Photographie, sciences sociales et altérité

Photographie : Enrique Santamaria

Je donne ici le texte français d’une interview sur le point de paraître dans la revue catalane en ligne Quaderns-e de l’Institut catalan d’anthropologie. Je remercie particulièrement Nadja Monnet qui en eut l’initiative et qui en a assuré la traduction en espagnol avec Enrique Santamaria.

– Qu’est-ce qui est à l’origine de votre intérêt sociologique pour les images photographiques ? Comme celui-ci s’est-il concrétisé dans vos travaux ?

Au départ, il y a les premières recherches que j’ai faites dans le cadre de ma thèse sur les représentants du monde paysan1. Ces élus professionnels parlent, proposent une image et incarnent d’une certaine façon le groupe professionnel qu’ils représentent. Ce constat m’a amené à faire des enquêtes spécifiques sur la manière dont les dirigeants eux-mêmes sont représentés dans la presse, à la télévision, etc. Je me suis donc d’abord intéressé aux images comme parties intégrantes d’un travail de représentation. Par la suite, j’ai étudié plus spécifiquement l’utilisation de l’image et en particulier de l’image photographique dans certaines opérations de représentation des milieux agricoles2. A partir de là, j’ai commencé à travailler spécifiquement sur les images, délaissant l’intérêt et la problématique sur le monde agricole.

Pourquoi plus spécifiquement les images photographiques ? Parce qu’elles présentent cette caractéristique d’être à la lisière entre le réel – dont elles restituent une empreinte lumineuse – et sa représentation – puisque ce sont des artefacts visuels à part entière. Vous me direz que le film ou la vidéo partagent la même caractéristique. Certes, mais ces deux dernières catégories d’images sont le plus souvent agencées en séquences et accompagnées de sons, de dialogues, voire d’un commentaire qui en explicite le sens. Alors que les images photographiques restent muettes. Elles sont en cela plus proches du document brut, tout en étant déjà engagées dans la représentation des choses. Cette contradiction, ce balancement entre la trace fixée au plus près du réel et la mise en image, entre le document et l’art, fait à mes yeux de la photographie un objet intellectuel particulièrement intéressant. Et d’une certaine manière mimétique de la sociologie qui, elle aussi, balance entre la description des pratiques sociales et la construction d’une vision du monde. C’est d’ailleurs pourquoi j’ai intitulé le livre que j’ai consacré à ces questions : La photographie, un miroir des sciences sociales (paru aux Editions L’Harmattan en 1996).

– Dans cet ouvrage, vous parlez des rapports entre les approches photographiques et ethnographiques au cours du temps. Pourriez-vous nous les présenter brièvement et nous parler concrètement de la situation actuelle, aussi bien en France que sur le plan international ?

C’est une longue histoire. La photographie a attiré les spécialistes des sciences sociales dès que ces disciplines se sont constituées au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce nouveau médium leur apparaissait alors comme l’outil par excellence pour recueillir mieux qu’une description des lieux, des êtres ou des choses, une empreinte fidèle, une sorte de décalque mécanique exempt de déformation. Malheureusement, cette illusion scientiste s’est rapidement fissurée, sans compter que la pratique de la photographie sur le terrain ne donnait pas toujours des résultats très probants. Si bien que l’engouement des sciences sociales pour la photographie a rapidement décliné. Les sociologues l’ont abandonnée au tournant du XXe siècle. Quant aux ethnologues, ils ont continué à prendre des photos, mais sans les exploiter véritablement dans leurs travaux de recherche, et encore moins les publier.

Le renouveau est venu des États-Unis à partir des années 1970, dans la lignée des enquêtes de terrain menées par les sociologues interactionnistes. La photographie, ou encore le film, leur ont permis de fixer et de décrire de multiples phénomènes d’interaction sociale dans des contextes où il est difficile de les observer, particulièrement dans les lieux publics. Le point à retenir est que l’usage de la photographie a pris place dans une démarche descriptive, qui visait davantage à montrer comment les choses se passaient qu’à expliquer pourquoi.

C’est d’ailleurs cette logique empirique qui explique, à mon sens, que la France soit restée longtemps à l’écart de ce courant. Car la sociologie française mérite peut-être plus que d’autres d’être qualifiée de « discipline of words », pour reprendre l’expression de Margaret Mead. La tradition philosophique, qui l’a longtemps inspirée, a fortement contribué à privilégier la construction théorique. Dans cette logique, la photographie pas plus que les données empiriques ne se voyaient reconnaître de valeur en soi.

