L'arnaque, ou les joies de la dérégulation

Capture d'écran de Google Images en réponse à la requête "Mode". 337 millions de résultats !

Prenez une agence de mannequins qui recrute régulièrement de nouvelles candidates au statut rêvé de stars de la mode. Pour les lancer sur le marché, l’agence a besoin de leur faire confectionner un book suggestif de leur talent. Elle va donc s’adresser à des photographes. Mais l’astuce consiste à ne jamais les payer.

Voici comment procéder :

– repérer d’abord des jeunes photographes amateurs (le plus souvent encore étudiants), sur le web où ils ont mis en ligne leurs images ;
– leur envoyer les mannequins débutants pour qu’ils réalisent leur book. Ces mannequins les paient en liquide : de 150 à 200 €, fournis par l’agence ;
– utiliser ensuite leurs photos, surtout sur internet, sans leur payer aucun droit ;
– quand lesdits photographes s’en rendent compte et viennent réclamer leur dû, les envoyer paître ;
– s’ils insistent et haussent le ton, les menacer de les dénoncer à l’inspection du travail pour travail au noir, en révélant qu’ils ont reçu de l’argent liquide de la part des mannequins ;
– trouver d’autres jeunes photographes et continuer.

L’agence peut même se flatter de mettre ainsi le pied à l’étrier de ces jeunes ambitieux. Comme ces sites qui proposent des stages non rémunérés pour apprentis photographes. L’expérience professionnelle ainsi acquise est certainement inestimable.

Dans ce cas, sinon dans tous, l’attractivité toujours aussi grande du métier de photographe (dans sa version ô combien idéalisée du photographe de mode) contribue à détériorer les termes de l’échange économique en dévalorisant la production des professionnels qui ont réussi à prendre pied dans le métier et qui s’y maintiennent de plus en plus difficilement. L’arnaque n’est pas nécessairement l’aboutissement du processus global de dérégulation, mais elle en constitue assurément l’une des résultantes les plus néfastes.

Autres billets autour de la profession photographique.


8 réflexions sur « L'arnaque, ou les joies de la dérégulation »

  1. Nous avons connu cela dans notre école. Un élève avait été approché par un « agent » de top modèles. Toutes les photos ont été exploitées et le photographe n’a jamais reçu le moindre centime promis.

    On lui avait promis des sommes importantes pour un étudiant (environ 500 euros) et surtout une possibilité de carrière dans le milieu. Il attend toujours !

  2. Oui : L’Ourlet français, magazine de mode&couture, qui sévit à la fin du XIXe siècle. Vogue a tout pompé sur ce chef d’oeuvre de la presse. (Non, allez, je déconne, peut-être un magazine anglais des années 70 ?, où à l’époque il n’y avait qu’une personne qui décidait d’à peu près tout : le Directeur artistique — tel Alexei Brodovitch, pour le Haarper’s — (fonction qui depuis à quasiment disparu, au profit du maquettiste, des stylistes, et surtout des annonceurs… (halala))

  3. C’est fascinant. Me voila à mon tour tout émoustillé. Connaissez vous l’origine, l’ancêtre de ces magazines Hype? Celui qui inventa ou qui démontra que le concept valait le coup (et le coût) d’être copié?

  4. Je vous en prie. Merci surtout à vous d’avoir accepté un passage un peu copieux. J’essaie parfois, quand l’occasion s’y prête et que j’estime la chose pertinente, de faire connaître HYROK, roman sur l’image contemporaine (au sens large), passé totalement sous silence à sa sortie pour maintes raisons qu’il serait fastidieux et déplacé d’expliquer ici (mais le fait qu’il « tire à vue » sur le monde de la hype et du « spectacle » en est une). Quelques détails, aux personnes qui le souhaitent, sur mon modeste blog (en lien NLR, colonne gauche en haut).

