Campagne

Je rentre d’une semaine de vacances au bord du Lot, au cœur d’un paysage rural ponctué de superbes bâtisses anciennes. Quelques jours au calme, rythmés par le clocher de l’église, sans télévision, ni radio, ni internet. Une parenthèse de silence juste avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Dans ce petit village, trois panneaux en bois grossier ont été adossés à un muret, afin de satisfaire aux obligations de la loi électorale. Mais ils sont restés vierges de toute affiche. Il faut croire que les représentants des différents candidats n’ont pas jugé utile de venir y faire acte de présence ; les panneaux du bourg voisin suffisent. La campagne électorale n’a donc ici rien d’apparent – ce qui ne veut pas dire qu’elle n’occupe pas les esprit des habitants. En tout cas, elle ne se laisse pas aborder de l’extérieur, comme on pourrait s’y risquer dans un contexte plus urbain (voir la dernière note d’André Gunthert sur les panneaux électoraux de son quartier en 2007 et aujourd’hui).

En revanche, la politique est bien présente dans ce village, comme dans d’autres de la région, mais une politique locale, circonscrite aux enjeux de la commune. On trouve en effet sur certaines maisons de superbes écussons ornés de drapeaux tricolores,  portant la mention : Honneur à notre élu(e), à notre adjoint(e) ou à notre maire. Il s’agit là d’une manifestation de la tradition des arbres de mai encore vivace dans le monde occitan, qui rend ici hommage aux élus locaux.

Je me souviens avoir consacré mon premier article de sociologie à l’observation d’élections municipales dans un petit village agricole de Lorraine. J’y avais été frappé par le décalage entre le rituel électoral, imposé par la loi générale, et la réalité des enjeux locaux qui présidaient à la désignation du premier magistrat de la commune. Tous les six ans, l’élection venait mettre formellement en jeu un poste et une prééminence que rien pourtant ne menaçait. On votait, voire on re-votait pour un homme dont l’autorité n’avait rien d’électoral, un homme qui ne faisait d’ailleurs pas campagne puisqu’il devait son autorité et sa distinction à des atouts familiaux, économiques, historiques, etc. inscrits dans le lieu – loin par conséquent de toute logique partisane ou politique explicite. Ces élections se déroulaient pour ainsi dire sans politique, alors même que le rituel républicain les paraît de tous les attributs de la dispute démocratique.

Dans ce village du Lot, le mutisme des panneaux électoraux et le décorum de l’hommage rendu à ses élus locaux révèlent le contraste entre deux régimes de vie politique, l’un national, mis en scène par les partis et les médias, et l’autre local, vécu au quotidien par les habitants du lieu, souvent sans référence à des appartenances politiques, sans signes politiques extérieurs. Mais non sans enjeux d’importance.

Sur ces questions, voir mon article : Le territoire politique.


2 réflexions sur « Campagne »

  1. @ Daniel : Sans en être absolument sûr, il me semble que le soin de coller les affiches sur les panneaux électoraux revient aux différents candidats.

  2. Bonjour,

    en ce qui concerne ce premier tour des élections présidentielles, ce mutisme des panneaux électoraux ne relève-t-il pas d’abord d’un dysfonctionnement ? L’entreprise chargée des collages l’a-t-elle bien fait ? et où ? Il est des maires qui disent s’indigner dans des communes où seules les affiches des deux concurrents principaux ont été collées avant le premier tour.
    Et tous les électeurs qui en font la remarque en entrant dans le bureau de vote ne sont-ils pas inscrits dans une référence aux enjeux nationaux ?
    Cordialement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.