Une visite sérieuse

Il faisait très beau samedi au Parc oriental de Maulévrier. De nombreux visiteurs s’y pressaient pour admirer cette nature mise en forme par la main ferme et experte de jardiniers inspirés des techniques japonaises. En même temps, la chute des feuilles bousculait cet agencement serré en le parsemant au hasard d’amas et de couleurs imprévus. La nature jouait avec les jardiniers.

Sur le parking, deux dames d’un certain âge se préparaient à y entrer lorsque l’une d’elles s’arrêta et lança à l’autre : « On a oublié de prendre l’appareil photo. Il faut qu’on retourne le chercher, sinon ce n’est pas sérieux. » Et nos deux dames de repartir jusqu’à leur voiture prendre cet appareil sans quoi elles ne pouvaient plus concevoir une visite digne de ce nom.

A l’intérieur, tous les visiteurs ou presque photographiaient, chacun avec ce qu’il avait. J’ai même vu une femme qui se servait d’un appareil jetable en plastique.


7 réflexions sur « Une visite sérieuse »

  1. @ Dominique : « Amblyopes » – voilà un mot que je ne connaissais pas.
    Une question que je me pose : avec l’essor sans précédent des images dans la culture ordinaire, quotidienne des nouvelles générations, leur mode d’attention, leur mémoire devient-ils de plus en plus visuels ? Les sciences cognitives nous ont appris que nous n’avons pas tous les mêmes modes d’appréhension : les uns passent plutôt par l’écrit, d’autres par l’image, d’autres encore par le son, etc. L’emprise des images contribue-t-elle à développer l’intelligence visuelle plus que les autres ? Auquel cas, les modalités de transmission des savoirs au sein de l’école, de l’université feraient bien de s’adapter rapidement, pour éviter les risques de fracture culturelle.

  2. Tout à fait d’accord avec Claude Estèbe, quant à la mémorisation par l’acte photographique.

    En même temps, je me dis que (souvent, quand même..) il y a des regards amblyopes…

    tant, après tout, pour prendre des notes durant un exposé, encore faut-il suivre l’orateur, être attentif quoi.. 🙂

  3. @ D’autant que, selon les individus, la mémoire est plutôt textuelle ou plutôt visuelle (ou encore auditive). Les gens vont-ils devenir de plus en plus visuels à force de produire eux-mêmes des images et de délaisser l’écriture dans leur vie ordinaire ?

  4. On apprend en cours de méthodologie que prendre des notes permet de mieux mémoriser un exposé (même si on les relit jamais). Je crois que la prise de vue est un exercice analogue. On s’amuse à chercher le cadrage idéal, à repérer le détail pittoresque, ce qui permet de mieux s’imprégner de ce que l’on visite. Ensuite on peut jeter les photos ;-).

  5. Je crois que vous voyez juste : il y a en effet l’attention accrue à l’objet photographiable (un monument, un tableau – dans un musée où c’est permis –, un paysage, etc.), en tout cas à la réussite de la captation (je pense au cadrage), au détriment de la perception générale et du sentiment qui en découle. Pour ma part je sens que la notion de « temps disponible » n’est pas étrangère à cette pratique de plus en plus répandue : le visiteur, croyant être débordé par la fuite du temps (qui passe toujours trop vite) se dote d’un pouvoir d’arrêt (sur image) : il pourra, pense-t-il, admirer à loisir ce qu’il vient de capturer, tel un papillon épinglé. Petite victoire à partager. Or la focalisation, si elle n’est pas dénuée d’intérêt, nuit à la lecture globale, parfois dans des proportions insoupçonnées. Les exemples ne manquent pas.

    « Imaginez vos prochains souvenirs », (et comme vous dites : « pré-voyez ») article tout à fait intéressant ! Fabriquons-nous des souvenirs pour plus tard ! On croirait un roman de Philip K Dick…

  6. @ NLR : Peut-être que cette injonction culturelle à photographier conduit les promeneurs, visiteurs ou simples passants à prêter un œil plus attentif à ce qui s’offre à eux, d’autant plus que le passage au numérique a contribué à élargir considérablement le registre du photographiable, bien au delà des circonstances traditionnelles, hautement ritualisées qui ponctuent la vie de famille.
    D’un autre côté, peut-être que cette même injonction à photographier restreint le regard des promeneurs, visiteurs ou simples passants aux photos qu’ils vont pouvoir prendre instantanément sans regarder plus avant l’objet désigné de leur curiosité.
    J’ai déjà évoqué dans un billet précédent cette sorte d’automatisme producteur de souvenirs par anticipation : http://culturevisuelle.org/viesociale/1012.

  7. Oui, c’est un phénomène qu’on peut souvent observer, cette nécessité impérieuse qu’ont les gens de ramener à la maison ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont trouvé beau. Je pense que cette pratique du « trophée » ne date pas d’hier, mais le numérique rend les choses plus commodes, plus rapides surtout : il n’y a plus le délai du labo pour ainsi revivre ce bout de réel « si beau ». Cette sorte d’injonction à la capture, sans laquelle l’expérience semble ratée (ou « pas sérieuse » comme dit la dame) fait se demander si les regardants profitent réellement de l’instant qui leur est donné. Voire s’ils savent regarder. Comme si la contemplation se faisait gangrener par cette injonction.

    Par ailleurs, je me demandais s’il existait des appareils jetables qui n’étaient pas en plastique. Peut-être le sténopé en carton ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.