Ultra rapide concentration

Je viens de passer une semaine à la montagne avec mes enfants et un copain de mon fils aîné, soit trois adolescents et un garçon de 9 ans. Ce qui m’a surpris et m’a pris de court chaque jour, c’est la rapidité avec laquelle, à peine revenus des pistes, chacun d’eux s’isolait dans ce qui lui tenait lieu d’activité et d’interface de prédilection : l’un devant l’écran de son ordinateur pour reprendre le jeu de stratégie auquel il participe depuis des semaines ; l’autre sur son Ipod pour regarder des vidéos ou écouter de la musique, son casque sur les oreilles ; la troisième dans son livre, mais elle aussi en écoutant de la musique à travers son casque ; le dernier enfin sur la Nintendo DS qu’il venait de récupérer de son frère aîné à l’occasion de ces vacances.

Avantage certain : le calme intégral régnait dans l’appartement, je pouvais vaquer paisiblement à mes propres occupations ; même l’idée de goûter ne leur traversait pas l’esprit. Personnellement, j’étais plutôt effaré par ces quatre versions différentes, mais également obstinées à s’enfermer dans un vis-à-vis, un environnement isolant, qui rendait aussitôt toute forme de communication improbable, voire impossible. Leur parler dans ces circonstances était voué à l’échec : aucun ne m’entendait, aucun ne comprenait même que je veuille leur dire quelque chose. Obligés d’enlever leurs écouteurs pour percevoir mes paroles, ils tournaient alors vers moi le visage renfrogné de ceux qu’on dérange manifestement, comme si je n’avais pas vu le panonceau virtuel affiché devant eux, le même qu’on met sur les portes d’hôtel à l’intention des personnels de service : “Ne pas déranger”.


16 réflexions sur « Ultra rapide concentration »

  1. @ André : Tu as probablement raison, mais je dois reconnaître que les jeux vidéos consistant à dégommer tout ce qui bouge ou encore les playlists de musique électro ne stimulent guère mon intérêt. Sans parler, s’agissant de ma fille, des romans de vampires ou de héros aux super-pouvoirs… Nul n’est parfait.

  2. Sylvain: un truc pour établir le lien avec tes ados quand ils sont sur leurs écrans. Au lieu de présupposer que ce qui est intéressant est forcément situé en dehors de cet espace d’absorption, de ton côté ou de celles des tâches culturellement identifiées, essaie de penser qu’il y a peut-être quelque chose à partager du côté de l’écran. Si on pose des questions au fameux ado autiste sur l’activité qu’il mène, si on accepte d’aller sur son terrain, si on lui demande de montrer, d’expliquer, de raconter ce qu’il fait, on risque de trouver un interlocuteur très différent, ravi de partager son savoir et sa culture. Un détail: comme celle-ci est déjà très spécialisée, il est préférable de maîtriser certaines notions pour ne pas être rapidement largué, auquel cas la conversation risque de tourner court. Oui, un peu comme avec quelqu’un qui n’a jamais lu Proust, c’est pas facile de dialoguer à propos d’un savoir non partagé… 😉

  3. @ Cat’s eyes : Oui, on peut le voir comme ça. Il y a certainement une part de rejet de ma part dans ma surprise à les voir s'”isoler” comme ils le font. Cela dit, notre coexistence dans le même espace collectif se réduit à très peu de chose, pour ne pas dire rien. Essayez de leur parler, proposez-leur une activité, sans parler de leur faire participer aux tâches communes, et vous découvrirez à quel point leurs écrans, casques et autres dispositifs de protection sont faits pour les rendre imperméables à toute sollicitation extérieure.
    L’autre point qui me frappe tout autant est l’absence de communication entre eux : ils ne partagent pas ce qu’ils font ; à l’occasion ils en parlent après-coup sur le mode “j’aime”/”j’aime pas”, mais c’est tout. Ils identifient immédiatement si l’autre évolue ou pas dans leur univers de goûts. A partir de là, les frontières sont posées et leur curiosité nulle.