  5. Ho si vous saviez, il n’y a pas que les agences de mannequins (du moins certaines) qui ne payent pas les photographes, ça devient monnaie courante 🙂

    Aussi je ne résiste pas à la tentation de poster cet extrait de roman (HYROK), paru en 2009, sur, entre autres choses, les déboires d’un photographe de mode…

    (…) « Imperméables aux soucis réels qui agitent le monde – car hors du circuit
    économique habituel et situés carrément sur une autre planète –, ces magnifiques
    magazines [il s’agit des magazines dits « hype », ndlr] connaissent aujourd’hui un succès croissant (quoiqu’exclusivement
    auprès des personnes directement concernées et des wannabe :
    stylistes, jeunes photographes, mannequins, assistants, quelques directeurs
    artistiques et autres « chasseurs de tendances »). Très bien imprimés, mis en
    page avec raffinement, rares sont pourtant les annonceurs qui s’y aventurent,
    au vu de la diffusion anorexique dont ils font l’objet. Ce qui en fait des
    sortes de laboratoires expérimentaux, où tout en terme de photographie
    semble à peu près permis. Du porno chic version n°17 (la dernière) aux errements
    stylistiques les plus audacieux, en passant par toute une gamme de phrasés überglamour. Ils sont considérés par les aficionados comme les ultimes bibles en territoire zéro. Caractéristique diablement excitante pourde « jeunes talents » en mal d’expression et de reconnaissance.
    Or une production photo de qualité coûte cher. Imprimer deux cents
    pages sur du beau papier est hors de prix. Pour s’en sortir et boucler l’histoire
    sans mettre ses propres deniers en péril, le fondateur de ce genre d’objet,
    outre qu’il se prenne pour une sorte d’artiste-héros-mécène incontournable,
    ne rétribue personne (sauf, peut-être, une secrétaire-correctrice et encore…).
    Il compte sur l’enthousiasme créatif des gentils « contributeurs », pour qui
    travailler dur pendant une semaine sans gagner le moindre centime ne
    constitue qu’un problème tout à fait mineur au regard du projet fascinant
    auquel ils vont s’atteler. Quant au photographe, à lui de bourse délier pour
    organiser et produire le shooting de A à Z, avec le risque de voir sa série
    estropiée ou carrément refusée. De contrat ? De bon de commande ? Toujours
    pas l’ombre. Une petite série de six pages ? Allez hop ! C’est le photographe
    qui régale ! Au diable l’avarice ! 1 500 euros sur la table ! Juste pour la vitrine.
    Si tout va bien. En espérant qu’un « Gourou de la Créa » remarque les
    images et désigne le photographe comme numéro gagnant pour la prochaine
    campagne Trucmuche (avec une probabilité, vu la masse affolante de titres
    du genre, qui relèverait plutôt de la Française des Jeux). En clair, dépenser
    1 500 euros en billets de loto représente à tous les coups un investissement
    plus sûr. Mais vu que les jeunes photographes courent littéralement après les
    « parutions », seules véritables « preuves » de leur travail sinon de leur talent,
    la mécanique s’huile d’elle-même, ça tourne tout seul, malgré les grincements
    de dents et les petits cris étouffés…
    Autre aspect remarquable, il arrive parfois qu’un « grand » photographe
    – je reviendrai un jour sur ce terme de « grand » – se fende de quelques
    images qu’il parvient à placer sans peine dans un de ces magazines « ultrabranchés
    » ; histoire de prouver que malgré ses jackpots commerciaux c’est
    encore un artiste, et que lui aussi est capable de jeter une nymphette évanouie
    dans les bras musculeux de trois athlètes ghanéens, de les vaporiser d’eau
    pour simuler un effet post-copulatoire. Sa petite joute photographique
    « offerte et signée » aura de plus la faculté de conférer au magazine en
    question une vraie caution auprès de Tous et – avantage non négligeable –
    d’émoustiller ses clients habituels (qui préféreront malgré tout placer leur
