Avatars

Lorsque Olivier Beuvelet a mis en ligne son billet à propos du film Intouchables, j’étais en train d’essayer d’en écrire un sur le lien affiché, dans ce film, avec une histoire vraie – de même que le film Polisse déclare s’inspirer de faits réels. J’ai préféré commenter le billet d’Olivier plutôt que de poursuivre dans cette voie, sur laquelle d’ailleurs les commentaires de Raphaëlle Berto et Pierre-Alexis fournissent des indications intéressantes.

Ce qui me frappe davantage dans le cas d’Intouchables, c’est la réalisation d’un film de fiction qui est non seulement tiré d’une histoire vraie, mais qui s’élabore avec la contribution des personnes à qui cette histoire est réellement arrivée. En fait, c’est la photo montrée par Olivier qui suscite ma réflexion.

Elle fait écho à une autre photo qui avait attiré mon attention il y a longtemps. C’était à propos de la sortie du premier film de Jane Campion, An angel at my table (1990), qui relatait la vie particulièrement difficile de l’écrivain australienne Janet Frame. Sur cette photo, on voyait Janet Frame, alors âgée de 66 ans, posant en présence des trois actrices qui, dans le film, incarnaient son personnage à divers âges de son enfance et de sa jeunesse.

Le personnage réel se voyait ici doublé, et même décuplé, par autant d’avatars qui s’employaient, dans le film, à représenter les différentes étapes de sa vie. On va ici plus loin que dans une biographie dite « autorisée », car l’original avalise non seulement la version qui est donnée de lui dans le film, mais encore l’image, les images physiques qui lui sont substituées. Ce curieux dédoublement se retrouve dans la manière dont Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Sellou posent devant l’affiche du film qui relate leur histoire. Qui joue qui dans cette mise en scène visuelle ?

Au delà de ces deux exemples, qui donnent lieu à des images à double fond, je me demande si nous n’assistons pas à la multiplication de ces films qui mettent en scène des personnages réels vivants. De tout temps ont été réalisées des évocations de figures historiques, mais elles étaient mises en œuvre après leur mort, une fois scellé leur destin exceptionnel. Aujourd’hui, le cinéma s’empare au plus vite des individus au destin spectaculaire pour en faire à chaud des fictions appelés au succès. La reine d’Angleterre, le créateur de Facebook, Nicolas Sarkozy, bientôt Madoff, etc., la liste est longue de ces fictions qui traitent quasiment en temps réel des faits et gestes de personnages vivants, doublant leur action personnelle d’une geste cinématographique, et leur individualité physique d’une imitation souvent saisissante par un acteur professionnel.

Du temps des empereurs  et seigneurs de guerre japonais, des sosies prenaient leur place en tant que de besoin, en particulier à leur mort le temps de préparer leur succession. Kurosawa en a fait le sujet de son film Kagemusha (1980). Aujourd’hui, les sosies s’invitent sans que leurs modèles les aient réclamés ; parfois, ils se composent avec leur contribution directe. Que signifie cette façon de redoubler la réalité par de la fiction ? Quels en sont les effets, les répercussions ? Le spectacle est-il devenu à ce point le corollaire de toute notoriété qu’il fasse pour ainsi dire naturellement des personnalités publiques des personnages de cinéma ?

Dans le même temps où se multiplient les « docu-fictions », que faut-il attendre de ce brouillage spectaculaire entre la réalité et la fiction dans le temps même des événements en cours ? Le cinéma (ou encore les séries télévisées) serait-il en passe de devenir notre mode d’appréhension des faits réels ?

PS : Vendredi, à l’université, une étudiante regarde l’un de ses copains sortir sur une coursive pour aller fumer une cigarette. La porte se referme sur lui. Elle dit aussitôt : « Enfermé dehors. C’est un film ça1. J’adore. »

  1. Enfermés dehors, comédie d’Albert Dupontel, 2006. []

9 réflexions sur « Avatars »

  1. Ping : Second souffle, deuxième version | Territoire des images

  2. @ Sylvain,

    Merci pour ce billet fécond…

    C’est un point très intéressant et malgré le fait que ces reprises d’affaires récentes dans la fiction cinématographique ne soient pas nouvelles et relèvent probablement de la filiation du téléfilm de société (En France Les dossiers de l’écran en ont fourni un contingent assez important) il est cependant remarquable que le cinéma y ait autant recours aujourd’hui et que les vrais protagonistes ou des parents de ceux-ci interviennent dans la promotion/présentation des oeuvres comme pour en attester la « vérité »…
    à travers le biopic ou à travers des récits de moments de vie singuliers, ce genre de « téléfilms » dopés aux moyens du cinéma a promu le cas « social » et l’homme ordinaire et le fait divers au rang de mythes sociétauxreconnus et a vu l’actualité médiatique devenir une véritable mythologie visuelle … Du « discours d’un roi » authentifié par la reine elle-même qui a été émue de voir ainsi son propre « père » à « La conquête » qui met en « cinéma » les coupures de presse de l’époque… les exemples sont légions… ce qui me frappe c’est que ce qui paraissait peu crédible à l’époque où l’on exigeait une ressemblance précise entre les avatars et les modèles, devient banal et généralement accepté aujourd’hui que le tabou de la ressemblance a sauté… Plus précisément, cette ressemblance ne repose plus sur l’apparence mais sur la manière d’être, il ne s’agit pas de leurrer mais d’incarner…

