Omniprésence de la publicité – suite

Nous venons d’acheter un baby-foot pour les enfants (pas que pour eux d’ailleurs…). Chaque fois que j’y joue avec eux, je ne puis m’empêcher de river mon regard sur cette bande de publicités collée de chaque côté du terrain, comme sur un vrai stade de foot. Comme si la présence des panneaux publicitaires authentifiait l’arène qui, pour en réduction, n’en serait pas moins ainsi conforme à la réalité.

Il semble que le même type d’affichage se trouve dans les jeux vidéos de foot :


9 réflexions sur « Omniprésence de la publicité – suite »

  1. Merci à tous pour ces précisions. Il en ressort effectivement que le baby-foot est proposé comme la version miniature et domestique du football professionnel. Donc inféodé à la publicité. Rien d’amateur dans tout ceci.

  2. Effectivement les sponsors changent en fonction des compétitions : européenne, nationale et internationale. Il n’y a pas ainsi les mêmes sponsors en coupe d’Europe, en championnat de France et pour l’Équipe de France…
    Après il s’agit bien d’un réalisme de sport professionnel et télévisé. On aurait pu imaginer un jeu de babyfoot à la mode football amateur du dimanche après-midi tel que le pratique bon nombre de gamins 😉

  3. Est-ce vraiment si réaliste dans le cas du baby-foot ? Tous les terrains de foot qui passent à la télé (les seuls qui comptent 😉 sont équipés de dispositifs de publicité évolutive où les annonces sont animées.

  4. Dans le cas des voitures de F1 et je suppose de rallye, il n’y a pas trop de place pour la négociation. Les sponsors sont généralement associés à la durée de vie relativement courte d’un modèle automobile. Dans le cas du foot, je crois que les accords commerciaux sont renégociés régulièrement. Un stade sera aux couleurs de TF1 de Canal, d’Adidas ou de Nike selon les époques, si ce n’est les matchs. A la télé je crois que c’est même encore plus précaire parfois. La retransmission s’accompagnant d’une incrustation des marques en lieu et place de celles qui sont physiquement présentes dans le stade. Ce qui laisse beaucoup de place pour une négociation économique dans les jeux. Mais bon Grégory a l’air de beaucoup mieux maîtriser le sujet.

  5. « Réalisme pour faire joli? » Réalisme pour faire vrai! Une voiture de course sans ses autocollants ne ressemble qu’à moitié à une vraie voiture de course… D’un objet du monde réel, le jouet est supposé reproduire les caractéristiques essentielles. Il semble bien que la présence des marques fasse partie des caractéristiques essentielles de certains univers, notamment sportifs…

  6. Au vu de l’image du babyfoot, je peux vous confirmer qu’il s’agit bien des marques que l’on voit autour des terrains de foot lors de la « Champions’ League » D’ailleurs la présence du logo montre qu’il s’agit bien d’un jouet sous licence officielle.
    Idem pour les jeux de foot sur console, ils négocient auprès de l’UEFA, de la FIFA, des Ligues nationales etc le droit d’utiliser les logos, les noms des joueurs, les noms des clubs etc. et donc probablement l’utilisation des sponsors.

  7. @ Thierry : Il doit y avoir des enjeux financiers, particulièrement dans les jeux vidéos. Mais je n’en sais pas plus. Quant au baby-foot, j’en doute un peu.

  8. Observation intéressante. Je ne connais pas assez le foot pour vérifier si les marques mobilisées correspondent bien à celles qui font de la publicité dans ce contexte, mais si c’est le cas, on peut effectivement évoquer une forme de réalisme, qui existe également dans d’autres domaines, comme par exemple celui des voitures de course, dont les modèles réduits reproduisent marques et sponsors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.