Un nouveau lieu commun visuel-4

4 – Des photos pour l’Histoire (DIA1)

Le motif de la photographie personnelle est utilisé de plus en plus fréquemment par les historiens du temps présent, les archivistes et même les simples mémorialistes. Le mouvement est plus vivace et ancien aux États Unis où il a démarré dans les années 1970. Quantité de musées historiques américains ou de bibliothèques publiques lancent des campagnes de collecte de photographies privées pour documenter des expositions et des publications sur tel ou tel aspect de l’histoire récente.

DIA2 : Common Bonds Birmingham Snapshots 1900 1950, Birmingham Public Library, 2002.

DIA3 : Shades of California. The Hidden Beauty of Ordinary Life. California s Family Album, Berkeley, Heyday, 2001 (catalogue).

En France, la connaissance de périodes comme celles de l’Occupation ou de la guerre d’Algérie a été enrichie ces dernières années par l’accès à des photographies d’amateurs. Ou encore certaines phénomènes sociaux plus diffus, comme par exemple l’immigration :

DIA4 : Exposition Douce France. Mémoire retrouvée, mémoire partagée, Saint Denis, 2004 / Gens du Salto, L’histoire oubliée d’un exode brutal, double DVD (présentant six documentaires dont La photo déchirée), 2005.

Aujourd’hui, le recours aux archives personnelles, en particulier photographiques, procure une matière première de plus en plus valorisée par les documentaristes de toute nature qui entendent présenter au grand public l’histoire contemporaine d’une façon à la fois vivante et personnalisée. On n’y suit plus uniquement les évènements du passé récent à travers des archives inédites (bobines d’actualité, documents officiels sortis du secret…), mais également la manière dont ces évènements majeurs ont été vécus par des individus ordinaires, présentés grâce à des photos et des anecdotes privées. On découvre ainsi des héros inconnus ou de simples comparses, emportés comme tant d’autres dans la tourmente de l’Histoire.

DIA5 : Le « Museu da pessoa » de Sào Paulo, musée virtuel crée en 2003 : « O Museu da Pessoa é um museu virtual de histórias de vida aberto à participação gratuita de toda pessoa que queira compartilhar sua história a fim de democratizar e ampliar a participação dos indivíduos na construção da memória social. »1 / Dominique Loiseau, Marre d’être sages !, Nantes, Centre d’histoire du travail, 2008 : sur l’histoire des femmes et du mouvement ouvrier / Patrick Accolla, Yannick Geffroy, Claude de Vos, L’empreinte des jours. Histoires et photos de famille de deux villages du haut pays niçois : Utelle et Lantosque, Serre Éditeur, 2008.

DIA6 : Appels de Ouest France sur la guerre de 14 18 (« Si vous possédez le carnet d’un grand père, d’un grand oncle, le journal d’une personne demeurée à cette époque là à l’arrière, si vous avez la photo d’un régiment de l’Ouest, faites le nous savoir. » – appel illustré d’une photo et d’un carnet de dessins / et de Libération à propos de Mai 68 – où, cette fois, les photos sont demandées en premier.

C’est également la photographie de famille en elle même qui se trouve valorisée aujourd’hui par des expositions à vocation documentaire, souvent à l’initiative d’écomusées :

DIA7 : Photos de famille, toute une histoire ; Musée de la ville de Saint Quentin en Yvelines, 2008 / Histoires de photographies, de l’argentique au numérique, Écomusée de Saint Nazaire, 2007 + rappel de l’exposition Mariage, images, de la Mission écomusée du Conseil général du Val d’Oise, 1996.

Au delà, il devient courant de voir une commune ou un quartier initier un travail de mémoire auprès de ses habitants qui, désormais, passe immanquablement (mais pas uniquement) par la collecte de photographies privées.

DIA8 : Quartiers à vos Mémoires, Mairie et Archives de Nantes, 21 23 janvier 2005 (détail du programme, avec notamment :
L’album photos des quartiers: « Un décor conçu comme un album photos urbain rues, placettes, bancs publics, réverbères, terrasses de bistrot, plaques de rue… évoquent la ville tandis que des photographies accrochées ici et là rappellent le souvenir de ceux qui y ont vécu. »

Collecte de photos/Atelier numérique : « Vous possédez peut être dans vos tiroirs ou albums de famille des photographies anciennes de votre quartier. Sans crainte de vous voir dépossédé(e) de vos documents personnels, vous pouvez les apporter et les faire numériser pour enrichir le fonds d’histoire des quartiers. » /

« Nous collectons la mémoire des gens d’ici », mission ethnologique du Pays Grandlieu, Machecoul, Lognes (Ouest-France, 12 octobre 2007)

La photographie remplit ici une double fonction : pénétrer dans l’intimité de l’expérience personnelle vécue par les gens et impliquer les individus dans ces projets de restitution de la mémoire collective. De même que la vieille dame raconte à ses petits enfants l’histoire de sa vie en effleurant du doigt les photos de son album, de même cette histoire communicative se raconte publiquement en exposant une sorte de grand album photographique, dans lequel certains se reconnaissent et auquel tous sont appelés à s’identifier.