Les choses ont commencé à changer avec la formation spécialisée des nouvelles générations de sociologues, ainsi que par la place grandissante prise par les images dans la culture occidentale. Les jeunes sociologues contemporains sont à la fois davantage tournés vers les enquêtes de terrain et inspirés par les images qui font partie intégrante de leur culture. Précisons que le film ou la vidéo sont plus fréquemment utilisés que la photographie, en particulier parce qu’ils permettent d’élaborer une forme de restitution des résultats d’une recherche, concurrente ou complémentaire de l’article ou du livre, alors que la photographie, reflet partiel et fugitif, reste bien souvent confinée dans des archives à l’état de document.

– Est-ce que les photographies peuvent rendre compte des altérités sociales ? Si oui, de quelle(s) manière(s) ?

Bien que je sois depuis longtemps très intéressé par les images, je ne pense pas qu’elles aient des vertus heuristiques irremplaçables. Tout dépend de l’usage qu’on en fait. Une description littéraire précise et détaillée permet, aussi bien qu’une photographie, de rendre compte d’un référent réel. Je le répète souvent à mes étudiants qui auraient plutôt tendance à « se laisser aller aux images », précisément parce qu’elles les dispenseraient d’expliciter ce qu’elles donnent à voir.

L’altérité n’est pas facile à voir. Nous sommes plus habitués à reconnaître ce que nous connaissons déjà qu’à distinguer ce qui nous est inconnu. La première façon d’encourager les sciences sociales à rendre compte des « altérités sociales » serait d’y développer l’observation, particulièrement en sociologie où sont privilégiés les questionnaires ou les entretiens, qui permettent de recueillir des discours sur les pratiques plutôt que d’observer les pratiques elles-mêmes. Or, bien souvent, les pratiques ne coïncident pas avec les discours, du moins pas complètement.

Recourir aux images, en particulier photographiques, peut constituer une aide précieuse à cet égard en nous aidant à mieux voir. L’exemple des spécialistes des sciences de la nature serait à méditer : ils se consacrent depuis des siècles à décrire ce qu’ils voient, avec une prédilection particulière pour la découverte de ce qu’ils ne connaissent pas encore. Voir sans savoir ou, plus exactement, sans déjà savoir est l’une de leurs grandes ressources. Pour ce faire, ils utilisent les images à profusion, particulièrement celles qui, comme la photographie, fixent des traces des phénomènes observés. Il est toujours difficile de bien voir en situation car nos facultés d’attention sont limitées et notre curiosité immanquablement sélective. Alors qu’examiner à tête reposée une ou plusieurs traces fiables d’un phénomène permet d’y repérer certains détails passés inaperçus et donc d’enrichir, de complexifier la représentation que nous nous en faisons. Ainsi, le recours aux enregistrement visuels (ou encore sonores) permet de densifier les observations et de ne pas manquer le détail détonant ou l’arrière-plan inattendu qui vont ouvrir notre réflexion sur d’autres pistes.

Photographier ou filmer impose d’y aller voir de plus près. La présence du chercheur sur le terrain devient obligatoire (ce qui est loin d’être toujours le cas dans les sciences sociales). En outre, la production d’images intéresse les gens concernés. Le plus souvent, ils veulent savoir pourquoi ces images sont faites, dans quel but, dans quel esprit ; ils entendent s’en mêler. Leur implication devient un facteur de découverte. Sans compter que l’enquêteur peut encore s’ouvrir d’autres portes en leur montrant les images réalisées : leurs réactions sont toujours significatives, qu’elles soient positives ou négatives. Ce qui s’engage, dans ces échanges (pas toujours faciles), c’est une confrontation de regards plutôt qu’un examen surplombant ; le chercheur confronte son approche, voire ses interrogations, à celles des personnes qu’il étudie. Ce faisant, il en fait véritablement des « autres », au lieu de les réduire à de simples représentants de catégories pré-construites. Finalement, je dirais que la prise en compte des « altérités sociales » est une question de posture plutôt que d’outil. Mais l’obstination des traces photographiques à fixer ce que nous ne discernons pas tout autant que ce que nous sommes disposés à voir peut en faire les auxiliaires précieux d’une posture curieuse sans exclusive.

– Pour vous, quels sont les travaux (œuvres, ouvrages, recherches) clés quant à un usage original et complémentaire du texte et de l’image photographique pour comprendre les sociétés contemporaines ?

Dès son lancement en 1975 par Pierre Bourdieu, la revue Actes de la recherche en sciences sociales avait proposé une maquette originale combinant texte et documents. « (…) La science sociale doit non seulement démontrer mais aussi montrer, présenter des enregistrements de l’existence quotidienne, photographies, transcriptions de discours, fac-similés de documents, statistiques, etc., et faire voir, parfois par un simple effet graphique, ce qui s’y cache. » (extrait de l’éditorial du premier numéro). Rapidement, toutefois, ce souci louable « de donner accès à l’atelier » de la science en train de se faire a créé un style graphique, devenu au fil des ans la marque de fabrique de la revue, imposant aux auteurs des normes de présentation de leurs textes aussi restrictives qu’ailleurs.

