Le Québec en photos

"Venez pour la vue, repartez avec les photos"

Le récent colloque de Montréal m’a offert l’opportunité de passer un mois de vacances au Québec avec les miens. 3800 km de route (« un voyage de Français ! », comme l’a qualifié un ami québécois) et 2056 photos prises par les 5 membres de la famille. Pour avoir centralisé au retour cette production pléthorique, il m’est possible d’en tirer quelques constats et réflexions.

Sur un mois, les scores journaliers ont été très inégaux. Il y a eu certains jours à seulement 30 photos, et même moins, quand certains ont explosé les plafonds : 379 photos ont été prises en seulement deux visites à Montréal (mais pas n’importe lesquelles, j’y reviendrai). Un beau paysage, une simple déambulation dans la ville ne suffisent pas à captiver l’œil de mes enfants, sauf le premier jour où mon fils aîné a mitraillé Montréal – son premier contact avec une ville nord-américaine (108 photos)-, ce qu’il ne fera plus nulle part ailleurs. Les parents se sont montrés nettement plus réguliers que les enfants, qui ont pu laisser passer plusieurs jours sans prendre de photos – mais non sans utiliser leur appareil car ils passent plus de temps à bidouiller leurs clichés dessus qu’à réaliser des prises de vue. Ce faisant, ils usent rapidement les batteries et, la prévision n’étant pas leur fort, il leur est arrivé plusieurs fois de tomber en rade. Qu’à cela ne tienne, il empruntent alors l’appareil de leurs parents.

Un voyage comme celui-là, dans un pays qui allie avec maestria la vocation pédagogique et le sens du commerce, offre une occasion rêvée pour mesurer à quel point le développement des formes multiples d’attractions destinées à capter l’intérêt des enfants tend du même coup à réduire leur intérêt aux seules attractions disponibles. N’allez plus leur proposer de faire une simple ballade dans un parc national où ils pourraient avoir la chance de croiser un ours, un orignal ou un castor : c’est trop long, trop aléatoire (de fait, nous n’avons aperçu très peu d’animaux), trop fatigant. Ils préfèrent regarder la télé.

En revanche, lorsque l’attraction est présente, organisée, concentrée, ils se transforment en photographes frénétiques, comme d’ailleurs l’immense majorité des visiteurs présents : une colonie de fous de Bassan sur une île au large de la Gaspésie, qui vont et viennent, piaillent sans prêter attention aux centaines de curieux venus les observer à moins de deux mètres ; un petit train dans un vaste zoo qui emmène les touristes voir enfin de près les différents types d’animaux de la Boréalie ; la reconstitution sous un dôme à Montréal de différents écosystèmes canadiens et exotiques, combinant les effets de surprise du zoo et de l’aquarium… Dans ces contextes hautement aménagés, les visiteurs se transforment aussitôt en chasseurs d’images, non pas seulement curieux de voir ces animaux sauvages, mais obsédés par le souci d’en capturer l’image avec leur appareil. Ils se mettent à les photographier à tout-va, sans se soucier de ce qu’on pourra distinguer effectivement sur leurs clichés, persuadés que le zoom optique grossira avec netteté le moindre détail (le minuscule singe qui avance sa queue sous une feuille, tout au fond) ou que le mode « Digital SR (anti flou) » permettra à coup sûr de saisir l’ombre fugitive du couguar qui d’un bond traverse son enclos. La visite se transforme en parcours de chasse : il faut en photographier le plus possible, aussi vite que possible, sans s’attarder (à quoi bon prendre le temps de regarder puisqu’on aura les photos). Personnellement, j’éprouve une sensation assez effrayante à voir ces gens brandir tout ce qu’ils ont en main (appareil photo, téléphone portable, caméra, console de jeux…) pour photographier ce qu’ils ont à peine aperçu et, en tout cas, nullement regardé. L’indifférence des animaux devient rassurante dans cette confrontation.