    pub dans un journal à gros tirage, faut pas déconner…).
    Étrangement, chacun semble ravi dans ce petit monde effervescent. Les
    « jeunes talents » se retrouvent ainsi, au terme de luttes souvent âpres, avec
    une ou deux séries d’images vraiment étonnantes et publiées. Ils ont l’air
    enchanté ; bien que leur book, lui, soit considéré comme « pas évident du
    tout » en pub : pour prendre un exemple, les pages « Beauté et Accessoires »
    de Pigeon Magazine – avec l’aimable autorisation des éditions Piranhas –
    nous montrent des images pas inintéressantes mais en effet difficiles : caviar
    étalé sur les joues roses d’un mannequin ; mygale (fausse ?) coincée dans la
    tignasse d’une blonde en pleurs qui tient ses lunettes ; cacao saupoudré sur
    les épaules maigres d’une fille chauve ; collier en diamants débordant d’un
    sandwich aux merguez ; longue Russe nubile, peinte au ketchup, posant
    nue avec un sac à main dans une cité du 9-3, etc., etc. Pas très sympa pour
    les filles ? « Ta ta ta !… elles sont là pour ça voyons ! » Visiblement, Topolino
    – ce grand make-up artist marseillais qui ouvrit une vraie brèche dans l’art
    du maquillage – a fait des émules. Espérons que ceux-ci puissent, faute de
    mieux, se tourner avec profit vers la gastronomie expérimentale.
    Quoi penser alors de ces revues hype ? Vitrine pour « jeunes talents »
    fortunés ? Espace détente pour hobbie de luxe ? Comptoir salutaire face à la
    sinistrose ? Fleurs du mal des Temps Modernes ?
    Ou tout simplement foutage de gueule ?
    Les avis sont sur ce point de moins en moins partagés : un petit sondage
    auprès de photographes et d’intervenants qui s’y sont déjà frottés me laisse
    entendre qu’il s’agirait finalement d’une vaste fumisterie organisée, destinée
    à entretenir un vivier sans cesse renouvelé de créatifs affamés, qui s’entredévorent
    sous les yeux amusés de quelques décideurs. Ces derniers, narines
    au vent, humant « l’air du temps » entre deux campagnes de luxe, consentent
    parfois à s’abaisser pour ramasser du bout des doigts un « heureux élu »
    parmi tous ces espoirs ensanglantés. Quand ce n’est pas un « grand » photographe
    qui s’en « inspire » : « Oh Steven ! Oh honey ! You are so inspired today !
    You’re really a genius !… »
    Si bien qu’à part les congratulations réciproques des gentils contributeurs
    qui se jettent sur le « magazine qui les a fait travailler le jour de la parution
    (en kiosque spécialisé, attention !), l’intérêt réel de tels opus, aussi « géniaux,
    créatifs et délirants » qu’ils soient, peut prêter à sourire.

    Pour ma part, ça ne me faisait plus sourire du tout.

    Mais l’important, n’est-ce pas de participer à la fête ? Hein ? Alors…
    Champagne, Nestor ! Champagne ! »

    (HYROK, p.114-116)

  6. Très bien vu.

    Ajoutons que bien des jeunes photographes sont payés « en nature » : au delà du sinistre GWC (Guy with Camera) qui se sert d’un appareil photo pour approcher des jeunes filles, les agences offrent aux apprentis-photographes de venir à leurs soirées en boîte de nuit etc.

    Plutôt que la dérégulation, c’est le numérique qui me semble responsable de cette compétition insensée. Une fois l’investissement dans l’appareil fait, prendre dix photos ne coûte pas plus cher (en argent et en temps) qu’en prendre une – en argentique, il fallait absolument un bon photographe car la pellicule coûtait du temps et de l’argent et on ne pouvait pas se permettre de faire 200 photos pour en utiliser une seule…

    http://davidikus.blogspot.com

    • @ Dadidikus : C’est vrai que le numérique facilite les choses. Mais le numérique sans la dérégulation économique ne produirait pas de tels effets, ni une telle imagination du service sans contrepartie contractuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.