Voir, prévoir, photographier

Je donne ici le texte de l’intervention que j’ai présentée vendredi dernier en conclusion du colloque Photographier la ville contemporaine.

Les noms cités entre parenthèses sont ceux des auteurs des communications (voir le détail dans le programme).

°°°

L’appel à communication a suscité 75 propositions, dont seulement une vingtaine ont été présentées lors des deux journées de colloque. Ce succès révèle le développement du recours aux images, en particulier photographiques, dans la pratique des (jeunes) chercheurs en sciences sociales. Nous assistons de fait à l’essor d’une culture visuelle dans ces disciplines.

Je vais commencer par récapituler les différents usages de la photographie dans les recherches qui nous ont été présentées.

Production de photos sur le terrain d’enquête :

  • Entrée et acceptation sur le terrain (Conord).
  • Technique d’observation : gentrification (Launay, Nez) ; propreté des rues (Guinchard) ; usages de la rue (Nitescu) ; traces des clandestins (Thomas) ; anonymat dans la rue (Jarrigeon) ; frontières à Belfast (Ballif) ; usage d’une place publique à Barcelone (Monnet) ; projet urbain participatif (Mamou) ; atlas de Venise (Andrieux).
  • Représentations des acteurs concernés, à travers la réalisation de leurs propres photos : propreté des rues (Guinchard) ; image de leur quartier (Schoepfer).
  • Interview à partir de photos (photo-élicitation) : image de leur quartier, à Genève (Schoepfer) et Berlin (Cuny) ; propreté des rues (Guinchard).

Analyse d’un corpus de photographies existantes :

  • Traces du passé urbain, à Paris (Backouche ; Bonzon, Chirio, Lemire) ou sollicitant la mémoire des habitants actuels : Crète (Ballesta).
  • Atlas photographique de Venise (Andrieux).
  • Missions photographiques : ex-Allemagne de l’Est (Bertho) ; Beyrouth (Brones).
  • Fonds d’un même photographe : Johannesburg (Feyder).
  • Photos de presse (Marino, Poirier).

Au total, on retrouve sensiblement les mêmes usages que dans les autres domaines de recherche des sciences sociales lorsque celles-ci sollicitent la photographie.

Je voudrais à présent soulever quelques questions sur la pratique de la photographie par les chercheurs, à partir des cas concrets présentés durant ces deux jours :

La photographie contribue au travail d’observation, mais qu’apporte-t-elle de plus qu’une bonne description écrite ? Souvent, le chercheur voit dans ses propres photos ce qu’il sait ou ce qu’il a appris, compris de la situation photographiée. Mais ses photos le donnent-elles à voir ?

Dessiner, photographier et/ou filmer ? Comment choisir et pour faire quoi (Mamou) ?

On ne photographie que du visible. Est-ce adapté pour ce qui ne l’est pas ou se dérobe à la vue du chercheur (Thomas) ? Ne pas négliger l’intérêt d’autres formes de traces, comme par exemple les sons.

La posture de photographe est-elle toujours clairement assumée par les chercheurs (qui souvent sont de simples amateurs) ? 1. On a vu que le fait de prendre des photos dévoilait la posture d’observateur et devenait du même coup source de difficultés là où cette posture n’avait pas été explicitée ou assumée comme telle. 2. Assumer sa position d’observateur ne signifie pas nécessairement qu’on assume celle de photographe, laquelle n’engage pas la même forme d’implication, qui ne suscite pas les mêmes réactions, qui ne provoque pas le même registre de perturbations.

Les photos des chercheurs sont-elles suffisamment élaborées, maîtrisées techniquement, pour constituer de bons documents ? Un protocole photographique a-t-il été pensé et mis en œuvre en vue d’obtenir les résultats visuels souhaités ?

Il peut se révéler intéressant de collaborer avec un photographe professionnel, non pas seulement pour assurer la réussite formelle des images, mais surtout parce qu’un photographe professionnel prévoit l’utilisation de ses images et les compose en fonction (Halliday, Kohler).