Au palmarès des succès photographiques, les animaux arrivent largement en tête. Ils constituent les attractions majeures. Une seule autre, au cours de notre voyage, les aura détrônés : l’exposition consacrée à Jean-Paul Gautier par le musée des Beaux-Arts de Montréal ! Ma fille a photographié toutes les robes, mais elle n’était pas la seule. On retrouvait, dans cet univers sophistiqué, la même frénésie photographique que devant les fous de Bassan !

Que font-ils de toutes ces photos ? Qu’allons-nous en faire nous-mêmes ? Depuis notre retour, personne ne les a regardées, et s’il est question d’en faire un album, qui s’en chargera ? Techniquement, le déchet sera considérable, c’est sûr.

Avec le numérique, on a vraiment l’impression que la photographie est devenue plus instantanée qu’elle ne l’a jamais été auparavant. Elle s’inscrit et se conclut dans le même instant, sans suite ni projet au-delà. Comme s’il fallait désormais photographier l’instant pour réellement le vivre. On n’est plus dans le « ça a été » de Roland Barthes, mais dans une sorte de futur antérieur, anticipant la trace visuelle qui, tout à la fois, fait exister l’instant et permettra de le voir : « J’y aurai été », puisque je l’ai photographié.


15 réflexions sur « Le Québec en photos »

  1. Oui, bien sur. je la jouais là un peu littéraire forcé.. Ayant en tête le mythe du visiteur qui rêve de se perdre et de se laisser enfermer… Oui, encore, la poussière : on ne la regrettera pas… Mais la surprise de l’inattendu reste je crois ce qui fait qu’on ne fait pas que passer et qu’on en ressort un peu différemment. Bref, c’est mieux si l’on parvient à s’approprier la visite quoi…

  2. @ Dominique : Honnêtement, Dominique, les musées de notre enfance étaient d’un ennui… Personnellement, je me félicite que beaucoup aient fait des efforts conséquents de scénographie et de pédagogie pour faciliter leur accès à un public plus large. La contrepartie étant que, dès qu’il n’y a plus (ou plus assez) de mise en scène, de mise en spectacle, de médiation spécifique, etc., l’intérêt des visiteurs actuels, particulièrement celui des jeunes, chute sans retour.

  3. L’intervention de Thierry Dehesdin rappelle surtout une chose : le plaisir est d’abord solitaire. Ou, pour le dire autrement, le ski hors piste est plus riche de sensations. Le paradoxe des musées (et autres lieux équivalents) n’est-il pas de rendre un peu, beaucoup, très… ennuyeux ce qui était auparavant exceptionnel, avant sa divulgation au plus grand nombre ? Ce que l’on regrette (c’est un ON générique), n’est-ce pas un peu la préhistoire des musées, quand il était possible de s’y perdre sans être bousculé non plus par le flux des « autres » visiteurs. Bref, ce temps où il semble que la découverte était encore possible.

    Une anecdote personnelle : un jour que nous avions visité « tel » musée et discutions d’une œuvre particulière, une amie me dit : « Mais tu aurais dû me dire, m’avertir, que c’était qu’il fallait voir…. ». Je ne lui en ai pas voulu mais, oui, on se sent seul parfois…

  4. @ Thierry : Merci pour cette mise au point que je trouve assez convaincante. « Ce n’est pas parce que tes enfants ne s’intéressent pas aux photos qu’ils ont réalisées, qu’ils n’en ont pas été pour autant plus attentifs à ce qu’ils voyaient. » C’est probablement vrai. Disons qu’il leur faut le prétexte de la photo pour se montrer attentifs. Ou encore, qu’ils dirigent leur attention vers ce qui pourra donner une photo. Ce qui rejoint mon constat que les attractions deviennent leurs seuls objets de curiosité, en particulier parce qu’elles leur offrent un concentré de contenus et de points de vue photographiques.

