Devant la télé

Ils seraient au moins 20 millions à regarder le débat entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, nous affirmaient les médias, sur la base du chiffre (20,4 millions) atteint en 2007 pour la confrontation entre le futur président et Ségolène Royal. De fait, ils n’ont été « que » 17,79 millions selon l’AFP. Devant ce démenti mineur des auto-certitudes des médias, j’ai envie de poser la question non pas du pourquoi, mais du comment : comment ces millions de téléspectateurs ont-ils regardé le débat d’hier soir ? Ou même encore : qu’ont-ils fait pendant le débat ? Car les imaginer rivés à leur écran pendant près de trois heures pour suivre avec attention les arguments des deux candidats relève de la pure fiction. En pareil cas, comme d’ordinaire, les gens font quantité de choses pendant que la télévision diffuse ses programmes.

J’ai demandé cette année à des étudiants de Licence 3 d’observer en situation comment on regardait la télévision dans leur famille. Les liens personnels rendent possible une observation qu’il est beaucoup plus difficile d’imposer de l’extérieur. C’est en particulier pourquoi la télévision fait l’objet de statistiques récurrentes et détaillées, mais de très peu d’observations. Ce qui est particulièrement dommage, tant, dans ce domaine, les déclarations se révèlent souvent en décalage par rapport aux pratiques effectives.

Voici un premier aperçu de ce qui ressort des observations réalisées par ces étudiants (environ une trentaine). Elles ont été conduites au cours des dernières semaines, le plus souvent lors de soirées ordinaires passées au domicile de leurs parents ; quelques-uns seulement chez des jeunes dans leur propre appartement ou en colocation. Les milieux sociaux concernés sont composés essentiellement de classes populaires et de petites classes moyennes.

Premier point à souligner : la télévision impose sa présence lors des soirées domestiques. Elle est allumée et on la regarde, même très diversement, comme on va le voir. Certes, les étudiants-enquêteurs n’ont décrit que des temps familiaux avec télévision, mais il ressort de leurs comptes-rendus que cette occupation du temps de l’après-dîner n’a rien d’extraordinaire : elle est même tout à fait ordinaire.

D’ailleurs, l’espace est clairement organisé en fonction de la télévision : le salon ou la pièce où se situe le téléviseur est meublé de telle sorte que le confort se conjugue avec la meilleure visibilité de l’écran pour les personnes présentes tous les jours. C’est particulièrement clair lorsque la pièce comporte également une table pour les repas ou encore une cheminée : le ou les canapés, les fauteuils sont tournés vers la télé et non pas vers le possible feu de bois.

Je parle ici du téléviseur « principal », celui qui trône dans l’une des pièces collectives de la maison. De plus en plus, les intérieurs en comportent d’autres, installés dans la chambre des parents, celles de certains enfants, voire une salle de jeu – souvent, alors, uniquement dévolus aux jeux vidéos, sans réception des programmes. D’une pièce à l’autre se déploie une chaîne de recyclage des téléviseurs au fur et à mesure de leur renouvellement : celui du salon est souvent le plus performant, ceux des chambres les modèles précédents. Pas étonnant, dans ces conditions, que le téléviseurs principal attire plus que les autres et qu’il constitue encore largement un motif de retrouvailles familiales pour y regarder, ne serait-ce que le temps d’un JT ou d’une série, l’ensemble des personnes qui vivent sous le même toit. Ce qui ne signifie nullement une entente cordiale : souvent, au contraire, la concurrence est vive pour choisir le programme à regarder, pour contrôler la télécommande, pour imposer le silence, etc.

Car rien n’est moins calme que le loisir télévisuel : autant la télé est durablement inscrite dans les rythmes de vie de la maisonnée, autant elle est dans la pratique négligée, regardée distraitement, conjointement à d’autres activités, dans un va-et-vient souvent incessant, plus souvent traitée comme une toile de fond que comme un point de focalisation soutenue. Une sorte d’écran de veille, comme il en apparaît sur les ordinateurs délaissés. Bref, les gens s’occupent à tout un tas de choses devant la télé.

Il reste à préciser davantage qui fait quoi car, selon qu’on est un homme ou une femme, un parent ou un enfant, les comportements diffèrent sensiblement.

De toute la maisonnée, les hommes, particulièrement les pères, sont les plus intéressés par le spectacle de la télévision. Ils la regardent jalousement, supportant difficilement d’être distraits. Ils s’emparent le plus souvent de la télécommande pour décider du programme. Les bruits alentour les dérangent, les conversations, les bavardages autour d’eux. Ils réclament souvent le silence, s’arrogeant parfois le privilège exclusif de brancher un casque qui, du même coup, prive tous les autres du son. A l’évidence, la télécommande n’est pas le seul dispositif stratégique dans une famille.

