L'année photo

En décembre dernier, Libération a sorti, comme chaque année, un numéro hors-série qui résume l’année écoulée en images et permet dans le même temps au quotidien de faire valoir sa vision et son analyse de la photographie de presse. Comme j’avais déjà acheté semblable numéro en 2005, j’ai eu la curiosité de les comparer pour voir ce qui avait changé entre-temps.

Ma première surprise est venue du prix : 10 € en 2005 contre seulement 7 € en 2011. Certes le format a légèrement diminué ; quant au nombre de pages, il est passé de 194 à 162 ; enfin le papier est de moins bonne qualité. Ces différences expliquent-elles mécaniquement la baisse du coût de fabrication ? Dans ce cas, il faudrait supposer en outre que le contenu a conservé un coût constant, c’est-à-dire de fait qu’il a subi une dévalorisation compte tenu de l’inflation enregistrée entre-temps.

Le contenu, c’est-à-dire les photographies, puisqu’elles constituent l’essentiel de ce qui est proposé dans ce type de publication. Or, Images 2011 (titre du dernier hors-série) présente près du double de photographies que L’année photo de 2005. Comme les clichés imprimés en double page et ceux imprimés en pleine plage sont en nombre sensiblement égal, cela signifie qu’en 2011, un plus grand nombre de photos a été publié dans des formats plus petits. Donc, plus de photos en plus petit.

Et surtout, plus de photos d’agences.

Dans ce type de hors-série, Libération valorise largement la production de ses collaborateurs attitrés pour faire ressortir l' »oeil Libé« , selon l’expression employée en 2011 ; ou encore pour montrer « les reportages de Libération comme vous ne les avez jamais vus » (2005). Dans les deux numéros, quelque 130 « photos-maisons » sont ainsi proposées aux lecteurs. Mais, alors qu’elles occupaient 127 pages en 2005, elles n’en prennent plus que 78 pages en 2011.

Le numéro de décembre dernier consacre en outre 55 pages au « fil de l’actualité » – retour en images sur l’année écoulée, illustré par 102 photos d’agences. En 2005, ce récapitulatif, intitulé « Un an d’actualité de la photographie » n’occupait que 8 pages et présentait seulement 10 photos d’agences, le reste des illustrations étant réservé à la présentation de 43 Unes du journal parues lors de la même année.

2005

2011

Cette évolution sensible manifeste un phénomène repérable dans l’ensemble de la presse : l’emprise croissante des photos d’agences, qui contribue à réduire l’investissement des titres de la presse écrite dans des reportages originaux. Libération conserve une production photographique sur mesure, mais il est clair que son iconographie est en 2011 nettement plus dépendante de ses abonnements aux agences filaires qu’elle ne l’était en 2005. La réduction des coûts trouve probablement là sa principale origine1.

Ajoutons pour compléter ce comparatif, que la partie consacrée aux analyses de la situation du photoreportage (autre caractéristique de ces hors-série de Libération) passe de 36 pages en 2005 à 20 pages en 2001, et surtout de 21 pages de texte à seulement 6 – des pages beaucoup moins denses, conformément à l’évolution générale de la presse écrite, en particulier quotidienne, dont les textes sont de plus en plus allégés et « aérés », pour ne pas dire remplacés, par des vignettes visuelles.

Je terminerai par un nouveau signe qui confirme que Culture visuelle est entré dans l’univers de référence de la presse écrite, du moins de Libération : André Gunthert est cité dans la rubrique consacrée aux images qui ont fait débat en 2011, à propos de la photo de cette jeune femme debout dans les décombres du tremblement de terre et du tsunami au Japon, qu’il avait commenté dans son Atelier des icônes.

  1. Une seule photo – de la répression en Syrie – est une images d’amateur, reprise sur You Tube par l’AFP []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.