Tout en image

Bouffée de nostalgie ce week-end lorsque je suis tombé sur les 21 volumes reliés de l’encyclopédie Tout l’univers, que je lisais enfant sous la forme de livraisons hebdomadaires. Les images me fascinaient et Dieu sait s’il y en avait : de pleines pages et en couleurs, puisque tel était le slogan de cette publication.

Sa parution a commencé en France le 25 octobre 1961. Elle reprenait une formule éditoriale lancée en 1958 par un éditeur milanais, Fratelli Fabbri Editori. J’ignore combien de temps a duré la publication hebdomadaire. Les volumes édités par Hachette sous une couverture rouge, qui évoque irrésistiblement les prix de fin d’année distribués par les écoles primaires, datent de  1973.

Aujourd’hui, ce qui me frappe en retrouvant ces pages, c’est le fait que les illustrations soient massivement des dessins coloriés. La publication sous forme de volumes ne permet pas de retrouver l’ordre chronologique de parution et donc de suivre l’apparition progressive des photographies. Les articles consacrés à l’art, aux lieux touristiques ou exotiques sont plus souvent illustrés de clichés que ceux qui traitent de sujets plus ordinaires comme les animaux, sauvages ou domestiques. Illustrer le texte sur la lune avec la célèbre photo d’Amstrong foulant le sol de notre satellite révèle qu’il a été écrit après l’été 1969.

On voit ainsi que la photographie s’est imposée comme la forme par excellence d’illustration sur la fin des années 1960 et au tournant de la décennie suivante. Ce qui rejoint le témoignage de plusieurs photographes professionnels qui ont vu arriver la photographie à cette période, par exemple dans la création publicitaire où, en quelques années, elle a détrôné définitivement l’illustration graphique. C’est somme tout très récent.

Autres aperçus de Tout l’univers.


6 réflexions sur « Tout en image »

  1. Merci pour cette petite madeleine nostalgique. Je le feuilletais chez les voisins

    Cet univers visuel est vraiment étrange et unique avec son code visuel en jaune et rouge qui relève plus de l’illustration populaire et du cirque que des codes du savoir (et l’éloigne du réalisme chromatique de la photographie). Le saupoudrage aléatoire des matières et des thèmes en fait un ancêtre des remix…

    Enfant (vers 10 – 12 ans) je regardais déjà cette encyclopédie avec un mélange de fascination et scepticisme… je préferais les Pilotorama… puis Alpha.

    • @ Marie-Madeleine : Je ne suis plus à l’endroit où j’ai trouvé cette collection. Impossible donc de vérifier. Mais le modernisme faisait à l’évidence partie des axes privilégiés par Tout l’univers, comme en témoigne en particulier leur première couverture :
      http://www.youtube.com/watch?v=127-uZe74Zk
      On peut aujourd’hui consulter l’encyclopédie en ligne, mais c’est payant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.