Cliché

Le Monde, 27 sep. 2011. Photo : Fahad/Reuters

Pour illustrer un article relatant l’annonce par le roi d’Arabie saoudite d’une ouverture du droit de vote aux femmes de son pays, le journal Le Monde a publié dernièrement une photo qui de nouveau montre des femmes voilées en train de prendre des photos avec leur téléphone portable.

Je dis “de nouveau” parce que j’avais déjà eu l’occasion de pointer ce type d’iconographie dans un article de Ouest-France consacré aux révolutions arabes. Je me demandais alors en quoi le fait de montrer des femmes musulmanes voilées dans cette attitude, cette occupation, nous apprenait quelque chose sur le processus politique en cours dans certains pays arabes. Ici, le contraste me paraît plus frappant encore puisque cette photo est légendée par un texte qui n’a aucun rapport avec l’image et qui établit un lien hasardeux entre le fait de photographier et celui de déposer un bulletin de vote dans les urnes.

On peut alors se demander si ce type d’image très photographique – concentrant d’une manière particulièrement visuelle des signes à nos yeux opposés comme la burqa et le téléphone portable – n’est pas en passe de devenir tout bonnement un “cliché”, destiné à illustrer mécaniquement les articles sur le même thème. De même que la crise financière est désormais illustrée presque partout par l’image d’un homme qui se prend la tête devant des écrans remplis de graphiques.

PS : Une recherche rapide sur Google Images révèle que cette photo (en réalité une image       d’archive) a été utilisée auparavant des dizaines et des dizaines de fois sur des sites en langue arabe, sans qu’il me soit possible d’en connaître le contenu. Les rares accessibles en anglais sont des sites féministes.

Capture d'écran du site http://somalianarab.blogspot.com


8 réflexions sur « Cliché »

  1. Ping : Autour du thème "Des images pour informer" - presse à l'école

  2. @Sylvain: C’est aussi ce que j’ai remarqué, on dirait que le desk Reuters prend la première photo qui lui tombe sous la main et rappelant vaguement un début de modernité (appareil photo) dans la condition de la femme saoudienne, puis la colle en illustration d’une news, sans aucun effort pour lisser les deux histoires.
    @Thierry: Je n’ai pas bien compris ce que tu voulais dire. Ce lien prosélyte renvoie à une glose de hadiths sur l’image en islam, où par ailleurs il n’est rien dit des différences importantes entre sunnisme et chiisme sur cette question.

  3. @ Patrick : Le plus surprenant dans le dernier exemple que tu as retrouvé d’utilisation de cette photo à l’appui de l’annonce du droit de vote à venir pour les femmes d’Arabie saoudite, c’est que Reuters commence par donner la légende d’origine de cette photo, puis enchaîne comme s’il n’y avait aucun hiatus avec la brève qui fait l’actualité du jour. Non seulement une photo d’il y a deux ans vient “imager” une actualité d’aujourd’hui, mais encore rien n’est caché de son inadéquation complète avec le nouveau sujet.

  4. La seule indication d’émancipation – mais elle est bien maigre! – réside dans les bras levés de ces personnes, leur permettant de dévoiler des bras nus, couverts de bijoux ainsi que des éléments décoratifs du vêtement. Peut-être que le seul fait de nous rappeler que sous ces métrages de tissus informes vivent de vraies personnes possédant des bras est déjà un signe d’émancipation… invisible à nos yeux d’Occidentaux. Le diable se cache dans les détails.

  5. @ Merci Patrick pour cette précision : en clair, cette photo restitue des pratiques parfaitement conformes à l’idéal féminin et patriotique qui a cours en Arabie saoudite. Rien à voir avec un quelconque motif d’émancipation politique. Ce sont donc bien nos projections mentales d’Occidentaux qui confèrent à cette photo une valeur d’illustration dans le contexte d’un article sur les transformations politiques en cours dans les pays arabes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.