L'évidence du numérique

Fragment de l'image en question

Une étudiante entame un exercice d’analyse d’image par une description formelle élémentaire : il s’agit en l’occurrence d’une photographie noir et blanc, de format rectangulaire, et de taille « 640 x 420 ». Photo manifestement trouvée et récupérée sur internet.

Le seul hic est qu’il s’agit d’un cliché de presse de  1978, donc réalisé en argentique. Cette caractéristique technique de l’image d’origine ne vient pas à l’esprit de cette étudiante pour qui l’interface « naturelle » de consultation est son écran d’ordinateur et la source de ses informations, internet. Encore que ladite source ne soit pas non plus interrogée dans les informations qu’elle pourrait lui donner sur la nature du cliché en question. Dans le cas présent, un filigrane très visible signale que la photo appartient à la banque mondiale d’images de Corbis. Mais cet indicateur n’a pas été perçu par l’étudiante, qui n’a donc pas été regarder du côté de Corbis pour essayer d’en savoir plus sur ce cliché.

Je mesure ainsi l’emprise de l’évidence du  numérique pour les jeunes d’aujourd’hui, qui peuvent difficilement imaginer qu’une photo ne soit pas numérique et qui se satisfont aisément de la présentation instantanée offerte sur internet. C’est d’autant plus paradoxal qu’internet fournit justement une masse inégalée d’informations documentaires sur les images accessibles, dont pourtant peu de cas est fait par ces étudiants. D’autres vont soupçonner des trucages ou des retouches dans les clichés qu’ils ont sous les yeux, parce qu’ils les supposent forcément numériques, donc transformables à loisir, même lorsqu’il s’agit de photos argentiques prises d’un seul coup, d’un seul tenant, sans autre modification de forme.

Bref, le numérique règne en norme absolue dans leur esprit, synonyme de mise à disposition immédiate, mais pas forcément d’information conséquente, et de manipulation potentielle, même lorsqu’il n’y en a aucune. Que peut donner à la longue ce mélange de survol et de soupçon ?


18 réflexions sur « L'évidence du numérique »

  1. Merci de votre réponse. Je vous suis quand vous dites que cela est un piège, mais dans certains cas seulement. Votre exemple de la photo faite en extérieur avec l’option retouche de chromies/contrastes pour simuler la « perfection » (et la vérité) qui se produirait si on attendait le moment décisif (où donc on est tributaire du temps, ce qui est difficilement admissible aujourd’hui), n’entre pas exactement dans le cadre – plutôt publicitaire et/ou promotionnel – que j’imagine pour ce « label ». (C’est pour cela qu’il faudrait préciser, dans une charte, quelles sont les points sensibles à considérer. Par exemple la modification de l’anatomie et des structures d’objets (à l’aide du fameux outil « fluidité » et autres homothéties que permet Phososhop…) ; la modification des textures (de peau notamment, redoutables en cosmétique) ; etc.). Il faudrait que cette charte soit conçue avec un minimum de bon sens, et qu’elle soit applicable dans des contextes de production définis clairement. Reste que je trouve, et je ne suis pas le seul, qu’il y a beaucoup trop d’images retouchées, éhontément fallacieuses, destinée à tromper par une illusoire séduction. C’est souvent la surenchère. Un petit retour à la normale serait peut être une bonne chose, dans certains cas encore une fois.

  2. Personnellement, cette histoire de « vérité photographique » de « procédé officiel qui permettrait de s’assurer que la vérité n’a pas été retouchée », me semble être un piège. Je ne sais pas trop ce qu’est la vérité (et la philo c’est pas trop mon truc), mais le mensonge, la retouche, commence bien avant la prise de vue. C’est autant ce que l’on montre que ce que l’on ne montre pas.
    A la limite un label peut même avoir un effet pervers. On ferait confiance aux photos labellisées. Il faut faire preuve du même discernement, de la même méfiance (ou du même enthousiasme) lorsque l’on regarde une photo que que lorsqu’on lit un article dans un journal. Et la photo retouchée nous en dit autant sur la société englobante que celle qui ne l’est pas.
    En tant que photographe, puisque vous m’avez interpellé ès-qualités :), j’ai du mal à faire la différence entre une attente d’une ou deux semaines pour avoir la lumière qui va sublimer un site, une usine, un bâtiment, et la retouche qui me permettra de susciter le même sentiment chez le spectateur en rehaussant les contrastes et les couleurs d’une photo réalisée un jour où le temps était gris.