Une des grandes richesses de ce colloque provient, à mes yeux, de la confrontation entre les chercheurs en sciences sociales et les architectes-urbanistes-géographes, qui eux aussi photographient la ville. Or, ces derniers ont une culture professionnelle de l’image : « La photographie est un outil de travail indispensable à l’architecte depuis le début de ses études et ses premiers projets. L’architecte est un être essentiellement visuel. » (Nitescu). De même, les géographes travaillent sur des cartes, des graphiques, etc. Ces différents spécialistes produisent des images conçues explicitement pour la publication, qui elle-même ne se conçoit pas sans images de toute sorte. Alors que la sociologie ou l’ethnologie demeurent avant tout textuelles.

Il y aurait beaucoup à apprendre des premiers pour savoir comment outiller la photographie en vue d’en faire un véritable instrument producteur de connaissances et pas seulement d’illustrations. Exemples de l’architecte Jérôme Chenal dans sa thèse sur les métropoles africaines (protocole de prise de vue très élaboré et traitement sophistiqué des images) ; ou encore de l’atlas Migropolis sur Venise (conçu depuis le reportage jusqu’à la mise en page finale ; Andrieux).

Ce qui suppose d’y travailler non seulement dès le stade de la prise de vue, mais encore au stade de la publication des images. Souvent, un simple cliché ne suffit pas ; il est nécessaire de le détailler, de le compléter par l’ajout d’éléments graphiques explicitant ce qu’il faut y voir, ce qui se révèle pertinent pour l’observateur averti (et que le lecteur ne perçoit pas directement). Un véritable travail de mise en forme et de mise en page s’impose.

Peut-être aussi ne faut-il pas se contenter des photos prises lors du travail de terrain (qui s’apparentent à de simples prises de notes visuelles), mais retourner faire des photos au terme du travail de traitement et d’analyse des données, sur la base de la construction que le chercheur s’est faite de ce qu’il y avait à comprendre dans les situations étudiées. Il composerait alors des images par lesquelles il ne chercherait plus à restituer la réalité, mais à donner à voir ce qu’il en a compris.

Intérêt dans cette perspective des moyens multimédias actuels :

  • pour publier les images produites, au delà du peu que permettent les publications papier ;
  • pour les assortir de compléments descriptifs et analytiques susceptibles d’en faire des documents accessibles et réutilisables par d’autres (Monnet) ;
  • pour constituer de la sorte des fonds d’images, des archives cumulatives. En particulier sur les quartiers déjà beaucoup photographiés par des chercheurs comme La Goutte d’Or ou Belleville à Paris.

Pour parvenir à ce résultat, il faut d’une part avoir prévu la production de photos en fonction de ces utilisations ultérieures et d’autre part les « éditer », donc se livrer à un travail complémentaire qui déborde de la simple mise en forme des résultats de la recherche et en assure la mise en commun. On commence à voir ce type de mise en valeur à l’œuvre sur certaines plateformes collaboratives comme crevilles.org (« Centre de ressources électroniques sur les villes ») ou encore hypotheses.org (qui regroupe de nombreux carnets de recherche). Sans oublier la réflexion sur les images développée par Culture visuelle, dont les apports seraient profitables à la production de photographies de recherche.

De fait, c’est un gros travail (comme de tenir un blog !), mais nécessaire si on veut faire de la photographie un outil de recherche performant. La question n’est plus d’argumenter quel intérêt la photographie, les images au sens large peuvent avoir pour la recherche en sciences sociales, mais comment y parvenir. C’est à mes yeux le grand chantier du moment.


14 réflexions sur « Voir, prévoir, photographier »

  1. Je ne pense pas que l’on puisse dire que l’usage de la photo est banalisé en géographie, en dehors de son utilisation en tant qu’illustration. Mais effectivement son emploi ne semble pas soulever les mêmes questionnements que dans d’autres branches des sciences sociales.
    Lorsque que ce support est utilisé comme outil lors de recherches, le débat porte plus sur les résultats obtenus grâce au recours à l’image, que sur l’utilisation de l’image. Peut être est-ce parce que ces débat on déjà lieu notamment en sociologie, discipline avec laquelle la géographie entretien des liens forts ? Peut être que cela est dû au fait que l’image à toujours eu sa place en géographie et que par conséquent aucun débat n’a eu lieu pour justifier sa place ?