DIA9 : « Ils sont devenus historiens de leur quartier », Nantes Passion, janvier 2006 / « Claudine raconte l’histoire de son quartier », Nantes Passion, mai 2003 : chacun montre des photos.

La photographie de famille fait donc désormais le lien entre la petite et la grande histoire. Elle sert la mémoire individuelle autant que la mémoire collective.

Fin (pour l’instant…).

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

  1. « Le Musée de la personne est un musée virtuel d’histoires de vie ouvert à la participation gratuite de toute personne désireuse de partager son histoire dans le but de démocratiser et de développer la participation des individus à la construction de la mémoire sociale » – je traduis. []

5 réflexions sur « Un nouveau lieu commun visuel-4 »

  1. Ping : Une exposition très visuelle | La vie sociale des images

  2. « Mais, dans les deux premiers, la famille est plutôt assimilée à une entité jeune, vivante, dynamique. Elle est tournée vers l’avenir et l’innovation. »
    Ca a quand même un coté très rétro, même lorsque les annonceurs font des photos en couleur sur le thème de la photo de famille. On est au mieux dans les années 60 avec des individus blancs et très propre sur eux. 🙂 Je ne suis pas certain que la cible de ces pubs soit perçue par les annonceurs comme une entité jeune, vivante, dynamique. J’ai l’impression que l’on est toujours un peu dans la nostalgie. La nostalgie d’une époque où la famille n’était pas « à ce point fragile et menacée »?
    Est-ce qu’en fait les photos de famille d’aujourd’hui ce ne serait pas plutôt les photos de mes copains sur mon profil Facebook?

    • @ Thierry : Effectivement, par comparaison avec les réalités actuelles de la famille, cette imagerie est plutôt classique, pour ne pas dire conservatrice, nostalgique peut-être. Mais son imagerie sert tout de même des messages, des slogans très actuels, voire modernistes (économies d’énergie, etc.). C’est donc assez ambivalent. Peut-être, d’ailleurs, la famille est-elle une idée largement utilisée par les communicateurs précisément pour son ambivalence.

  3. @ Thierry : Les deux derniers volets de mon exposé s’attachaient à la dimension mémorielle de ces réutilisations de la photographie de famille ou de son imagerie. Mais, dans les deux premiers, la famille est plutôt assimilée à une entité jeune, vivante, dynamique. Elle est tournée vers l’avenir et l’innovation.
    A mon sens, le plus frappant dans tout ça, c’est à quel point la famille peut être devenu un motif universel permettant d’évoquer, de symboliser à peu près n’importe quoi. Y a-t-il un lien avec l’évolution de la société, la ruine des « grandes idéologies » et des fictions collectives ? La famille comme refuge contre tout (alors même que les familles n’ont jamais été aussi fragiles, menacées) ?

  4. « De même que la vieille dame raconte à ses petits enfants l’histoire de sa vie en effleurant du doigt les photos de son album, de même cette histoire communicative se raconte publiquement en exposant une sorte de grand album photographique, dans lequel certains se reconnaissent et auquel tous sont appelés à s’identifier. »
    Ce qui me frappe dans tes exemples c’est que nous cherchons effectivement tous une identité, un passé dans ces photos. C’est d’ailleurs sans doute également ce qui explique le succès du concept « photo de famille » auprès des publicitaires. On pourrait d’ailleurs sans doute étendre cette notion de photo de famille. Le succès populaire des photos de Doisneau tient sans doute en partie à cette volonté de s’identifier à un passé que l’on voudrait sien, même si de toute évidence on est trop jeune pour se reconnaître dans ses photos d’écoliers en blouses grises par exemple. Elles appartiennent à notre famille au sens large, la famille française.
    Alors est-ce que ce succès des photos de famille ne tiendrait pas à ce qu’elles nous renvoient à une famille d’autant plus mythifiée qu’elle appartient à un passé révolu, si c’est vraiment notre famille, fantasmé si c’est l’œuvre des publicitaires ou des photographes humanistes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.