Les mêmes images

Capture d'écran du site de L'Alsace.fr

Ce sont des propos entendus hier soir sur France Inter : un commerçant, victime une nouvelle fois des inondations dans le Var, disait : “Ce sont les même images” que la fois précédente. Je m’attendais à ce qu’il déplore les mêmes dévastations, la même situation, qu’il exprime le même sentiment d’accablement ou de désespoir. Bref, qu’il invoque la réalité de ce qu’il vivait ou sa manière d’y réagir. Non, c’était une question d’images. On aurait cru un journaliste, comme celui de ce matin qui entamait son reportage en évoquant, lui aussi, la récurrence des mêmes images déjà tant vues dans cette région à pareille époque.

Je suis frappé par l’incrustation de cette référence aux images dans les récits des individus qui témoignent des épisodes les plus traumatiques de leur vie. Comme si l’exceptionnel du vécu touchait forcément au registre des médias (qui sollicitent ces témoins), voire du cinéma.

Il est vrai que, sur ce type de catastrophe, les médias produisent toujours les mêmes images, et cela depuis que la photographie a permis à la presse de visualiser l’actualité.


12 réflexions sur « Les mêmes images »

  1. Elle ne peut pas ne pas savoir, il y a encore des traces plein Fréjus, des bouts de barrage et autres …
    C’est sans doute son inconscient qui s’est exprimé.

  2. Que cette personne en parlant “Ce sont les même images” regrettait sans doutes les images du 2 décembre 1959 qui elles étaient franchement différentes.
    Une forme de nostalgie de la vraie notoriété médiatique de niveau mondial.

  3. @ Henri : Merci pour toutes ces images. Pourriez-vous nous expliquer davantage ce que vous avez voulu signifier ?

  4. Les images resurgissent au moment même de la catastrophe. Peut-être parce que le souvenir des situations antérieures a été entretenu par photos et reportages récurrents. Quelque temps après, quand on en sera à l’inventaire des dégâts, aux matériaux gorgés d’eau, au développement des moisissures, etc… on ne parlera plus en terme d’images (mais cela n’intéressera plus guère les médias).
    @ Baudelot : “la représentation du monde est devenue…” ce n’est pas nouveau. C’est le cas des images médiévales, plus largement de tout art religieux : modèle, et aussi mémoire et explication.

    • @ ClaudeFL : C’est bien la pauvreté de ces images médiatiques que leur insistance à se répéter et à figer de la sorte la représentation de ce type de catastrophe. Rien (ou pas grand-chose) après. Mais même sur le moment, rien (du moins je n’ai rien vu de tel) sur la configuration des lieux, le parcours de la rivière qui déborde ; pas de cartes, pas de contexte. Seulement les gens aux prises avec les éléments.

  5. Il faudrait creuser également ce qu’induit la situation d’interview : lorsqu’un acteur ordinaire d’une situation extraordinaire est sollicité par les médias, quelle posture adopte-t-il ? quelle “compétence médiatique” met-il en œuvre en fonction de ce qu’il présume être la demande de ses interlocuteurs ? ceux-ci conditionnent-ils sa manière de répondre ou d’apparaître ? etc. Tout ceci doit jouer dans la récurrence de la référence aux modes de représentation des médias dans les témoignages que nous restituent ces mêmes médias.

  6. C’est un signe de la victoire de la société du spectacle. La représentation du monde est devenue le modèle du monde qu’il nous est proposé de vivre et non sa mémoire et son explication.

  7. Avant, les images avaient la qualité d’être sages et on les donnait aux enfants pour les récompenser de leurs bons travaux à l’école. Aujourd’hui, elles ne nous font plus le même effet, ou le même cinéma : non, c’est aussi que plus personne n’y croit et qu’on se sent, par là, fondé à les employer pour décrire des choses qui nous sont apparues comme irréelles, ou fausses, ou jouées. Peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.