  2. En somme, si je comprends bien, l’usage de la photographie serait banalisé parmi les géographes, mais pas questionné ?

  3. @ Sylvain Maresca :

    Bonjour,

    Je ne voulais pas dire que les géographes étaient peu outillés, ou n’utilisaient pas la photographie comme technique de recherche. Je voulais plutôt souligner que lors de ma revue de littérature je n’ai pas trouvé de traces d’un débat portant autour de l’utilisation de la photographie en géographie, à l’instar de ceux qui en existent en anthropologie et en sociologie. Et c’est ce phénomène qui m’interroge, que je voulais partager ici. Je pense que cela vient, comme vous l’avez souligné, de l’habitude qu’on les géographes d’articuler le texte avec d’autres supports. Cette habitude semblant légitimer, de fait, la place de l’image photographique dans le champ disciplinaire géographique.

    Bien cordialement

  4. @ Chris Beyer : Merci pour cet éclairage sur les pratiques des géographes. Je croyais, au contraire, que les usages de la photographie (ou du film) étaient plus outillés en géographie qu’ils ne le sont dans nos disciplines, qu’ils répondaient davantage à des nécessités techniques qu’à des interrogations philosophiques. Vous semblez dire qu’il n’en est rien. C’est surprenant. Est-ce en partie parce que la cartographie (avec ses multiples avatars technologiques) demeure le mode de représentation graphique dominant ?
    Aurions-nous en géographie une domination du trait sur le cliché qui jouerait un rôle analogue à celle du texte sur l’image dans nos sciences sociales ?

  5. Ping : Les conclusions du colloque Photographier la ville « sur le terrain

  6. Bonjour,

    Dans le cadre d’une thèse en géographie je m’interroge sur la place de l’image au sein de cette discipline.
    Je trouve intéressant la distinction que vous faite entre d’une part les « chercheurs en sciences sociales » et d’autre part « les architectes-urbanistes-géographe ».
    Il est vrai que les géographes ont coutume d’utiliser des supports visuels variés (cartes, graphiques, photos aériennes, etc.).
    Cependant à l’inverse de l’anthropologie ou de la sociologie, il me semble que la réflexion menée en géographie autour l’image photographique, en tant que méthodologie ou objet de recherche, reste faible.
    A ma connaissance aucune revue de géographie n’y a consacré un numéro, et aucun débat n’existe autour d’un courant de géographie visuelle. Peu d’article traitent d’ailleurs de ce thème en géographie en regard de la littérature existant en anthropologie et en sociologie.
    Et pourtant cela n’empêche pas certains géographes d’utiliser la photographie comme méthode de recherche notamment lors d’études sur le paysage et les représentations. Ces derniers s’inspirent bien sur de ce qui a pu être fait en sociologie visuelle ou anthropologie visuelle.
    Je partage avec vous cette interrogation sur laquelle je continue mes recherches.

    Bien cordialement

  7. Je pense Sylvain qu’il faut partir de l’intention du chercheur. Ce qui n’est d’ailleurs jamais qu’une autre façon de parler des différents usages, mais ça laisse la porte ouverte à des utilisations qui n’ont pas été proposées au colloque.
    1) La photographie est un des corpus utilisés pour l’étude. Peu importe sa qualité esthétique ou technique, la difficulté pour le chercheur c’est d’arriver à l’inscrire dans le contexte historique et social qui est à l’origine de sa production pour pouvoir interpréter correctement ce que le photographe a voulu montrer, comme ce qu’il a montré comme malgré lui.
    Le chercheur n’a pas besoin d’être un bon opérateur, de réaliser lui-même des images, mais cette intention suppose une connaissance a minima de l’histoire de la photographie. Il ne pourra exploiter de façon satisfaisante son corpus que s’il est capable de l’inscrire dans l’évolution des techniques, des courants artistiques et des usages de la photographie.