Dans cette revue, Alban Bensa a donné un aperçu d’un travail de recherche tout à fait original dans sa restitution : Balinese Character, publié en 1942 aux États-Unis par Gregory Bateson et Margaret Mead3. Ces deux anthropologues avaient présenté les résultats de leur longue enquête sur le terrain sous la forme de planches photographiques accompagnées de légendes précisant la nature des scènes représentées et leur interprétation. Ce véritable roman-photo ethnologique est un cas unique dans la littérature des sciences sociales, jamais imité depuis.

En fait, la combinaison texte-image semble généralement fuie par les auteurs. Par ceux, les plus nombreux, qui privilégient le texte. Mais également par ceux qui privilégient l’image. Ce n’est pas un hasard si le film a acquis autant d’importance dans l’ethnologie visuelle : il permet en effet d’évacuer la page imprimée et d’incorporer le commentaire aux images, renversant ainsi la hiérarchie traditionnelle. Les chercheurs adeptes de la photographie s’en sortent moins bien car ils demeurent assujettis à l’emprise du texte sur la page : la plupart des photos publiées se réduisent à de simples illustrations. Parfois, l’image prend le dessus, l’ouvrage devient alors un album de photos, limitant le texte à une introduction ou une postface. Dans tous les cas, l’articulation texte-images reste le maillon faible.

Ces limitations sont certainement dues à la rigidité formelle de la page imprimée. Les coûts de maquettage et d’impression d’images dans le corps d’un texte n’arrangent rien.

Dans ces conditions, n’est-il pas temps de nous tourner beaucoup plus résolument vers les ressources de la mise en forme numérique afin de gagner en liberté de présentation et en richesse de contenu ? Les CD-Rom, les sites internet offrent désormais de grandes possibilités d’agencer des documents de toute nature avec des liens multiformes, tout en ménageant des niveaux de lecture différenciés. On peut y suivre le déroulement linéaire d’un texte, mais également bifurquer vers des compléments ou encore aller regarder des illustrations, puis revenir à son point de départ ou rebondir ailleurs. Il serait donc possible, sur un support numérique (par exemple une revue électronique comme la vôtre), d’élaborer des textes nourris d’images dans un rapport d’interaction permanente, laissé toutefois au gré du lecteur. Car les liens hypertexte revêtent seulement un caractère incitatif. Ainsi, le lecteur pourrait, s’il le désire, pénétrer dans l’« atelier » de l’auteur au fur et à mesure de sa lecture, mais tout aussi bien revenir sur des documents déjà vus pour les réexaminer et du même coup reconsidérer l’interprétation qui lui en a été donnée, etc. D’autres dispositifs, sur le modèle des blogs, lui permettraient même de réagir au texte lu. C’est dans cet esprit que j’expérimente depuis déjà deux ans mon blog sur Culture visuelle.

– Dans l’enseignement des sciences sociales, quelle est la situation actuelle des usages heuristique et méthodologique de l’image photographique ? De quelle manière cet enseignement devrait-il être envisagé ?

En France, on commence à voir se développer, en dehors des deux-trois noyaux traditionnels de l’anthropologie visuelle, diverses initiatives destinées à former les étudiants aux utilisations possibles des images, fixes ou animées, dans le cadre de leurs enquêtes de terrain. C’est encore marginal, mais en voie de développement. Les étudiants, dont la culture est désormais autant, sinon plus, visuelle que textuelle, apprécient cette ouverture vers le monde des images qui leur est familier. Le fait qu’ils utilisent eux-mêmes couramment dans leur vie personnelle des appareils photos numériques ou les possibilités de leur téléphone portable pour filmer autant que photographier accroît l’attrait de ce type de formation méthodologique. Il reste à éviter l’écueil de l’image en soi, pour soi, pour ancrer cet outil dans le travail de terrain, en l’articulant avec les méthodes traditionnelles des sciences sociales. A cet égard, il est utile de montrer aux étudiants que la réalisation d’images n’implique pas forcément une approche qualitative, pour ne pas dire subjective, mais qu’elle peut alimenter également une sociologie quantitative, par exemple grâce au traitement statistique de séries de clichés réalisés systématiquement dans un même contexte social. Le plus important me semble être que la photographie (ou le film, ou encore le multimédia) ne devienne pas le dernier gadget à la mode, celui qui va attirer les étudiants vers la sociologie ; mais qu’elle intègre la palette des méthodes d’enquête en y apportant sa contribution spécifique, sans prétendre non plus révolutionner la démarche des sciences sociales.

– Quelles stratégies pédagogiques, quels « trucs » utilisez-vous pour promouvoir la photographie dans les travaux de vos étudiants ?