  5. « pour photographier ce qu’ils ont à peine aperçu et, en tout cas, nullement regardé.  »
    C’est un reproche qui etait fait aux seuls photographes amateurs bien avant le numerique. Dans les annees 60, deja on leur reprochait, lorsqu’ils se livraient aux joies du tourisme, de ne plus regarder les paysages et les populations qu’ils croisaient. On peut sans doute meme dire qu’a l’epoque le monde se divisait entre les touristes avec appareils photos, objet du mepris des « vrais » voyageurs, et les touristes sans appareil photo. On retrouvait le debat que l’on observe aujourd’hui a propos des Musees.
    Ce qui a change, plus que le cout de la photo, c’est qu’aujourd’hui tout le monde a un appareil photo sur soi. Encore qu’il existe sans doute toujours une differentiation sociale entre ceux qui utilisent l’appareil photo de leur telephone et ceux qui ne savent pas et ne veulent pas savoir s’en servir.
    Pour en revenir a ta phrase d’origine, je ne suis pas certain Sylvain que tes enfants auraient plus regarde les animaux sans appareil photo. On a une attente, on voudrait que nos enfants (les autres touristes, les visiteurs des Musees) consomment la culture, les attractions comme nous, mais c’est plus complique. La premiere fois que j’ai emmene mon fils (tres jeune)au Zoo, on etait tres fier de lui presenter les ours, les singes, les fauves. La seule chose qui l’a interessee, c’etait de courir apres les pigeons.
    Ce n’est pas parce que tes enfants ne s’interessent pas aux photos qu’ils ont realise, qu’ils n’en ont pas ete pour autant plus attentif a ce qu’ils voyaient. Ils en avaient fait des sujets de prises de vue. En ce qui me concerne, je suis beaucoup plus attentif si je suis en mode photographe que si je suis en mode visiteur. Ensuite regarder les photos, c’est une autre affaire pour un grand nombre d’utilisateurs. Combien d’appareils jetables ont ete jete sans que leur film n’ait ete developpe? Cadrer une photo c’est signifier l’importance d’une situation a la societe englobante, mais ca reste un plaisir solitaire. Regarder des photos, c’est le plus souvent un plaisir collectif, comme le montre l’utilisation de l’image dans les reseaux sociaux.

  6. Merci pour toutes ces observations intéressantes ! Je suis particulièrement intéressé dans la citation d’Arnaud Claass. Malheureusement la page indiquée du Monde n’est plus active. Auriez-vous une autre référence ?

  7. « Nous ne sommes jamais sûrs de savoir si l’acte photographique enregistre un événement ou si c’est cet acte même qui produit l’événement », écrit le photographe Arnaud Claass dans le dernier numéro de la revue Infra-mince, publiée par l’École d’Arles (présenté dans Le Monde : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/03/la-photographie-de-la-chambre-noire-a-la-matiere-grise_1567380_3232.html). Aujourd’hui moins que jamais.

  8. Pour revenir sur votre conclusion, on peut remarquer que cette temporalité est aussi applicable à l’argentique.

    Dès l’incipit de Critique de la raison photographique (« encre marine », 2009), Jérôme Thélot situe déjà l’avènement de la photographie dans le « futur antérieur » :

    « 1839, l’année où la photographie fit son apparition dans l’histoire universelle, d’abord en Occident puis aussitôt dans le monde entier, aura été l’une des dates capitales de l’aventure humaine […] Si cette première phrase doit s’écrire au futur antérieur, ce n’est pas seulement parce qu’elle formule une hypothèse, ni seulement par allusion au propos central du plus grand poème de Mallarmé […] c’est aussi parce que ce temps du futur antérieur est celui sur le fond duquel le processus photographique produit ses images, en cela toutes structurellement semblables. Ce temps qui donne le photographiable comme en train de disparaître, qui donne le moment de photographier comme décisif, et le photographié comme disparu […] Depuis 1839, les images photographiques sont si conditionnées par la forme du futur antérieur dans laquelle elles trouvent leur temporalité propre, et celle-ci s’impose à travers elles avec une telle autorité captivante, qu’on est tenté de croire parfois, non sans inquiétude, que rien n’aura eu lieu que la photographie […] La question la plus englobante qui préside aux essais composant cet ouvrage est celle de savoir comment et pourquoi la photographie relève de cette temporalité. Il faut, pour y répondre, une réflexion qui soumette à l’examen la raison fondamentale en vertu de laquelle le processus photographique doit produire ce qu’il produit […]  »

    Sur la question du temps photographique, notons également que la même année (2009), Edmond Couchot faisait une intervention sur l’ « évolution du temps photographique. Du passé composé au conditionnel » dans le cadre du colloque sur « L’Image, le sensible et le photographique » dont les actes sont à paraître.