  4. Bonjour, au fond je trouve votre réaction touchante, dans un certain désœuvrement face à des ados à propos desquels il a souvent été soulevé combien il est difficile de rester en contact avec eux. Pas très bavards, ils ne partage(rai)ent pas facilement ce qui les nourrit et déconcertent l’adulte qui se sent souvent exclu (voire moqué) d’un univers auquel il n’a visiblement pas accès.
    Est-ce amplifié par des pratiques culturelles à écran? Vous le dites “Ils s’isolent au milieu des autres, au lieu de le faire dans le lieu qui leur est réservé, à savoir leur chambre”: il me semble qu’être simplement bien ensemble sans nécessairement se parler et interagir, c’est déjà être ensemble. Ce choix d’être dans l’espace commun démontre plutôt le contraire d’un isolement ou d’une volonté de se mettre à part.
    Je rejoins Alexie Geers dans sa comparaison des pratiques culturelles et je trouve vraiment dommage de croire que les écrans feraient écran. Dans quelle mesure, le fait de percevoir et de formuler ces pratiques culturelles comme de la gêne, de la non-communication, de l’écran n’est pas ce qui fait précisément écran pour les partager avec eux…?

  5. @ Marie : Sachant que le son de l’autoradio les gêne pour écouter leur propre musique ! Nous sommes les gêneurs, pas eux.

  6. Effectivement, ce besoin des adolescents de s’enfermer avec leurs écouteurs m’étonne et m’énerve.J’ai toujours trouvé très grossier ce mode de fonctionnement qui semble me dire que je ne compte pas plus qu’une chaise. J’ai même vu un ado écouter en voiture avec ses écouteurs le même CD que celui qui passait sur l’autoradio !!

  7. @ Alexie : J’ai signalé que, parmi eux, il y en avait un (une (fille) en réalité, ce n’est peut-être pas un hasard) qui se replongeait dans son livre. Je constate que lorsqu’elle ne fait que lire, on peut lui parler, elle entend sans difficulté et peut réagir aisément. Mais lorsqu’elle met ses écouteurs sur les oreilles pour ajouter de la musique à sa lecture, elle devient comme les autres, inaccessible. Personnellement, ce n’est pas tant le support qui me gêne (ordinateur ou console plutôt que livre) que le fait de s’immerger dans un environnement qui clôture et dresse une barrière entre soi et l’environnement immédiat.
    @ NLR : Ah oui, à quand la grande panne ? J’en rêve parfois…

  8. @Sylvain : ma vraie question était plutôt : si c’était un livre (à savoir livre = Culture mais aussi livre = pratique que vous connaissez bien) dans lequel vos enfants s’absorbaient en rentrant du ski cela vous poserait-il le même pb ?

  9. Oui : vous mettez le doigt sur un point essentiel. En effet, dans les conversations de forum, sur les réseaux, la plupart des gens écrivent “à cru”, sans correcteur. D’où cette impression nette de grand relâchement, voire de séisme orthographique.
    Or il suffit, comme vous dites, d’être coaché par la technologie pour que la situation s’améliore, que le soleil revienne. C’est bien de cette dépendance absolue dont on doit tenir compte pour l’éducation des jeunes générations. Vous imaginez une panne informatique un peu durable ? Pire : une panne d’électricité ? On reviendra aux signaux de fumée pour communiquer, seul moyen, de peur de devoir reprendre le stylo… 😉

  10. @Thierry D. Votre orthographe est loin d’être aussi “déplorable”, très loin même, que celle que l’on peut constater en parcourant n’importe quel fil de discussion entre ados (facebook ou autres forums). (Et là, manifestement, je ne vois pas de faute d’orthographe dans votre commentaire, vous savez donc vous concentrer 🙂 En 2012 les “ennemis de l’orthographe” s’accumulent, vous les avez nommés : méthodes pédagogiques + télé + jeux vidéo + SMS + industrie du divertissement en pleine santé, etc…. Ce qui nous amène à ce que certains spécialistes appellent le “COS” (cognition overflow syndrome). Avec de sérieux dysfonctionnements à la clé. Il faudrait en effet analyser plus profondément ce qui créé aujourd’hui une telle déficience de l’orthographe – car à ce point on peut parler d’handicap – ; il n’y a pas, comme vous le dites en contre-exemple, que le fait de ne pas lire assez, même si ça compte beaucoup.

