Got a teenager ?

En lisant la thèse de Franck Leblanc, je retrouve ce document qu’il m’avait déjà montré : il s’agit d’une affiche conçue en Allemagne pour aviser les citoyens des nouvelles normes exigées pour les photographies d’identité destinées aux passeports biométriques. La photo accroche mon regard, probablement parce que la moue peu avenante de cet adolescent m’évoque irrésistiblement celles que je rencontre à la maison du matin jusqu’au soir.

Au moins suis-je rassuré sur un point : mes ados réussiront sans effort leurs prochaines photos d’identité.


12 réflexions sur « Got a teenager ? »

  1. Ping : A photo opportunity | Derrière la caméra

  2. @NLR : Oui c’est une évolution à marche forcée (en ce qui concerne spécifiquement la photographie d’identité) puisque la norme « ISO/IEC 19794-5–2005 » ne laisse aucune ambiguité à ce sujet, la normalisation est destinée à faciliter la reconnaissance automatisée du visage. Cependant comme l’interrogeait Sylvain Maresca il y a quelques jours, les techniques de reconnaissance sont encore loin d’être totalement fiables (voir par exemple l’article de Peter N. Belhumeur, « Ongoing Challenges in Face Recognition ». Mais l’avantage de ces systèmes, c’est que ce sont des systèmes « apprenants », les algorithmes utilisés ayant la capacité d’apprendre des erreurs et d’affiner au fur et à mesure des calculs.
    La photographie d’identité ne doit plus présenter une attitude (même issue de codes) relative au sujet ou au regard (sourire, mèche rebelle, pose de 3/4…) mais une face prête à l’analyse, au dévisagement informatique des logiciels de reconnaissance faciale destinés à nous positionner à notre insu. Car là réside le second point posant question, le fait que ce système soit présenté comme une manière de contrôler en évitant le contact et sans nécessiter le consentement de l’individu contrôlé et reconnu à distance. Là encore c’est une ligne qui semble émerger du projet, un des buts du développement de ces techniques de contrôle, comme on peut le lire par exemple dans l’intervention de Bernard Didier, Directeur scientifique et du développement des affaires, groupe Safran, le 4 mai 2006, devant l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, « les programmes européens « 3D Face », dont nous assurons la coordination, ont clairement pour objectif de mettre le visage à un niveau de performance comparable à celui des empreintes digitales »…

  3. @frank. Très intéressant de relever cette évolution vers la normalisation en vue d’analyse de systèmes automatisés. Ainsi pour ces systèmes, nos visages seraient comme des empreintes digitales : de loin il se ressemblent (même expression figée, neutralité), mais ils sont tous différents sous le regard acéré du robot. Il est bien loin le temps où la photo du permis de conduire (par exemple) pouvait représenter quelqu’un avec sourire, couvre-chef et lunettes (éléments totalement interdits aujourd’hui). Place à la transparence mathématique.

  4. @ André : Entièrement d’accord bien sur, un code chasse l’autre. Ce qui me semble intéressant d’étudier c’est d’où vient ce nouveau code. Et comme le signale PCH, cette esthétique neutre est réalisée aujourd’hui non plus sur une histoire mais en vue d’une analyse, afin de faciliter le travail des perfectibles systèmes d’analyse. D’une construction réalisée pour le regard on passe à une construction réalisée pour l’analyse automatisée (cf. R. Ruyer).

  5. @ PCH : Merci de me rassurer !
    La mine qu’on nous demande d’adopter sur les photos d’identité me semble anticiper la tête que nous faisons lorsque nous devons nous présenter devant un agent de l’autorité publique qui entend vérifier qui nous sommes : douanier d’aéroport, policier dans la rue… Une mine tendue, vidée de toute expression personnelle, comme si nous cherchions à dérober qui nous sommes pour ne montrer que notre enveloppe physique, notre apparence. Tu connaîtras mon état-civil, mais pas qui je suis.

  6. J’aime savoir que cette mine prédéterminée qu’on demande d’adopter aux personnes qui osent prétendre à des passeports biométriques est imposée par les robots eux-mêmes quand même ces machines-là (sont-ce bien des machines???) n’auraient aucune revendication de cet ordre (Matheson et Asimov ne sont pas loin, et on les aime d’autant plus).
    Pour les visages de “vos” adolescents, soyez sans crainte : on a les mêmes à la maison (on a aussi d’ailleurs les mêmes faciès le matin, vers 7 ou 8 dans le métro parisien) (le parisien, c’est connu, aime à faire la gueule)'(j’ai remarqué que le bruxellois ou le londonien, eux aussi, de bon matin…)

  7. @ NLR : Merci pour cette extension au monde de la mode. Les échos de la signalétique policière dans l’univers du commerce ouvrent sur une dimension tout à fait intéressante (et assez effrayante) de cette économie généralisée du contrôle au faciès : à savoir qu’elle n’émane pas seulement des pouvoirs publics qui veulent étendre leur capacité de contrôle, mais qu’elle est enrichie et rendue désirable par de nombreuses applications commerciales développées par des entreprises motivées par la recherche du profit. Franck Leblanc décrit ça très bien dans sa thèse.

  8. Effectivement, André, le portrait photographique ne cesse jamais d’obéir à des conventions de représentation. La “neutralité” de l’expression en est une, comme l’était jusque-là le dogme du sourire.
    @ Thierry : Franck Leblanc revient dans sa thèse sur le conflit entre les mairies et les photographes de portrait, en soulignant que l’argument central de ces derniers était précisément leur maîtrise de l’art du portrait, alors que l’administration réclamait désormais la saisie de simples visages conformés à un modèle international unique. Une sorte de visage sans portrait, à supposer que la chose soit possible.

  9. André, pour ceux qui ont dépassé l’adolescence ne pas sourire est souvent aussi difficile que de sourire pour un adolescent tellement l’association photographie = sourire obligatoire est forte. Et pour les photographes, l’idée que ce soit un portrait “sans expression” (que ce soit en souriant ou en faisant la gueule), avec la lumière la plus neutre possible qui singularisait le mieux chacun de nous , c’est un coup à changer de métier!

  10. Cela dit, la photo d’identité, même lorsqu’elle était souriante, a toujours consisté à se conformer au modèle exigé (et reproduit à titre d’injonction sur les cabines). Au moins, “l’ataraxie adolescente” (jolie formule) ne demande-t-elle aucun effort – ce qui n’était pas le cas du sourire obligatoire, quand aucune circonstance ne le provoquait… 😉

  11. Personnellement je la trouve très drôle cette caricature… Ce sourire paradoxal qu’elle déclenche est tout de même mieux que ce qu’on a pu voir fleurir ici sur les photomatons (du style “On ne rigole pas avec les photographies d’identité !”) Presque un humour anglais ces allemands…
    Mais au-delà, ce que je trouve particulièrement intéressant c’est qu’il faille se couler dans ce moule uniformisant de “l’ataraxie adolescente” visiblement internationale afin de pouvoir être singularisé, comme le retour du bertillonnage… mais “accessible à tous” cette fois-ci.
    Ou comment le formatage s’impose par l’éviction de la référence à la “pose” du portrait, afin de se rapprocher (sans le nommer) du portrait judiciaire par la neutralisation du corps de l’individu. Le but étant, c’est mon hypothèse, non pas la reconnaissance d’une pose mais bien plutôt la possibilité d’un positionnement constant du visage reconnu dans l’espace surveillé.
    A très bientôt…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.