L'appât

Capture d'écran du site http://m.samsung.com

Le smartphone Samsung Galaxie Nexus propose la possibilité de le déverrouiller par reconnaissance faciale : « Un jeu d’enfant : il vous suffit d’allumer le téléphone et de regarder la caméra pour déverrouiller le téléphone. Plus besoin de retenir de mots de passe compliqués. Ne craignez plus que votre téléphone tombe entre de mauvaises mains. »

Soulignons tout d’abord qu’il est demandé de sourire pour réussir cette opération. Comme de fait l’appareil compare l’image du visage qui lui est proposée à celle que son propriétaire y a préalablement enregistrée, je suppose qu’un visage sévère ferait aussi bien l’affaire. Mais ce n’est pas sûr : le smartphone de Samsung est peut-être programmé pour ne photographier que des visages souriants (comme nombre d’appareils numériques actuels). J’imagine également que le plaisir est tellement grand de retrouver son smartphone chéri que le sourire vient naturellement aux lèvres.

Certains esprits chagrins ont déjà mis en évidence qu’il était facile de tromper la vigilance du Samsung Galaxie en lui présentant une photo plutôt que directement le visage de l’intéressé. « Il s’agit donc d’un verrouillage avec un faible niveau de sécurité pour Android 4.0. Il vaut donc mieux utiliser un pin ou un mot de passe si l’on ne veut pas que n’importe qui ait accès à ses données. » Il semble qu’Apple ait déjà déposé un brevet pour se réserver de développer sur ses propres appareils un système de reconnaissance faciale plus performant.

Ce qui me frappe surtout dans ce nouveau gadget, c’est qu’il joue sur un mécanisme d’accoutumance que Franck Leblanc identifie bien dans sa description de l’extension des systèmes de télésurveillance. Il montre en effet que nombre d’entreprises qui développent ces systèmes pour accroître l’efficacité de la sécurité publique proposent des applications commerciales ludiques destinées au grand public, sous forme de jeux, d’applications diverses ou encore d’outils complémentaires pour des sites préexistants comme Facebook ou Flickr. Le consommateur lambda qui s’amuse ainsi à reconnaître ses « amis » dans des photos qui circulent sur internet s’habitue sans forcément s’en rendre compte à un régime de surveillance généralisée qui passe par la traque visuelle et l’identification des visages. Comment dès lors pourrait-il s’étonner, voire s’insurger que son image soit utilisée par des services de polices, nationaux et internationaux, pour le ficher et le reconnaître en toute circonstance ?

Adresser un sourire à son smartphone pour le déverrouiller pourrait bien être un geste plus menaçant qu’il n’y paraît.


11 réflexions sur « L'appât »

  1. @ Sylvain : Merci pour ton billet et le filage qu’il génère à l’avancée de ma réflexion sur le sujet, ton titre est exactement au cœur du problème…
    @ Manhack : cet extrait du « livre bleu » du Gixel est édifiant… Merci pour ton travail de recherche sur le sujet.

  2. j’en avais fait un billet en 2006, après avoir découvert que les industriels des technologies de surveillance voulaient déployer vidéosurveillance et biométrie « dès l’école maternelle » :

    « La sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles, il faut donc faire accepter par la population les technologies utilisées et parmi celles-ci la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles.

    Plusieurs méthodes devront être développées par les pouvoirs publics et les industriels pour faire accepter la biométrie. Elles devront être accompagnées d’un effort de convivialité par une reconnaissance de la personne et par l’apport de fonctionnalités attrayantes :

    . Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants.
    . Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo
    . Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet, …

    La même approche ne peut pas être prise pour faire accepter les technologies de surveillance et de contrôle, il faudra probablement recourir à la persuasion et à la réglementation en démontrant l’apport de ces technologies à la sérénité des populations et en minimisant la gène occasionnée. Là encore, l’électronique et l’informatique peuvent contribuer largement à cette tâche »

    ref : http://rewriting.net/2006/02/02/la-guerre-cest-la-paix/

    Voir aussi cette petite compil’ de « jouets » de surveillance : http://rewriting.net/2006/12/22/dans-la-hotte-de-big-brother-noel/

  3. C’est vrai, je trouve très pernicieux ce « renoncement collectif » de la société. Contre lequel il est fort difficile de lutter individuellement. L’installation de la norme, venue d’un territoire assez flou, endort la vigilance et fait place à l’acceptation sans broncher. Très beau sujet de psychologie sociale (type Palo Alto…).

  4. Je lis dans un article de Rue89 sur l’adoption prévisible d’une nouvelle carte d’identité biométrique (http://www.rue89.com/2012/03/06/carte-didentite-biometrique-les-francais-prets-se-faire-ficher-229927)ce commentaire de Meryem Marzouki, responsable d’IRIS (Imaginons un réseau internet solidaire) : « La pensée ambiante, c’est que l’on ne plus lutter contre ça. Si on consent à céder nos données à Facebook, alors pourquoi pas à l’Etat ? Ce sont des renoncements collectifs de la société. »

  5. Avec l’année 2012 qui s’annonce, selon certains observateurs affutés, des plus « difficiles », je ne suis pas sûr que le sourire globalisé soit au rendez-vous : le sourire du dépressif ou du chômeur longue durée étant un phénomène assez rare sous nos latitudes. Et puis imaginons un type glisser en deux-roues sur un sol humide, un soir, se fracturer le tibia gauche, puis devoir s’adresser à son iPhone pour appeler les secours. Pas facile de faire coïncider le masque de douleur avec le sourire, surtout dans la quasi obscurité. On peut donc déjà projeter que ce modèle de smartphone (smilephone serait plus exact) s’adressera à une frange tout à fait particulière et joviale de la population, dont ce blog a présenté dans un récent billet le modèle standard : la famille Ricoré (la même que la famille Renault Espace, la famille Président, la famille Orange (ou SFR), et la famille Club Med…). Ça fait sourire, en tout cas. (Bon, en se forçant un peu, certes.)

  6. Ping : L’appât | La vie sociale des images | Dans les restes du monde | Scoop.it

  7. Parions qu’un jour on nous demandera d’appliquer son pouce sur l’écran pour que le smartphone scanne votre empreinte digitale. Ce jour-là les lettres «smart» seront de trop 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.