  3. @Thierry D. Au thon pour moi ! en effet il s’agit bien d’Epson (que depuis tout petit j’ai tendance à confondre avec Ilford, allez savoir pourquoi – ça m’a joué des tours). Et vous faites bien d’insister sur le côté vaguement suspect de l’affaire, qui ne tolère que les consommable de la marque ; j’aurais tendance à être d’accord avec vous.
    Permettez-moi de profiter de votre présence – comme vous êtes photographe je crois – pour vous demander votre avis sur cette histoire de « vérité photographique » qu’on pourrait revendiquer d’une manière ou d’une autre, et dont je parle un peu plus haut.

  4. « La seule “AOC” que je connaisse en ce monde de l’image est la Digigraphie® (une marque d’Ilford, dont le procédé certifie l’aspect qualitatif d’un tirage en terme de durabilité) »
    Toujours vérifier ses informations 🙂 . La Digigraphie® est une appellation Epson, un peu suspecte du point de vue éthique dans la mesure où cette garantie ne s’applique qu’à des papiers imprimés sur une imprimante et avec des encres Epson et que ce n’est, pour autant que l’on puisse se fier aux tests de vieillissement accélérés, pas la marque qui a les meilleurs performances en la matière.
    http://www.digigraphie.com/fr/index.htm

  5. Hou là oui, c’est un vaste débat le code de déontologie et la « charte de qualité » !Déjà la notion de « profession photographique » que vous évoquez, à elle seule fait couler beaucoup d’encre et de décibels en ce moment, comme vous le savez et comme il en est discuté parfois sur CV. Tout le monde est photographe, c’est fantastique. (Heureusement que tout le monde n’est pas cardiologue, ou architecte, n’est-ce pas ! Mais n’ayons pas peur : à ce rythme il existera bientôt des kit d’anesthésistes et des blocs opératoires à monter chez soi en deux heures…)

    Plus sérieusement : je m’en tiens, dans mon questionnement, à la perspective que vous suggérez dans votre note : celle de la retouche – partant de la « vérité photographique » – uniquement. Sorte de « true photography », à l’instar de la « straight photography » que l’on connaît. La seule « AOC » que je connaisse en ce monde de l’image est la Digigraphie® (une marque d’Ilford, dont le procédé certifie l’aspect qualitatif d’un tirage en terme de durabilité) Mais rien, absolument rien, au niveau de la « propreté déontologique » d’une photographie. Il n’y a actuellement aucun procédé officiel qui permette d’assurer qu’une photographie n’a pas été retouchée. C’est dans ce sens qu’il faudrait creuser. Et là on parle de technique de « surveillance » d’une chaîne graphique. Je suis pas loin de penser qu’un certain nombre d’entreprises, d’annonceurs, seraient prêts à utiliser cette option inédite de production d’image pour garantir la véracité de leur produits « garantis sans retouche » de manière fiable pour le consommateur. Sorte de nouvelle valeur ajoutée, paradoxalement…

    De la même façon, certaines nouvelles agences de « e-réputation » travaillent sur des concepts techniques où l’anonymat sur internet devient quasi impossible (rendant caduques, par exemple, tous les « faux vrais commentaires » (élogieux) diffusés sur les réseaux par les entreprises elles-mêmes…)

    Je me dis que l’aventure du Vrai va peut-être être possible. Faut-il s’en réjouir ? C’est un tout autre débat.

  6. Ou merci, je viens de lire l’ « à propos ». Reste qu’il m’a paru étrange qu’un commentaire passe (le court) et l’autre non, comme si le « passage » dépendait de la longueur de ceux-ci.

