Personnalisation – 3

Parti à la découverte du nouveau chantier des Machines de l’île, à qui on doit déjà l’Eléphant qui est devenu en quelques années l’une des vitrines touristiques de la ville, je découvre que les palissades qui entourent la construction du futur Carrousel des Mondes marins sont flanquées de panneaux sur lesquels sont affichés des portraits photographiques grandeur nature des personnes qui participent à ce chantier : ouvriers, concepteurs, experts divers, constructeurs…

Cette galerie de portraits contribue à valoriser les artisans de cette réalisation, sans distinction de statut ni de qualification. Même si elle expose également leur images à diverses atteintes symboliques : traits satiriques, collages multiples…

De son côté, la presse locale, coutumière du fait, émaille également la chronique de ce chantier de portraits de ses forces vives, comme si l’intention commune était de rendre présents humainement et même identifiables personnellement les individus impliqués dans cette réalisation appelée à devenir elle aussi emblématique de la politique culturelle et touristique de la ville de Nantes.

Capture d'écran du site de Presse Océan du 16 janvier 2012

23 janvier 2012

6 février 2012

20 février 2012

27 février

Presse Océan privilégie les porteurs d’idées ou de responsabilités, mais le souci de personnaliser est commun.

Faut-il croire que, dès lors qu’une réalisation, une action, un mouvement social sont parés d’une importance symbolique, politique, médiatique, ses acteurs, ses auteurs se voient élevés à l’état d’icônes et, du même coup, conduits à coexister avec leur propre image ? Car personnalisation et médiatisation vont ici de pair.

Capture d'écran du site de RTL, 8 mars 2012

Autre billets traitant de la personnalisation par l’image.


7 réflexions sur « Personnalisation – 3 »

  1. @PCH il ne s’agit pas à proprement parler d’aimer, mais de ressentir ou non un sentiment de honte par rapport à certaines taches perçues comme dévalorisantes. Une même activité professionnelle sera vécue différemment selon l’origine sociale, le parcours professionnel et la dynamique du groupe au sein duquel s’exerce cette activité. Il y a sans doute également un rapport à la photo. Si la photographie est quelque chose de totalement étranger à la personne photographiée, elle y voit en général quelque chose de valorisant, même si son activité professionnelle n’aurait pas été nécessairement son premier choix pour être photographiée.
    @Sylvain Mon expérience, c’est que le plus difficile c’est d’accepter de se faire photographier devant les collègues. Ensuite les gens seront plus hésitants devant une utilisation « discrète » mais qui les associe à l’entreprise (journal interne, catalogue etc.), que devant une utilisation qui les met en exergue avec insistance mais est perçue comme valorisante (Musée, exposition etc.).

  2. @Sylvain Maresca : les conditions sociales de production de ce type de campagne doivent certainement être pleines d’enseignement; le dispositif donnant lieu à cette valorisation d’un chantier, comme celui du cinéma, doit être très certainement masqué aux acteurs eux-mêmes par une sorte d’imposition qui me semble se superposer à l’intégrité et la dignité que le travail procure – refuser une photo de soi sur son lieu de travail, dans les poses de l’exercice dudit travail, ne peut guère aller de soi, d’autant moins que la pression des autres -qui ne refusent pas, et donc consentent : penser à l’inertie et à la force du consentement- agit et intime, elle aussi, au consentement. Je me pose la question à moi-même et ne vois guère d’objection (sinon morale, la mienne, non celle des autres) à un tel refus…
    @Thierry Dehesdin : il n’y avait que très peu de reproche vis à vis de ce type de pratique, mais simplement une tentative de constater quelque chose comme une évidence que vous pointez très bien : tout le monde aime son travail (sauf exception…)

  3. @ D’accord avec toi Thierry, mais il y a tout de même une marge entre se faire photographier sur son lieu de travail, et accepter que l’une de ces images soit tirée en grand format pour être exposée sur les lieux mêmes à l’intention des badauds. Photographier les gens les valorise, tandis que les exposer les met en exergue avec une insistance qui, souvent, peut leur paraître difficile à assumer.

  4. @PCh Utiliser des personnes qui travaillent sur le chantier pour faire des économies sur le poste mannequin ne me semble pas un reproche recevable ici. Utiliser des mannequins pour faire ces photos, c’eut été un tout autre projet photographique et idéologique.
    @Sylvain Les gens sont généralement plus partant que ce que l’on pourrait imaginer pour participer à des photos sur leur lieu de travail. Les causes de refus sont liées à la honte que l’on peut éprouver vis à vis de son travail (c’est un sentiment relativement exceptionnel), à la gêne de se sentir distingué et donc différent des collègues en étant celui ou celle qui va poser (un projet où l’on photographie « tous » les travailleurs est donc beaucoup plus facile à réaliser), et enfin à des complexes physiques.

  5. @ PCH : Il serait intéressant, dans le cas présent, de savoir comment a été réalisée cette série de portraits, à l’initiative de qui, en mobilisant qui ? La question étant en particulier de discerner, sur un chantier comme celui-là, qui accepte de se prêter au jeu, qui s’y refuse et pourquoi ? Car je doute que les portraits affichés représentent la totalité des professionnels qui interviennent dans cette opération de construction.

  6. Outre qu’apparaître en photo doit flatter l’ego des personnes concernées, le fait de recourir à des bénévoles comme sujets/objets de la campagne de promotion doit probablement aider à réaliser de substantielles économies, notamment sur le poste salaires des mannequins et autres silhouettes. Par ailleurs, ce type de mise en valeur du commun des mortels me fait penser avec une sorte de haut le coeur à ces calendriers réalisés à base de photographies recourant à des individus mâles plus ou moins dénudés (ou femelles, mais pour elles, ceux à base de pin’up étaient déjà plus ou moins plébiscités : le haut le coeur n’en était d’ailleurs pas moindre) afin de vanter (ou de « communiquer sur ») une cause, quand même elle serait la plus défendable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.