Les ellipses de la communication visuelle

De plus en plus nombreux dans les lieux publics et les supports de communication de toute sorte, les pictogrammes poursuivent le rêve d’un langage sans frontière qui serait immédiatement compréhensible de tous, sans besoin d’aucun apprentissage. La réalité est toute autre : chacun est resté au moins une fois sans réaction devant une image savamment construite qui demeure impénétrable ou qui ouvre tant de pistes d’interprétation possibles qu’elle en perd son utilité pratique.

En voici deux, trouvées lors de ces vacances. Je les offre à votre sagacité ou à votre imagination. N’hésitez pas à me faire part de vos interprétations, même les plus fantaisistes. Et surtout, ne devinez pas trop vite !

Pour un premier inventaire visuel des pictos les plus étranges.


14 réflexions sur « Les ellipses de la communication visuelle »

  1. @ Adrien Zammit : Merci pour ces références spécialisées qui font entrer dans le domaine de la conception des pictogrammes.

  2. Petit commentaire de graphiste ; )
    Le travail de pictogramme est rattaché à ce que l’on nomme «graphisme d’information» (qui comprend aussi les plans, la signalétique, la visualisation de données). C’est un travail effectivement difficile, comme le fait remarquer cet article, mais loin d’être vain ; aussi il laisse particulièrement peu de place à l’amateurisme. Les graphistes qui font de la création de pictogramme une de leur spécialité s’appuient sur une culture visuelle riche de plusieurs générations de praticiens.
    Parmi les références historiques, il y a le travail de Gerd Arntz pour Isotype : http://gerdarntz.org/isotype
    Chaque édition de jeux olympiques est un petit challenge pour les graphistes en charge de l’identité visuelle de l’événement. Les pictos sont à la fête : http://tudibao.com.br/2009/10/pictogramas-das-olimpiadas.html
    Une autre référence, contemporaine, de l’Atelier de création graphique pour les Parcs nationaux de France : http://acgparis.com/index.php?id=235

  3. @ frabass : C’est exactement ça. Ce pictogramme rappelle aux usagers d’un centre de vacances qui met à leur disposition un local à skis ouvert directement sur les pistes qu’ils ne doivent pas pénétrer dans les lieux avec leurs chaussures de ski ni avec leurs skis.
    Sur place, le sens de l’image ne fait pas mystère. Elle n’en demeure pas moins elliptique lorsqu’on la considère en tant que telle.

  4. de la même manière et en resituant le contexte (des vacances placés sous le signe des sports d’hiver) le premier panneau pourrait inciter les skieurs à se delester de leur chaussures et skis pour pénétrer dasn un endroit particulier, salle de restauration ou autre

  5. @ Pierre : Certes, le contexte permet le plus souvent de comprendre le sens du pictogramme – non sans, parfois, un moment de réflexion.
    Dans le cas du pictogramme bleu, il est effectivement affiché au passage du contrôle d’un téléski et incite à faire la queue. Cela dit, il n’est guère possible de faire autre chose, étant donné l’étroitesse du couloir d’accès. L’image paraît donc redondante avec la situation objective offerte aux skieurs. C’est pourquoi ce pictogramme m’a surpris, même en situation.
    De fait, c’est en en découvrant un autre du même genre que j’ai compris quel était son sens véritable : en effet, devant un télésiège capable cette fois d’emporter trois skieurs à la fois, j’ai trouvé le même motif mais décliné avec trois files de personnages. Le message apparaissait enfin clair : faites la queue un par un ou trois par trois.

  6. 1) Interdit d’avancer avec vos skis: déchaussez et ne gardez que vos chaussures.
    2) En rang, sans déborder. Indispensable pour bien prendre les tire-fesses à défaut de coups de pied aux f…

  7. Certes prise de manière isolé on peut parfois resté perplexe devant ces pictogrammes mais généralement ils se retrouvent dans un lieu bien précis qui leur donne sens non ?

    En l’occurrence pour le second, il me semble, qu’il s’agit des panneaux qu’il y a au début des files d’attentes pour prendre une remontée mécanique et qu’il signifie donc qu’il faut faire la queue de manière disciplinée :).

  8. @ fal7i : désolé pour l’effet involontaire de stigmatisation de ceux-celles pour qui l’apprentissage du code de la route n’a pas été une partie de plaisir, qui plus est non concluante.
    @ André, PCH et Patrick : merci pour ces premières propositions qui, je l’espère, en appelleront d’autres. Au bout du compte, il ne sera peut-être même pas utile de livrer le sens véritable de ces deux pictogrammes.
    @ Patrick : Je ne connaissais pas cette mine de pictogrammes en tout genre. Décidément, internet est inépuisable.

  9. « …le rêve d’un langage sans frontière qui serait immédiatement compréhensible de tous, sans besoin d’aucun apprentissage… »

    Les recalés au code de la route, dont vous ne faites à l’évidence pas partie, apprécieront votre humour.
    🙂

  10. 1 : ne pas utiliser de chaussures de ski et/ou de skis pour conduire cette voiture
    2 : réunion de plus de trois clampins immédiatement dénoncée par aboiement canin au commissariat le plus proche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.