    2) La photographie produite par le chercheur. Cette fois-ci, il n’a pas nécessairement besoin de connaître l’histoire de la photographie, mais il doit impérativement avoir la maîtrise technique de l’outil pour que ses images répondent à ses intentions.
    L’appareil peut n’être qu’un bloc note, une étape intermédiaire qu’il va utiliser pour progresser dans sa réflexion, et pourquoi pas l’outil d’une technique d’interview en suscitant des réactions et des commentaires différents de ce qu’il aurait obtenu dans un entretien informel. Il pourra utiliser certaines de ces images dans ses publications, mais de la même façon qu’il pourra reproduire un extrait des bulletins paroissiaux, d’un article de presse etc.

    3) Il veut utiliser la photographie pour diffuser plus largement son travail, le rendre plus accessible. Je suis convaincu qu’il faut qu’il laisse de coté la réflexion esthétique spécifiquement photographique. Qu’il n’essaie pas de devenir « un photographe expert » en essayant de reproduire consciemment l’esthétique de tel ou tel photographe dont il apprécie le travail. Si sa recherche est aboutie et s’il colle au plus près de ce qu’il pense être une représentation visuelle de ses travaux, la cohérence de ses intentions donnera à ses images une esthétique. Si « le chercheur voit dans ses propres photos ce qu’il sait ou ce qu’il a appris, compris de la situation photographiée », mais que ses photos ne le donnent pas à voir, il faut qu’il fasse appel à un photographe professionnel.

    3) Il fait appel à un photographe.
    Au stade du bloc-note, la collaboration ne présentera me semble-t-il que des inconvénients. Le photographe va apporter une valeur ajoutée par sa compétence technique, mais c’est un outil beaucoup plus lourd à utiliser qu’un compact numérique. La réflexion du chercheur étant en train de se faire, cela suppose qu’à chaque instant il s’interrompt pour indiquer au photographe le cadrage qu’il souhaite. Et les perturbations sur les personnes, observées, interrogées, photographiées seront maximum. Le seul cas où le photographe apportera une plus-value, c’est s’il s’agit de réaliser des images sur un évènement ou dans un lieu précis qui supposent une maîtrise de la technique photographique au-delà des compétences du chercheur. Mais dans ce cas, il va arrêter sa réflexion le temps des prises de vue et coacher le photographe à temps plein pour obtenir les documents qu’il souhaite et qu’il est incapable de réaliser.
    Lorsque la recherche est aboutie, la situation est différente parce que le photographe va pouvoir apporter son expertise et sa sensibilité. Cela suppose qu’il soit suffisamment humble pour ne pas penser avoir la science infuse et accepter de faire sien le discours du chercheur. Et cela suppose également qu’il ait été choisi par le chercheur parce que son esthétique s’inscrivait dans son discours.

    • Ce que tu dis là, Thierry, me confirme dans l’idée que les chercheurs auraient tout intérêt à échanger avec des photographes pour enrichir et améliorer leur propre production d’images. En outre, la manière dont tu détailles les différentes situations possibles me semble à la fois juste et opérationnelle. Merci.

  8. bonjour

    ce n’est pas tant une réponse à publier que je vous envoie, que du grain à votre moulin via une expérience menée à bien. Celle du travail d’un photographe (moi-même) avec des sociologues. Un travail entremelant la sociologie et la photographie. Avec comme postulat de départ que l’un ne sera pas l’outil de l’autre (rapport trop souvent entretenu entre ces 2 disciplines) Ou l’on assume le coté « sensible » de la photographie (souvent décrite comme étant ‘entre art et document’).
    Ou l’on expérimente l’apport de l’un dans l’autre. Ou les formes de rendu sont des articles ou des expos (pour revenir à cet notion de « montage » notée chez les vidéastes)
    un article qui je l’espère vous interessera:
    http://ethnographiques.org/2011/Desaleux,Langumier,Martinais

    j’aurai aimé assisté à votre colloque. J’espère vous rencontrer un jour.
    Bien à vous

    david

    • @ Desaleux : Je vous remercie de m’avoir fait découvrir votre travail et cette enquête en particulier. Je lirai l’article avec intérêt.