  9. Deux constats peuvent être établis. Premièrement, les grands espaces n’attirent plus la jeunesse (la découverte et protection de la nature, c’est à la télé que ça se passe et, justement, quelle peine inutile que de s’y déplace, puisque justement il n’y a plus grand chose à y voir, donc à y photographier), Deuxièmement, vous aviez oublié d’emmener ou d’acheter un chargeur à brancher sur l’allume-cigare : 3800km, forcément, ça use les batteries… 🙂

    Il reste le parallèle que vous évoquez entre la difficulté à découvrir un espace naturel en y consacrant l’attention et le temps nécessaire et la pulsion à s’accaparer, par l’image, l’espace, urbain ou muséal mais pas « naturel », pour, comme vous le dites, « photographier l’instant pour réellement le vivre ».

    Ceci m’évoque la polémique autour de l’interdiction de photographier dans les musées. Cette polémique n’existait pas sans doute, en ces termes tout au moins, quand, effectivement, il était moins cher d’acheter une reproduction en diapositive que d’investir soi-même dans des ektachromes… Le numérique change la donne, c’est certain.

    Ce qui reste étonnant, c’est que cet accaparement porte sur des objets déjà scénographiés(s. Et la rénovation des musées n’a pas été économe de la chose. Aussi, la cage du félin captif n’est-elle sans doute ps si différente, ici, de la robe de JPG exposée au MAC de Montréal [le site archéologique étant sans doute un objet déjà plus complexe,vu sous sous cet angle / à un autre de vos billets à propos des expériences visuelles de vos enfants].

    Tout comme certains bâtiments ont pu être dessinés et construits pour satisfaire le photographe, on peut se demander si le cadre photographique ne détermine pas quelque peu la conception des diverses muséographies pour, en définitive, proposer des images au photographe plus que des objets au regard.

    Provoqué ou amplifié par la publicité faite autour des « grands évènements ou hauts lieux culturels » le phénomène de déjà vu/sitôt reconnu aurait ainsi toutes les chances de fonctionner. La facilité à reproduire et à diffuser ces images par la technologie numérique ne serait alors qu’une incitation de plus à les réaliser.

    Mais ce n’est qu’une remarque, en passant.

    • @ uthagey : Merci pour cette remarque « en passant », qui me paraît tout à fait pertinente. Les attractions, dont je parle, ne proposent pas seulement un contenu dense et immédiatement appréhendable, mais, effectivement, un point de vue aisément transformable en photographie ou en séquence filmée (je n’ai pas mentionné les touristes qui effectuent leur visite en filmant du début à la fin, passant ainsi tout leur temps à surveiller leur écran au lieu de regarder ce qu’ils filment). La culture télévisuelle me semble avoir formaté le regard des nouvelles générations : séquences rapides, contenu dense, message immédiat. Le monde réel doit se conformer à ces règles de présentation s’il veut avoir encore une chance de capter leur intérêt. Sinon, le registre de l’image construite sur mesure lui est préférée.

  10. @ Hervé : Oui, vous avez raison de souligner ces angles morts de la photo amateur argentique. Mais il me semble que la principale différence se situe au moment de la prise de vue : combien d’instants n’étaient pas photographiés, parce qu’il n’y avait pas de pellicule dans l’appareil ou tout simplement parce qu’on n’avait pas emporté l’appareil. Avec le numérique, prendre une photo tend à devenir un automatisme et l’appareil une prothèse visuelle (presque) toujours prête à entrer en action. Les jeunes en donnent le meilleur exemple : ils photographient quotidiennement quantité de choses, de situations et de gens. Personnellement, j’ai toujours un appareil photo sur moi, ce qui n’était pas le cas lorsque mon seul appareil était un reflex argentique volumineux.

  11. Bonjour,

    Vous avez tendance à oublier les boites à chaussures ou les albums qui n’étaient jamais ouverts sans oublier les pellicules jamais développées…
    Hervé Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.