Gyotaku

Le hasard d’une rencontre avec un pêcheur doublé d’un artiste m’a permis de découvrir une pratique traditionnelle issue du Japon : le gyotaku.

On raconte qu’en 1862, un seigneur et ses samouraïs pêchèrent une dorade magnifique, symbole de bonheur, qu’ils auraient voulu offrir à l’Empereur. Mais comme ils se trouvaient trop loin de la capitale pour espérer que ce poisson se conserve jusqu’à sa destination, ils eurent l’idée d’en fixer une empreinte sur du papier après l’avoir enduit d’encre. L’image ainsi obtenue fut offerte au souverain, comme substitut du poisson. Depuis, ce procédé a été repris à maintes reprises par des pêcheurs pour conserver une trace de leurs plus belles prises. On en trouve dans certaines poissonneries : outre l’empreinte de l’animal, ces estampes précisent son espèce, la taille et le poids du spécimen, la date de sa pêche, voire le nom du pêcheur.

Depuis, la photographie a pris le relais en imposant un nouveau canon de représentation : le cliché du pêcheur exhibant avec fierté le poisson exceptionnel qu’il vient de tirer de l’eau. Il se prend certainement aujourd’hui beaucoup plus de clichés de cette nature qu’il ne se réalise d’empreintes sur papier, même si cette pratique n’a pas disparu et trouve de nouveaux adeptes de par le monde1.

Ces deux registres de représentation ont toutefois un point commun qui les rend également aptes à fixer les traces de ces trophées de pêche : il s’agit dans les deux cas d’empreintes physiques, médiatisées par l’encre d’imprimerie dans un cas, les rayons de la lumière dans l’autre, et déposées sur du papier qui leur assure une forme matérielle de conservation.

Complément (31 mai ) :

Voici un autre exemple de photo de pêcheur, plus ancien et plus soigné esthétiquement que les clichés de la sélection Google :

Portrait de Lutian et de sa prise, années 1930 (Archives départementales de l'Essonne, Fonds du Studio Fournier, Corbeil-Essonnes)

  1. Voir par exemple l’exposition présentée actuellement au Musée de la pêche de Concarneau. []

7 réflexions sur « Gyotaku »

  1. @ Thierry : Je l’ignore. J’aime bien le contraste avec la tenue très populaire du pêcheur, qui ne semble guère habitué des studios.

  2. Je complète ce billet grâce à une photographie des années 1930, aimablement communiquée par Véronique Guasco des Archives départementales de l’Essonne.

  3. En effet. D’ailleurs, l’image que j’ai choisie pour illustrer ce billet renvoie au site de ce musée, où je l’ai empruntée.

  4. Jusqu’au 30 septembre 2012, une exposition sur les Gyotaku est visible au Musée de la Pêche de Concarneau. Associé à celle-ci, un superbe livre a été édité aux éditions Coop Breizh (je l’ai découvert par hasard lors de l’impression de mon livre), malheureusement assez mal mis en valeur sur le site de l’éditeur.

  5. @ Yoann : Avec d’autres types d’animaux, je ne sais pas. Il faudrait chercher. Avec des plantes, oui. J’en ai déjà vu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.