photographies je crois)( certains – les imbéciles- nomment cette appétence avec condescendance “de la nostalgie”)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.