    Je pense pour ma part que tout soupçon induit forcément à la méfiance. Ce qui est difficile c’est de concrétiser cette méfiance par la retenue ou le renoncement (à l’achat, par exemple) ; le vulgum pecus se résignant généralement à se laisser manipuler en toute connaissance de cause (ce sur quoi les publicitaires comptent, évidemment). Bien qu’internet, par sa richesse et sa facilité d’accès, offre de quoi s’informer, la plupart des gens soumis à ces apparences – admises comme fallacieuses – n’ont pas le temps ni de vérifier, ni de se documenter sur les « vraies sources », la soi-disant « vérité ». On est dans le grand mensonge et on aime ça, on en redemande presque. Ainsi vont les bateaux sur les eaux noires du monde crédule.
    Je me demande ce qu’aurait comme effet, en cette époque de mensonge globalisé (et accepté par défaut), la mise en place d’un système d’information visuelle « 100% sans retouche », avec procédé ad hoc de production vérifiée, surveillée (de la prise de vue jusqu’à l’impression sur support lambda). Une sorte d’image A.O.C certifiée réelle, où la moindre fraude serait sévèrement punie… (Une idée à creuser, tiens 😉

    • @ NLR : Soyez sûr qu’il n’y a aucun filtrage de ma part dès lors que les commentaires apportent une contribution au débat. Je les accepte dans l’ordre où je les découvre.
      Pour aller dans le sens que vous indiquez, je me demande en effet pourquoi la profession photographique ne se dote pas d’un code de déontologie précis et, pourquoi pas, d’une « charte de qualité » qui lui permettrait peut-être (mais rien n’est moins sûr) de mieux valoriser ses productions, en tout cas de les distinguer du tout-venant de la photo en ligne, sans qualité ni prix.

  7. Ha, excusez-moi.. c’est curieux mais mon commentaire n’est pas passé, alors que mon observation ci-dessus, si ! Donc je reposte (désolé pour le petit ménage à effectuer 🙂

    Je comprends vos questionnements : l’ère numérique conduit, particulièrement en ce qui concerne les images, à l’ère du soupçon. Remarquez que si de plus en plus de personnes ne sont désormais pas dupes des retouches effectuées sur les images (surtout publicitaires, cosmétiques…), elles n’en sont pas moins influencées par elles (vous avez beau expliquer à une demoiselle que la fille qu’elle voit sur l’affiche présentant les collants Untel a des jambes allongées de 25% à l’ordinateur, elle fera tout, même inconsciemment, pour avoir des jambes un peu comme elle… maintenir l’illusion pour son propre compte…). Cela dit, n’oublions pas que la retouche n’a pas spécialement attendu le numérique pour être effectuée sur des images. Et ce depuis les débuts de la photographie… Il y avait des retoucheurs/truqueurs fort talentueux qui oeuvraient pour l’imagerie de propagande ou publicitaire. Ils n’avaient pas photoshop mais un sacré bon coup de pinceau. On a un peu tendance à l’oublier aujourd’hui…

    • @ NLR : Il faut juste me laisser le temps de découvrir les commentaires du jour et de les insérer dans la discussion.
      Le soupçon me semble productif lorsqu’il conduit à se méfier des apparences. Mais je ne suis pas sûr qu’il engage toujours une recherche active de documentation et de vérification. Or, internet offre quantité de sources pour aller dans ce sens et nourrir un soupçon actif. A l’opposé du soupçon passif, improductif.

