La photo : un outil politique

Capture d'écran depuis le site de la mairie de Corcoué

Je rentre d’un stage d’enquête de terrain avec des étudiants de Master 1, qui s’est déroulé dans la commune rurale de Corcoué-sur-Logne, au sud de Nantes. Le thème général en était les usages sociaux de la nature.

Cette municipalité affiche un souci prononcé pour les questions d’environnement, de développement durable, de protection et d’aménagement des espaces naturels. Lors de notre rencontre avec son maire, nous avons pu constater qu’il avait recours assez souvent à la photographie pour délivrer des messages incitatifs à ses concitoyens. Plutôt que de leur répéter certaines consignes ou injonctions sur l’importance du tri sélectif, l’intérêt de la marche à pied pour se déplacer au sein de la commune ou encore de la production de compost pour réduire le volume de ses ordures ménagères, il prend ou fait prendre des photos des pratiques qui lui paraissent recommandables et en fait périodiquement des expositions présentées officiellement dans les salles municipales. Ainsi instille-t-il par exemple sa conception à la fois écologique et esthétique des jardins en exposant des photos de ceux qui lui paraissent correspondre le mieux à ses attentes. A chacun ensuite de comprendre le message et de le reprendre à son compte à partir des modèles mis en avant.

La photo est utilisée ici comme un véritable outil de persuasion politique. Atteint-elle ses objectifs mieux que des discours ? Cela resterait à vérifier.


2 réflexions sur « La photo : un outil politique »

  1. @ PCH : Effectivement, le site internet de la mairie de Corcoué n’a rien de très original. J’espérais y trouver trace de ces expos-photos qu’ils organisent à des fins de persuasion politique, mais je n’en ai pas trouvé.

  2. On a donc des preuves par la photo de l’existence d’une politique frappée au coin du bon sens environnemental (en même temps, sont-ce vraiment des preuves ? ou seulement de la com’ -comme on dit de nos jours-? les photos sont édifiantes-feux d’artifices, marathons fanfares avec « un petit pont de bois qui ne tient plus guère que par un grand mystère et deux piquets tout droit » (sic le chantre de la chanson verte, un peu à droite certes, son nom m’échappe,; non Yvces Duteil voilà)…- et le site de la commune semblable aux quelque 36 000 autres…hum)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.