Les femmes, quant à elles, les mères surtout, sont beaucoup moins attentives pour une raison simple, qui renvoie à cette immuable division des tâches entre les sexes : elles s’activent dans la cuisine ou dans le reste de la maison, ménage, repassage, et autres corvées domestiques. Même lorsqu’elles n’ont pas d’ouvrage en cours, elles regardent plus rarement la télévision sans faire autre chose : feuilleter une revue, faire des mots croisés, consulter leur courrier… Elles vont et viennent, répondent au téléphone s’il vient à sonner, sortent le chien dans le jardin, ouvrent au chat qui gratte pour rentrer… Elles ne tiennent pas en place et aussi, nettement plus souvent que les hommes, elles parlent, commentent ce qu’elles voient.

Chez les plus âgés, les hommes s’endorment rapidement devant le programme qu’ils ont imposé, tandis que les femmes veillent plus tard, non sans avoir changé de chaîne aussitôt après.

Autre différence majeure de comportement, celle qui oppose les parents et leurs enfants (lesquels sont le plus souvent des jeunes adultes, dans les situations observées par les étudiants). Quand les premiers se posent devant la télévision pour la regarder, ils ne regardent que cet écran – même s’ils ne s’y attardent pas forcément longtemps. Ils ont leur place attitrée, leurs rituels : quelque chose à grignoter, à boire, la cigarette du soir, etc. Alors que la jeune génération suit généralement plusieurs écrans en même temps : téléphone portable, ordinateur… Pour ces derniers, la télévision ne représente qu’un écran parmi d’autres, qu’ils captent d’un œil. Quelques observations réalisées parmi un assistance composée exclusivement de jeunes révèlent à quel point la télé, bien qu’allumée, apporte une contribution secondaire à leur expérience du moment, alimentée d’écrans divers, de conversations sur place ou à distance, d’allées et venues, de sorties cigarette, etc.

Une des nouveautés soulignées par nombre de journalistes ce matin à propos du débat télévisé d’hier soir est l’intense activité de commentaire en direct qui s’est développée sur les divers réseaux sociaux, mais également sur certains sites d’informations comme Rue89 ou Owni. Les jeunes observés par les étudiants commentent eux aussi ce qu’ils aperçoivent à la télé à destination de leurs amis sur Facebook et ils en reçoivent en retour des appréciations, des conseils pour aller voir autre chose sur une chaîne différente, etc.

Cette conscience de la relativisation de la télévision dans l’éventail des pratiques d’écran des jeunes générations stimule des programmes de recherche-développement visant à intégrer les fonctions des ordinateurs dans les téléviseurs eux-mêmes afin de rendre bientôt possible sur un seul appareil le type de dialogue interactif en direct qui nécessite aujourd’hui plusieurs écrans allumés simultanément. Dans le jargon spécialisé de ces développeurs, les mots clés sont « everywhere » et « multidevice »1.

Fait intéressant : pour mieux ajuster les innovations technologiques ainsi recherchées aux besoins effectifs des consommateurs (puisqu’il s’agira tout de même de les convaincre d’ici peu d’acheter de nouveaux équipements), sont lancées des enquêtes empiriques sur la façon dont les gens regardent la télévision, comme si l’on commençait seulement à découvrir que les mesures de l’audimat – qui postulent qu’il y a toujours un téléspectateur devant un écran allumé – étaient définitivement des artefacts dépourvus de réalité.

  1. Voir en particulier sur ces questions le dossier de la revue Sciences Ouest de février 2012. []

7 réflexions sur « Devant la télé »

  1. Ping : Devant la télé | La vie sociale des images | Looks -Pictures, Images, Visual Languages | Scoop.it

  2. @ Box : Il n’en n’a pas été fait mention, en effet, alors que plusieurs des familles observées sont équipées d’une box offrant cette possibilité.
    Cela dit, la possibilité que vous pointez, grâce à ce dispositif technique, de reprendre « ce pouvoir à la télévision » est inscrite dans l’histoire de la télévision depuis son origine : car il s’agit d’un médium permettant une appropriation privée des images. Multiplication des chaînes, abonnements spécifiques, paiement à la carte, multiprogrammations, magnétoscope… sans parler de la télécommande, tout a toujours été dans ce sens. Et ce n’est certainement pas fini (voir à ce sujet le chapitre de mon livre en ligne consacré à la télévision : http://culturevisuelle.org/viesociale/901).
    Et puis, il faut bien considérer l’ensemble des pratiques décrites dans ces observations in situ comme des façons très efficace d’introduire de la distance avec le spectacle télévisuel et d’affirmer l’arbitraire du téléspectateur, qui veut bien de cette forme particulièrement insistante d’intrusion mais à ses conditions.