  8. (Il serait judicieux d’indiquer à l’internaute que les commentaires sont « en modération a priori » ; rien ne l’indique lorsqu’on a cliqué sur la touche « proposer un commentaire », on a tendance à poster deux fois…)

  9. @ Etienne : Merci pour votre réaction d’acteur impliqué dans la situation dont je me suis inspiré pour mon billet. Celui-ci a pris cette séance pour prétexte à un propos plus général, nourri de fait d’autres exemples constatés auparavant.
    Est-ce que beaucoup d’étudiants réalisent qu’une part importante des photos qu’ils trouvent sur internet sont en fait des clichés argentiques numérisés ? Je n’en suis pas si sûr. Dans le cas présent, la notation de la taille de l’image se référait aux normes des fichiers numériques : rien n’était dit sur la dimension originale du cliché.
    Vous me rassurez en signalant que la mention de Corbis vous aurait mis sur la piste des informations de première main concernant cette photo.
    Quant au soupçon de retouche, il a certes été argumenté par un homme plus âgé que la totalité des autres étudiants, mais j’y vois – à tort ou à raison – la résultante, là encore, de la conviction d’avoir sous les yeux une image originellement numérique, c’est-à-dire prise avec un appareil numérique et aussitôt retravaillée sur ordinateur. Ce n’était pas le cas.
    C’est cette évidence-là qui me semble révélatrice, dans les deux cas. Même si, et j’en suis heureux, il y a parmi les étudiants des personnes vigilantes qui ne s’en tiendront pas à ces apparences de pur artefact visuel.

  10. En tant qu’étudiant présent lors de ce cours, je me permet deux remarques.

    Je pense, sans prétention, que j’aurais remarqué la présence du logo Corbis, et je sais que je ne suis pas le seul, ce dernier étant particulièrement visible. L’étudiante n’a pas eu le réflexe d’interroger la source de la photo. Je ne sais si c’est totalement imputable à la culture du numérique, même si je concède qu’elle est particulièrement intégré à notre génération, ce réflexe n’allant pas de soi quel que soit notre âge et le type de document qu’on analyse. J’ose espérer qu’elle n’imaginait pas que la photo était numérique (comme vous le suggérer dans l’article), son objectif étant d’analyser une image d’un événement de la fin des années 70…

    Je tiens aussi à signaler que le soupçon de retouche sur une photo argentique n’est pas le fait d’un jeune mais d’un étudiant-retraité probablement plus âgé que vous… La culture du numérique, et le soupçon de trucage lié à celle-ci, aurait donc dépassé la seule catégorie des jeunes!

  11. Ping : L’évidence du numérique | La vie sociale des images | éducation aux images et aux écrans | Scoop.it

  12. @hervé : Si « paresse » il y a, elle est inscrite dans les outils qui donnent accès à une masse d’informations avec des techniques très efficaces de survol. Aller plus loin requiert ensuite un effort spécifique.
    @jean-rémi : Je parle ici d’étudiants de sociologie qui ne lisent pas de livres d’art et ne doivent pas souvent aller au musée non plus. Mon propos ne se voulait pas grincheux : je suis simplement frappé de constater combien la culture du numérique fait désormais partie intégrante des évidences de cette génération née dans les années 1990.
    @christophe : Je ne pointe par leur « ignorance » : il y a plein de choses qu’ils connaissent à fond dont j’ignore tout. Je souligne combien les commodités de l’information numérique conditionnent leurs comportements.

  13. « les jeunes d’aujourd’hui »?
    Avant eux, il y avait d’autres jeunes, qui étaient déjà ignorants, et il est bien possible que nous en ayons fait partie.

    Je partage votre point de vue ; je me demande cependant ce que nous (« les vieux d’aujourd’hui »?) pouvons y faire. Il faudrait y penser.

  14. Ne soyez pas si grincheux… Paresse, illogisme, certes…

    Vous ne critiquez sans doute pas les livres d’arts parce qu’ils empêchent vos étudiants d’aller au musée ! Et pourtant ils le font et vous le savez.

    Et ils ont bien raison de soupçonner la retouche puisque c’est un phénomène majeur. (et que même les images pré-numériques sont numérisées, parfois retouchées et même réimprimées). Avec discernement certes… De plus, « hâtif » et « soupçon », ces deux mots sont presque contradictoire…

  15. Bonjour,

    N’oubliez jamais la paresse naturelle dans cette absence de recherche notamment sur le site de Corbis avant de taxer le numérique de tous les maux. L’explication la plus simple, ne jamais l’écarter.
    Bonne journée
    Hervé Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.