Pommes de luxe

J’ai trouvé ce week-end dans un supermarché breton ces pommes de marque, lustrées, impeccables, chacune estampillée d’une petite vignette illustrée d’un portrait de femme qui évoque davantage une gravure de mode qu’une variété de fruit. Renseignements pris, il s’agit de la “gamme de luxe” lancée en 2009 par un grossiste familial du Finistère, passé au bio quelques années auparavant. Les connotations érotiques, ou bibliques c’est selon, de la marque “Charnel” font d’autant plus sourire que l’entreprise en question s’appelle Le Saint – reprise du patronyme de cette famille au commandes depuis 1958.


8 réflexions sur « Pommes de luxe »

  1. @ Jérôme : OK pour les manipulations génétiques.
    @ Alexie : Moi aussi j’ai fait la confusion avec la marque de lingerie féminine lorsque j’ai fait ma première recherche sur internet. Mais comme elle ne débouchait sur aucune pomme, je me suis dit que j’avais fait une erreur d’aiguillage. Confusion voulue par les auteurs marketing de cet affiche commercial ?

  2. @ André : Effectivement, il s’agit d’une marque s’appliquant à plusieurs catégories de fruits censés être de haute qualité. Étonnamment d’ailleurs, leur origine bio n’est pas mise en avant, comme si leur apparence ou la griffe qu’ils portent signifiaient davantage leur qualité que la certification de leur origine. De la pomme haute couture, en quelque sorte…

  3. C’est en effet qq chose de bien original ! Cette image photo en netb associée au bandeau rouge dentelé m’a fait immédiatement penser à d’anciennes publicités pour la lingerie, évocation qui, je suis sûre à été suscitée par le mot “charnel” très proche de la marque de lingerie “Charmel”… Je fais de suite, une recherche pour retrouver ces pub 😉

  4. Si je comprends bien, l’appellation vise à créer une “marque” trans-fruits et légumes: on verrait donc apposer ce sticker aussi bien sur des pommes, des citrons ou des tomates… Replacé dans ce contexte de reconnaissance d’une signature, le travail graphique, effectivement conforme à la création visuelle d’une marque générique, s’explique peut-être un peu mieux… Mais tu as raison: la stratégie est originale. Le choix du noir et blanc et d’une expressivité “cinématographique” sont des éléments très éloignés des codes habituels de l’agro-alim ou du bio. Je les interprète comme visant des connotations de luxe et de distinction. A vérifier si une telle association prend dans le contexte fruits et légumes…

  5. En deçà de la dimension symbolique, je vois dans cette petite association un rapport souterrain entre des pratiques éloignées et très différentes, qui réside dans l’analogie troublante entre la manipulation numérique des images et les manipulations génétiques opérées par les biotechs 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.