    Ce qui se joue ne concernerait-il pas davantage le régime de crédibilité du récit médiatique que le cinéma ? Deux régimes de fiction, l’un ancré dans ce qui fait office de réalité (l’actualité, l’événement…) l’autre ancré dans la fable cinématographique (les récits cinématographiques doievnt être vraisemblables et faire rêver) s’associent ainsi pour forger un alliage narratif qui soit crédible et qui résoudrait la crise du photojournalisme dont le public sait qu’il ne raconte que des histoires et celle de la fiction cinématographique qui peine à produire cet effet de réel qui constitue la nourriture essentielle du spectateur…

    Puisque le lien d’indicialité de l’image photographique animée n’est plus opérant (on ne croit plus la photo) celle-ci produit des témoins oculaires à l’appui de ses reconstitutions, ce qui explique que « Persepolis » ou « Valse avec Bachir » soient perçus comme plus authentiques que des films en prises de vues réelles… La fin du second film fusille d’ailleurs les images d’actualité en leur donnant une consistance irréelle, moins prégnante que les images animées…
    Peut-être que les images filmiques ont désormais besoin d’un poinçon de vérité… et que les témoins qui accompagnent les films le leur fournissent…

    En tout cas ça marche !

    Je trouve que cela ouvre rétrospectivement beaucoup de pistes de réflexion sur le rôle de témoignage de l’image et sur l’importance de la présence reconnue et verbalisée de l’opérateur (photographe) sur les lieux de la prise de vues…

  3. Oui, bien sûr et je me disais aussi cette façon du monde contemporain de ne plus croire en rien (même pas aux images) (hein) alors une sorte de réalité dans le factice…?

  4. @ Patrick : Merci pour ces éléments relatifs au cinéma américain, dont le modèle depuis longtemps tend à inspirer quantité de productions de par le monde. Toutefois, je ne suis pas sûr de bien comprendre le raisonnement de Bernard Magne, que vous reprenez à votre compte. Je ne m’inspire pas de la réalité signifie en réalité que je m’en inspire, me paraît relever de l’acrobatie. Il faudrait effectuer des comptages précis pour vérifier si le doublage de personnages réels par leurs avatars cinématographiques ou télévisuels augmente ou non dans le paysage français. C’est plutôt mon impression, mais je n’ai pas de données précises pour l’attester.

  5. @ PCH : Je ne crois pas que cette floraison de films inspirés d’histoires vraies soit imputable au manque d’idées des scénaristes, mais plutôt au fait que les histoires en question, qui ont « défrayé la chronique » à un moment ou à un autre, sans parler des faits et gestes des personnalité publiques, ont un potentiel spectaculaire dont les médias se sont déjà emparées lorsqu’elles leur ont réservé une place dans l’actualité. Le cinéma n’a plus alors qu’à exploiter cette veine spectaculaire pour en faire un véritable spectacle.

  6. Je n’ai pas l’impression d’une augmentation manifeste de la mise en relation: le procédé est au principe des téléfilms américains depuis longtemps, une partie du cinéma américain est appuyé sur ce principe (je citais Erin Brockovich dans le commentaire du billet d’Olivier Beuvelet, mais il y en a de très nombreux autres), je dirais même que la faculté du cinéma américain de rejouer son histoire dans le cadre de fiction hollywoodienne repose sur le principe de la représentation à l’écran d’événements réels; le biopic est d’ailleurs un genre majeur de la cinématographie américaine, et les films historiques jouent fréquemment sur le rapport à des « événements ayant réellement existés », sans compter que la prévention même de non relation avec des personnages réels (toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé serait fortuite…) indique à quel point cette relation est présente dans toute représentation à vocation réaliste. J’ai retrouvé cette citation qui dit cela clairement: « Sous sa forme canonique, l’avertissement traditionnel semble à ranger tout entier du côté de l’effet de fiction, puisqu’il souligne la dimension imaginaire du texte soumis au lecteur. Mais à bien le relire, on s’aperçoit qu’il accrédite au contraire la présence massive des effets de réel, par le jeu des présupposés. Poser le caractère fortuit des ressemblances avec le réel, c’est présupposer que ces ressemblances existent » (Bernard Magne, intervention au colloque Effets de fiction).
    Je ne crois pas à un « brouillage spectaculaire entre la réalité et la fiction », de ce point de vue. Il s’agit plutôt que quelque chose de l’ordre de la biographie du quidam – sous entendu, qui pourrait être vous ou moi, à comprendre comme un sous-genre du biopic, qui portait généralement sur la représentation fictionnelle de la vie de personnages publics.
    La mention des personnes réelles, comme leurs présences à l’écran, participe du jeu énonciatif avec les presupposés du genre dans lequel le film s’inscrit.

  7. Il y a aussi très souvent le rôle du « conseiller technique » (notamment pour les films de guerre etc.) qui s’apparente à ce type de contribution, je crois. Pour le « tiré d’une histoire vraie », il semble que gimmick fasse florès (tout à l’heure, allant voir « les neiges du Kilimandjaro »- chanson pourrie, mais film rose bonbon- trois des quatre bandes annonces précédant le long métrage étaient tirées d' »une histoire vraie » , mais doit-on penser pour autant que les scénaristes n’aient pas ou plus d’idée ? et surtout toutes les histoires ne sont-elles pas tirées d’histoires vraies ?)

  8. @ Patrick : Effectivement. Dans ce cas, cependant, on reste dans l’économie multiforme de l’autobiographie. Le personnage construit sa propre image, d’abord par l’écriture, puis par le recours au cinéma. Il ne vit pas avec son image construite par d’autres auteurs et incarnée physiquement par un autre que lui.

  9. Le cas de l’acteur Audie Murphy est intéressant. Après avoir été le soldat américain le plus décoré de la Seconde Guerre mondiale, il devient acteur. Il écrit ensuite son autobiographie (pas de lui en fait…) et tourne le film de sa propre vie, To Hell and Back.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.