Obsolescence

La consultation d’une thèse acheminée par le service de prêt inter-bibliothèques vient de me donner l’occasion de mesurer à quelle rapidité certains matériels sont devenus obsolètes.

Je n’avais pas prévu que ce document me serait communiqué sous la forme de microfiches. J’ai donc dû m’installer devant l’appareil de lecture, me faire aider pour en apprivoiser le fonctionnement avant de voir apparaître sur l’écran le négatif de chaque page de cette thèse. Étrange sensation de retrouver une interface technologique d’un autre âge.

Or, pour établir la connexion avec les usages d’aujourd’hui, un scanner spécifique a été ajouté à cet appareil qui permet de scanner les documents visualisés sur l’écran, soit page par page, soit par lots entiers de pages. C’est long (plusieurs heures de scan pour un document de cette taille), mais ça marche.

Confrontation inattendue de technologies : la thèse date de 2000. Elle a donc été dactylographiée sur un ordinateur et imprimée par le biais de logiciels et de matériels informatiques. Puis, elle a été photographiée page par page pour être convertie en microfiches. Et aujourd’hui, nous reconvertissons ces documents argentiques en fichiers numériques pour les réintégrer à notre univers de travail entièrement numérique.

De 2000 à aujourd’hui, seulement 11 ans ont passé. Mais il faut parfois ce type de choc pratique (comment ça marche ? comment vais-je faire ? pourquoi ça prend autant de temps ?) pour réaliser le saut technologique opéré entre-temps.

PS : Il est heureux, toutefois, que les bibliothèques conservent ce type de lecteur de microfiches pour nous permettre d’accéder encore à des documents qui ne sont pas déjà numérisés ou en ligne. Sans parler des livres !


4 réflexions sur « Obsolescence »

  1. L’exemple que vous soulignez montre combien l’obsolescence peut avoir ou ne pas des implications sur la pérennité.
    L’obsolescence de l’information lisible sur support photographique n’a pas d’incidence sur la pérennité des informations qui restent toujours accessibles et transférable vers une autre technique qui est présente dans notre univers.
    Il y a beaucoup plus de difficulté voire une impossibilité à lire une information numérique qui est obsolescente.

  2. Les Archives de France ont conscience du problème depuis un moment déjà, et ce bien avant les années 2000. Seulement, n’oubliez pas que la tâche est immense, on ne peut numériser l’intégralité des documents accumulés en quelques siècles en quelques années seulement. Le défi technologique, sa pérennité et/ou son obsolescence sont aussi un point essentiel des stratégies développées par les Archives Nationales. Parmi les questions, quel format adopter ?
    http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/numerisation/

    • @ FrançoisCS : Je l’imagine bien, c’est pourquoi j’ai terminé mon billet en soulignant combien il était précieux de pouvoir encore accéder à ces documents micro-photographiés, même si le dispositif technique nous paraît aujourd’hui bien lourd au regard des facilités et de la rapidité des outils numériques actuels.

  3. Tout ceci parce qu’en 2000-2001, on n’avait pas encore pris conscience de la nécessité d’archiver également le fichier numérique, ou du moins on n’avait pas mis en place la procédure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.