Un nouveau lieu commun visuel-3

3 – Mémoire individuelle et photographie de famille (DIA1)

On a vu précédemment que très souvent l’idée, au demeurant extensive, de famille, était figurée par des photos de famille. De la même façon, la mémoire individuelle se voit évoquée par tel ou tel cliché extrait des archives photographiques de la famille. La presse regorge ainsi d’articles qui associent le témoignage d’une personne et la photo d’elle ou de parents fixée à l’époque dont elle restitue le souvenir, selon la même combinaison organique de paroles et d’images que fait immanquablement surgir la consultation de tout album de famille : on regarde des images et on se met à raconter des histoires.

DIA2 : Souvenirs de 1936, Ouest France, 3 juillet 2006.

Double intérêt de cette mise en page :

1. On y voit l’aïeule dans l’acte même du récit d’après ou à partir de son album (ou ici de ses carnets, illustrés de photographies) ;

2. Cette femme affirme avoir tout noté pour conserver le souvenir de ces premières vacances extraordinaires, conformément à une culture de l’écrit absolument dominante à l’époque où, de surcroît, les appareils photos étaient très rares dans les classes populaires. Mais le journal préfère donner aujourd’hui la plus grande place aux photographies, conformément à une culture de l’image de plus en plus envahissante, même dans les colonnes de la presse écrite.

(A noter en passant : intérêt de la presse régionale – presse qui joue sur la proximité et l’inter connaissance de ses lecteurs – pour constater l’ampleur de ce recours à la photographie de famille comme support premier de la mémoire individuelle.)

Sous des formes variables, la presse d’information réitère ce cliché sur lequel on voit une personne évoquer une période de sa vie, un lieu du passé ou un parent en exhibant une photographie qui atteste de sa réalité en même temps qu’il en propose une image :

DIA3 : « Toute sa famille a survécu aux camps de la mort », Ouest-France, 21 octobre 2009 / « Madame Jean », portrait de l’épouse d’un ancien directeur des Galeries Lafayette de Nantes, Ouest-France, 6 février 2004.

Lorsque ce raccourci visuel est utilisé pour remonter plus avant dans le temps, il fait appel à des photos plus officielles ou réalisées le plus souvent par des photographes professionnels à une époque où la photographie n’était pas encore communément une pratique d’amateur.

DIA4 : « Jacques et Madeleine Goldstein, le couple miraculé d’Auschwitz », Télérama, 13 avril 2005 (on voit à l’éclat qu’il s’agit d’un portrait sur plaque de verre) / Philippe Guionie, « Ousmane Kassé, Tirailleur sénégalais en Indochine (1954 1956) » – ce photographe « revendique une photographie sociale et documentaire autour des thèmes de la mémoire et des constructions identitaires ».

Ces photos devenues des archives familiales, en même temps que des traces visibles de l’histoire personnelle des individus qu’elles représentent, font l’objet aujourd’hui d’une attention soutenue et d’un désir de conservation que tentent d’exploiter divers opérateurs commerciaux :

DIA5 : Généalographiste, Ouest-France, 6 décembre 2007 / « Je voulais conjuguer le passé au présent » : Publicité pour OneNote, de Microsoft Office 2010, pour réaliser des livres de mémoires (2011).

DIA6 : Logiciel Photos de famille / Playbac Biographie : exemplaire de démonstration, 2007 : « Des livres pour découvrir et partager la vie de sa famille ».

Ainsi se trouve élargie et redéfinie la notion de patrimoine : là où les photographies (de famille) servaient, on l’a vu, à figurer l’idée de patrimoine familial, les voilà à présent élevées au statut de composante principale dudit patrimoine, parées d’une valeur inestimable puisque absolument affective. Les préserver de la perte serait donc devenu pour chacun d’entre nous une urgence et une impérieuse nécessité.

Les souvenirs personnels ont acquis une incontournable façade photographique. Si bien que les photos personnelles, de famille, sont devenues le synonyme visuel de l’idée de témoignage personnel sur le passé, d’histoire de vie et, au delà, de généalogie.

DIA7 : Couvertures de Sciences Humaines : « Les récits de vie », n° 102, février 2000 (reprise de la même photo que pour le catalogue de vacances Renouveau 1999) ; « Souvenir et mémoire », n° 107, juillet 2000.

Réciproquement, photographier les gens introduit souvent une démarche de collecte de témoignages sur leur vie :

DIA8 : « Le Havre raconte les habitants de ses HLM », Ouest-France, 10 avril 2009.

A suivre…

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.