  11. J’ai toujours été un grand lecteur, et j’ai toujours eu une orthographe déplorable. Quand j’étais enfant, c’était la faute aux nouvelles méthodes pédagogiques et quand j’étais ado, c’était la faute à la télé. Tout ça pour dire que l’orthographe a commencé à “pâtir” bien avant les jeux vidéos. En ce qui me concerne, je pense que c’était un sujet dont l’importance m’avait toujours semblé très surévaluée jusqu’à ce que je doive rédiger ma thèse. Et là c’était un peu tard pour découvrir l’orthographe “naturelle”.

  12. @Alexie Geers. Non, j’ai besoin de concentration, moi ; ce qui est beaucoup moins le cas des générations nouvelles, plus propices semble-t-il aux activité en parallèle, à faire trois choses en même temps. Leur cerveau semble s’être adapté, c’est très curieux.
    Pour le reste, c’est un raccourci, oui, si vous voulez. J’aurais pu m’épancher en un long développement, étayer d’exemples concrets, mais ça n’en reste pas moins une observation que je suis loin d’être le seul à faire. Et puis l’orthographe n’est pas “potentiellement moins bonne”, elle est juste moins bonne, tout simplement 🙂 Et pourquoi donc ? me demanderez-vous, – car il n’y a bien sûr pas que le jeu – ; parce qu’à force de toutes ces activités, le temps de lecture se trouve très réduit. Et la bonne orthographe étant une aptitude qui naît surtout par la mémoire visuelle (plutôt que par l’apprentissage scolaire; les règles, etc.), ceci explique en partie cela, me semble-t-il.

  13. @ Alexie : C’est probablement la situation de parent qui veut ça, mais je m’attends toujours à être dérangé, surtout si je m’installe au milieu de la pièce commune. Car l’un des aspects qui m’étonne le plus dans le comportement de ces enfants-ados, est qu’ils se plantent au plein milieu de l’espace dans lequel tout le monde transite ou s’active, et revendiquent néanmoins le respect absolu de leur tranquillité. Ils s’isolent au milieu des autres, au lieu de le faire dans le lieu qui leur est réservé, à savoir leur chambre (ce qu’ils font aussi, bien entendu).

  14. @NLR : rapprocher une orthographe potentiellement moins bonne et l’immersion dans le jeu ne serait-il pas un sacré raccourci ?!

    Sinon j’ai une question pour Sylvain (elle vaut aussi pour NLR d’ailleurs !) :
    Quand vous êtes en train de lire un roman passionnant ou de regarder un film captivant, ou toute autre activité intéressante, avez-vous envie d’être dérangé ?

  15. Oui, c’est une des raisons principales pour lesquelles l’orthographe chez les jeunes est, généralement, catastrophique. On peut trouver ça préoccupant. En dehors des jeux vidéo, des sports (“extrêmes” si possible) et de la lecture assidue des faits et gestes de leurs copains par écran interposés, il y a peu de place pour autre chose. En somme c’est une génération repliée sur elle-même, à l’abri du monde des “vieux” ; les réseaux facilitant chez eux toutes transactions et toutes émotions, avec une grande rapidité. L’orthographe, par exemple, en pâtit cruellement (puisque leur réseau d’amis s’exprime avec une qualité identique – ça tourne en rond). Espérons que cet état de fait, sans précédant, améliore ou implante d’autres facultés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.