  3. Aucune mention de « timeshifting » ?!
    Ou « contrôle du direct » (ou « décalage temporel » aussi) comme on devrait dire en français…

    Bon, c’est sûr que l’utilisation du « timeshifting » n’est vraiment adaptée que quand il n’y a qu’une seule personne devant la télévision.

    Mais je trouve que ça change complètement la « relation » avec la télévision. Car ce n’est plus la télévision qui impose son rythme. Ça devient de moins en moins de la télévision… on peut : mettre sur pause quand on a quelque chose de plus important à faire, sauter les publicités, repasser un passage qu’on voudrait revoir, sauter un passage inintéressant, etc.

    Ça peut sembler ridicule, mais je trouve que le « timeshifting » reprend ce pouvoir à la télévision… celui d’imposer un rythme/déroulement, de monopoliser l’attention, etc.

    Bref, c’est comme retrouver du « temps de cerveau »…
    🙂

  4. @ PCH : Certes, il faudrait diversifier les angles et les sujets d’observation. Mais ça ne va effectivement pas de soi : se faire accepter chez les gens pour les observer dans le quotidien de leur vie domestique, dans leur rapport vécu avec la télévision qui est toujours empreint d’une certaine mauvaise conscience (je sais que c’est nul, mais je regarde quand même…), est rien moins qu’évident. Un intérêt toutefois des familles observées ici, c’est qu’elles appartiennent majoritairement à des milieux modestes, ou au mieux aux petites classes moyennes. Les étudiants en sociologie ne sont pas issus des CSP+, loin s’en faut.

  5. Je crois aussi qu’il faudrait diversifier la posture de l’observateur (ce qui ne va évidemment pas du tout pas de soi) : autres que des étudiants, car déjà en position surdéterminée, il me semble, socialement tout au moins… Le tropisme qui concerne la « cible » des âges, « 14-18 » ou « 18-25 », par rapport aux nouvelles technologies de l’information et de la communication comme on dit est, il me semble, directement issu du marketing, comme « prescripteurs » des loisirs de la famille etc etc (je n’aime pas ce type de raisonnement parce qu’il impose une problématique commerciale : le lien entre le fait de regarder la télévision et des comportements d’achat me semble lui aussi parfaitement surfait, bien que le discours marketing, qui ne cesse de nous assommer, dise le contraire).

  6. André : J’ai été surpris de la place occupée encore par la télévision. Certes, comme je l’ai dit, le fait qu’elle ait été observée ici par des étudiants qui rentraient chez leurs parents et qu’eux-mêmes aient choisi précisément une soirée avec télé, a contribué probablement à sur-estimer la place de la télévision dans les foyers observés, et surtout de la télé collective, celle du salon pour tous. En même temps, il ne semble pas que ces moments d’observation aient été très extraordinaires. En accord avec ce que tu dis, il faudrait effectivement diversifier les temps, dans la journée ou la semaine, pour se donner la possibilité de voir apparaître des variations.
    En tout cas, la télévision a encore de beaux jours devant elle, surtout si la technologie s’emploie à lui injecter tout ce que les jeunes générations apprécient tant sur internet.

  7. Merci pour cette synthèse qui ouvre de nombreuses questions! J’aime beaucoup l’idée de la télé comme lieu de négociation et miroir des rapports de force au sein de la famille. Une interrogation à développer à partir de ce canevas pourrait être aussi celle des temporalités de la journée ou de la semaine…

    La question du détrônement de la télé comme lieu central du loisir familial a été beaucoup agitée depuis l’émergence d’internet. La description d’une position plus complexe, qui n’a pas perdu sa centralité tout en étant regardée distraitement me parait très juste, mais elle reste difficile à interpréter. L’opposition télé/internet est peut-être aussi à relativiser. Ce que j’observe des consultations des ados des contenus en ligne me paraît là aussi ressortir d’un espace paradoxal, qui reste encore très lié à la télévision, comme si internet n’était finalement pas autre chose qu’une télé plus souple et plus confortable…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.