J’enseigne au sein d’un cursus de sociologie généraliste dans lequel la thématique des images reste très minoritaire. Rien n’y prépare les étudiants à utiliser la photographie. Nombre de mes collègues n’en verraient d’ailleurs pas l’intérêt.

En revanche, les étudiants se montrent toujours intéressés par la description et l’analyse de la place et de l’emprise des images qui envahissent leur vie de tous les jours. C’est un premier point d’appui pour en attirer ensuite certains vers l’utilisation des images comme outil d’enquête. Mais de là à partir photographier sur le terrain, le saut leur semble difficile à faire. D’une part parce que beaucoup redoutent l’épreuve du terrain, quelle que soit la méthode adoptée. D’autre part parce, paradoxalement, ils ne maîtrisent guère la prise de vue photographique. Photographier peut se révéler pertinent pour peu, en effet, que les photos soient bonnes ! Dans les universités où la formation se révèle attractive et efficace, les étudiants suivent directement les conseils techniques d’un professionnel de l’image. Car photographier (ou filmer) s’apprend. C’est d’ailleurs en insistant sur les contraintes techniques de la mise en image que l’on peut défaire les étudiants de leur « romantisme » visuel – qui voudrait que les images soient par principe intéressantes et puissent se substituer au texte – pour les amener à les considérer comme un autre langage qu’il importe de maîtriser. A défaut de pouvoir mobiliser un professionnel au service de mes étudiants de master, je m’emploie à leur faire rencontrer certains photographes ou cinéastes qui peuvent leur expliquer leur démarche et leur en montrer les résultats4.

– Finalement, aimeriez-vous ajouter quelque chose qui vous tient à cœur et nous n’aurions pas évoqué au cours de cet interview ?

C’est probablement une gageure que d’encourager l’utilisation des images dans les sciences sociales puisque nous avons tous l’expérience des dérives engendrées par le règne souvent abusif des médias dans l’information et la communication. Nous sommes parvenus à un stade où l’on peut dire que, pour l’immense majorité d’entre nous, la vision précède l’expérience. Quelle que soit la partie du monde, le pays, la question d’actualité, nous en avons déjà vu quelque chose avant même d’en rien savoir. Si bien qu’on peut se demander si cette vision, largement conditionnée par les médias et véhiculés en bonne part au moyen d’images, ne nous tient pas lieu désormais d’expérience personnelle. Que sais-je de l’Afghanistan ou du Darfour, sinon ce que ce que m’en montrent la télévision et les médias, en tout cas rien par moi-même, sauf si je prends le risque d’y aller. La question est de savoir comment le citoyen ordinaire, moi, vous, peut faire pour contrôler un minimum ou pour avoir au moins l’impression de maîtriser un minimum les informations dont il dispose et se faire sa propre opinion. Cela devient extrêmement difficile.

Familiariser les étudiants en sciences sociales avec l’utilisation des images, voire leur apprendre à en produire peut se révéler extrêmement utile pour leur faire toucher du doigt l’alchimie si convaincante des images dont nous abreuvent les médias. Et aussi, bien sûr, les amener à se défaire des illusions véristes qu’alimentent ces images diffusées dans le monde entier. Sous ce flot, l’Autre tend à disparaître puisqu’il est déjà pré-vu. Rechercher par soi-même comment le représenter, donc comment le faire apparaître, c’est profitable non seulement à la connaissance des complexités de nos sociétés, mais encore à la formation de citoyens lucides, critiques et actifs dans un monde où les médias tendent à engendrer le conformisme et la passivité. Car nous ne formons pas que des sociologues.

  1. Cf. Les dirigeants paysans, Paris, Minuit, 1983. []
  2. Cf. L’Autoportrait. Six agricultrices en quête d’image, Toulouse-Ivry, PUM-INRA, 1991. []
  3. Cf. Gregory Bateson, «  Les usages sociaux du corps à Bali » (Présentation d’Alban Bensa), Actes de la recherche en sciences sociales, n° 14, avril 1977, pp. 3-33 ; en ligne. []
  4. Sur l’intérêt d’une confrontation avec des professionnels de l’image, cf. mon article « Photographes et ethnologues », Ethnologie française, 2007, XXXVII, 1, pp. 61-67 ; en ligne. []

6 réflexions sur « Photographie, sciences sociales et altérité »

  1. Le dernier paragraphe fait écho avec la thèse d’Orwell sur le novlangue, ici appliqué à l’image. Le drame, c’est que les trajectoires proposées par les media en terme d’affaiblissements de la langue et des images se rejoignent.

  2. Ping : Anthropologie et Photographie: Photographie, sciences sociales et altérité «

  3. Ping : Photographie, sciences sociales et altérité | La vie sociale des images | Livres photo | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.