  9. @ Dominique : Merci pour tes réflexions et la référence.
    Je connais des cas de « collaboration » avec des photographes qui ont effectivement tourné court ou qui ont abouti à des séries d’images peu exploitables par les chercheurs. Je pense toutefois que la confrontation avec des photographes serait profitable aux chercheurs précisément pour faire prendre conscience à ces derniers de la nécessité de prévoir à quelle fin ils souhaitent réaliser des photographies et pour en conclure quel mode opératoire ils doivent adopter. Sans compter un certain nombre de choix techniques qui mériteraient eux aussi d’être pensés avant. De fait, c’est davantage la démarche, la manière de procéder du photographe qu’il me semble utile d’appréhender, plus que les images mêmes qu’il produit, car là se greffent en effet des préoccupations formelles qui peuvent faire diverger les attentes des uns et des autres.

  10. Bonjour,

    Deux questions sont posées : comment ne pas limiter l’image photographique à une simple documentation visuelle ou simple trace mnémotechnique et envisager/accepter tout autant un protocole de production qui passerait aussi par une « regard second » qui, justement, est susceptible de mieux déployer sa nature documentaire.

    Tout comme accepter qu’un texte est aussi une construction (avec ses appuis, ses ouvertures et ses lieux de transitions …) il ne serait pas vain non plus de discuter des qualités esthétiques qui, à l’instar de la lecture d’une recherche, participent de sa réception et de sa compréhension à travers « un certaine manière de présenter les choses ». A ceci prêt que la photographie bascule beaucoup plus vite que l’écrit scientifique du coté de la représentation…

    Document et cependant art et inversement… L’équation n’est pas prête d’être résolue. Mais la notion de montage (ignorée le plus souvent ou simplement minimisée par rapport à la vidéo comme il a été dit) est une des clés sans doute pour réfléchir au problème.

    Toutefois, la coopération photographe-chercheur semble n’avoir pas résolu (et sans doute est-ce un indépassable) l’autonomie de l’image d’une part et le contexte de son utilisation. Et il ne doit pas manquer d’expériences du genre ou le photographe repart avec ses images sans que le labo ou le commanditaire de la recherche ne sache finalement que faire des images en sa possession…

    Les nouvelles technologies permettent bien sûr au chercheur de se faire phographe-vidéaste-graphiste.. écrivain… tout à la fois. Mais il me semble que c’est la capacité d’investir un seul domaine à la fois qui donne finalement sa force à l’objet produit.

    * : A noter par ailleurs, et pour revenir au sujet du colloque, cette tentative de de décrire le réel à partir des images produites par la télévision :

    http://www.metropolitiques.eu/La-ville-des-series-tele.html

  11. Je voulais sincèrement te remercier pour cette conclusion, extrêmement importante à mon sens pour faire avancer le débat. J’ai été marquée dans le cadre de ce colloque sur la différence de traitement entre la conception, et l’utilisation, du film et des photographies dans le cadre de ces recherches en sciences sociales. Quand le film est perçu comme un objet élaboré, du fait du processus de montage notamment, la photographie semble encore être soumise à l’illusion qu’elle ne peut valoir que comme donnée visuelle brute. Elle est alors considerée comme une illustration du discours du chercheur plus que comme participant au discours lui-meme. Ta proposition, que tu ne reprends pas ici, de finaliser un travail d’enquête associant la photographie par, pourquoi pas, une mise en scène synthétisant les données visuelles recueillies au cours de l’enquête, me semblait très pertinente.

    • @ Raphaële : Je n’ai pas repris cette proposition pour ne pas trop faire hurler, mais elle a l’intérêt, à mon sens, de poser clairement la question du statut que les chercheurs donnent à leurs images lorsqu’ils en font : reflets bruts de la réalité ou bien transpositions visuelles de ce qu’ils ont vu ou compris de cette même réalité ? Au delà, se pose la question du texte qui, lui, ne se prive pas de construire et reconstruire la réalité, selon le cadre d’analyse adopté, tandis que les images devraient se cantonner au statut contraint de document littéral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.