Tendance : images

Le dernier numéro papier de La Tribune, paru ce lundi, présentait un cahier intérieur qui résumait l’histoire de ce journal, annoncée par la formule : « 27 ans, 4.903 numéros et puis s’en va ».

Quatre pages de unes échelonnées de 1987 à 2011 donnaient un aperçu des modifications de maquette subies par ce quotidien.

L’évolution est frappante : partie d’une formule dans laquelle le texte dominait sans partage, à l’instar des quotidiens « sérieux » comme Le Monde, qui continuait alors de refuser la photographie, elle est passé progressivement à une formule en partie illustrée et rehaussée de gros titres en gras, puis à une formule en couleurs (« Du coup, c’est toute l’économie et la finance qui prennent un coup de jeune. »), pour finir par une Une hyper-visuelle dans laquelle la photographie occupe la place principale.

On voit s’affirmer ainsi de plus en plus le modèle visuel de la télévision dont la couverture de l’actualité passe pour une large part par le dispositif de l’interview : un acteur ou un témoin privilégié de l’actualité parle de ce qui se passe ou de ce qu’il faut en comprendre.

Cet exemple n’apporte rien que nous ne sachions déjà. Simplement, il offre un raccourci saisissant d’une évolution effective dans toute la presse quotidienne, marquée par l’emprise croissante de l’image, sinon de la photographie. Entre-temps, même Le Monde s’y est mis.


7 réflexions sur « Tendance : images »

  1. Ping : L’invasion des écrans géants | La vie sociale des images

  2. Ping : Prima pagina: la vittoria dell’ immagine | LSDI

  3. Je crois que l’on est d’accord, tout cela est un peu lié. Quand ils ont pu disposer de moyens techniques pour utiliser de grands formats d’images dans les maquettes, les DA ne se sont pas privés. Il faudrait aussi étudier de près la question, mais je crois aussi que, globalement, c’est aussi en relation avec la tendance pour les articles de presse à être de plus en plus courts. Tendance qui n’est pas seulement liée à la place grandissante occupée par les images. A la Tribune de plus, les tableaux économiques et financiers se sont multipliés.

  4. @ Patrick : Certainement, et ton éclairage est important. Mais ça n’explique pas que l’on substitue autant de visuels à du texte – qui reste, sauf si je me trompe, le mode le plus économique pour occuper la page imprimée. Ou alors, on a attendu que les techniques disponibles permettent de mobiliser des images aussi facilement et économiquement que du texte. Sachant que la tendance générale était à l’intégration croissante d’images dans les supports de presse.

  5. Non, non, je suis assez stable en fait 😉
    Sans nier l’influence importante des modèles des autres médias et l’existence de « modes » suivies par les directeurs artistiques, je pense qu’une partie de l’évolution des maquettes de magazines et quotidiens s’explique aussi par l’histoire des techniques éditoriales, c’est-à-dire les améliorations et baisses de coûts des systèmes et méthodes utilisées chez les éditeurs et imprimeurs.

  6. C’est également un raccourci de l’évolution technique. Lorsque je m’occupais de l’informatique éditoriale de La Tribune (alors de l’Expansion) entre 1989 et 1992, nous sortions sur des photocomposeuses (puis ensuite sur des imprimantes laser) qui n’offraient pas de grandes possibilités. La couleur dans les quotidiens a commencé à cette époque dans les journaux américains qui étaient riches (USA Today, etc.). La Tribune a toujours disposé de moyens techniques très modestes en comparaison.

Répondre à Sylvain Maresca Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.