Académies

Images du congrès 2012 de la Fédération photographique de France. Capture d'écran du site de la FPF

Les propos d’un responsable de clubs photo rencontré récemment entrent étonnamment en résonance avec ceux que tiennent nombre d’enseignants d’écoles de photographie, particulièrement ceux qui défendent une approche créative.

Selon lui, la principale révolution provoquée par le numérique dans les clubs photo serait l’arrivée d’un nouveau public tout à fait différent : “Avant, arrivaient au club photo des gens qui venaient pour travailler leurs clichés, avec une vision personnelle. Pas d’auteur, encore, mais avec une vision personnelle », et surtout la « certitude qu’ils n’y connaissaient rien. Il fallait qu’ils apprennent tout. Souvent, toutefois, un minimum de culture photographique. » Depuis 4-5 ans, « arrivent dans les clubs des gens qui ont cassé un peu la tirelire pour acheter un appareil photo. Amateurs déjà, ils font des photos, voient des photos sur tout un tas de sites internet, trouvent leurs images absolument intéressantes et ont envie d’entrer dans un club photo pour, pourquoi pas, réussir de belles images, exposer, en faire quelque chose professionnellement, voire en vendre. Ils arrivent dans les clubs persuadés que ce qu’ils font est intéressant. Et là, c’est très difficile parce qu’on est avec des gens qui ont fait ça comme ils auraient fait ping-pong, football ou autre chose. Aucune culture photographique, aucune gestion de rien, même de la profondeur de champ, de flou, de luminosité… Toutes ces questions-là leur sont inconnues. Et ils peuvent se retrouver dans la première année d’un club un peu dépassés par les exigences qui sont celles de la production d’images. Ils confrontent là leurs images avec celles de copains qui eux bossent depuis un peu plus longtemps, et donc il y a pas mal d’abandons. Des démissions, on connaissait, il y a toujours eu des fluctuations dans les groupes, mais pas à ce rythme-là. »

Du côté des écoles de photographie, la déception, voire le découragement sont également pointés chez les étudiants qui se fieraient trop facilement aux performances techniques de leurs appareils censés garantir la qualité de leurs images. Leurs enseignants en viennent à regretter ce luxe technologique qui rend plus difficilement recevable leur pédagogie du temps long et besogneux de la finition. “Avec le numérique, on a un partenaire technologique auquel on fait trop confiance à mon avis”, insiste l’un de ces enseignants, avant d’ajouter : “Eux, moi pas. Moi, je ne fais pas confiance, je vérifie.”

Le parti-pris des écoles comme Arles, les Arts déco, Louis Lumière ou encore les Gobelins de conserver un enseignement des techniques argentiques vise en particulier à lutter contre le risque de “se faire dépasser par l’outil” numérique qui permet d’opérer des transformations radicales en un laps de temps très court. “Le laboratoire analogique permet d’avoir du temps entre le moment où on décide d’un geste technique et le moment où on a le résultat correspondant à ce geste, et d’appréhender s’il a été pertinent ou pas. On peut lutter ainsi contre la vitesse intrinsèque de l’étudiant de base, qui est également celle de l’outil numérique.”

L’autre point de convergence entre les clubs photo et les écoles spécialisées, c’est la préservation des techniques propres à la photographie noir et blanc argentique. Il n’y a plus guère, en effet, que dans les uns et les autres que l’on puisse accéder à des laboratoires équipés et bénéficier de formateurs compétents. D’ailleurs – autre point commun significatif -, les clubs et les écoles renouent avec les procédés anciens ou alternatifs, en combinant le traitement numérique avec des techniques et supports traditionnels. Le fait que les clubs photo aient été orientés à 95 % vers le noir et blanc avant l’irruption du numérique en fait des sortes de conservatoires techniques, au même titre que les écoles.  Ils constituent souvent un premier lieu d’apprentissage pour des jeunes qui intègrent ensuite une formation spécialisée.

Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les responsables des clubs et les enseignants partagent souvent une même culture exigeante de la production photographique, cultivent chacun à leur manière une certaine forme d’élitisme, alimentée par une défiance vis-à-vis de l’emprise des écrans. Certains des nouveaux-venus dans les clubs ont déjà mis en ligne quelques-unes de leurs photos, souvent sur des sites dédiés à certaines marques de matériel où ils ont recueilli des avis bienveillants. Alors que, selon ce même responsable, “ça ne passerait jamais dans un club. Ce n’est pas parce que la petite fille a un joli sourire que ça va faire une image.”

Les écoles forment de futurs professionnels, tandis que les clubs photo s’adressent aux amateurs, mais des amateurs qui se veulent “éclairés”, “cultivés”, pas simplement des techniciens. En privilégiant ceux qui se posent des questions “de création”, ils se situent à leur manière dans la même logique que les écoles patentées. Dans ces deux sphères, que tout oppose par ailleurs, règne le même mélange d’attirance et de répulsion pour le numérique, en même temps qu’un attachement fort, organisé, à la culture argentique de la photographie.


6 réflexions sur « Académies »

  1. @ Thierry : Certes la fin du XIXe siècle a connu des débats au moins aussi vifs que ceux d’aujourd’hui. Dans les questions d’enseignement se joue immanquablement une confrontation de générations, avec souvent une touche de querelle entre les anciens et les modernes. L’arrivée du numérique a radicalisé cette opposition. S’il s’agit de préparer de futurs professionnels efficaces, l’apprentissage des techniques numériques suffit amplement. Mais les enseignants, et les piliers des photo clubs soutiennent qu’il importe tout autant, sinon plus, de transmettre une culture de la photographie et de l’image, dont le numérique n’est que le dernier avatar.

  2. @Sylvain Il serait probablement intéressant d’inscrire le débat dialectique entre technique et esthétique dans une perspective historique. Lorsqu’hier les photographes n’ont plus eu besoin de préparer eux-mêmes leurs émulsions, est-ce que le débat n’a pas été aussi vif entre professionnels et amateurs, techniques anciennes et facilité nouvelle de la photographie?
    L’évolution du marché pose un problème de positionnement à une école comme les Gobelins. L’enseignement était défini en association avec les professionnels chez qui les élèves trouvaient du boulot à la sortie de l’école. Aujourd’hui les photographes utilisent peu ou pas d’assistants, les labos sont moins nombreux et utilisent moins de personnel. La technique était la condition nécessaire, le talent n’était qu’un plus. Avec la crise traversée par le marché, on bascule progressivement d’une logique professionnelle vers une logique plus école des beaux-arts. Avec peu d’élèves qui arriveront à en vivre et selon des logiques qui ne sont pas évidentes à définir.

  3. @ Hugues : Il faut espérer en effet que le numérique aura imposé l’évidence que toute image est un artefact, même si elle se donne à voir pour un reflet mimétique du réel. Quant à la qualité des images, elle semble de plus en plus médiatisée par les écrans, dont les normes ne sont pas du tout équivalentes à celles du tirage papier, en voie de disparition. Dans les écoles de photographie, les enseignants bataillent avec leurs étudiants pour les amener à finaliser leurs images jusqu’au tirage papier, ce qui les oblige à dépasser le stage rapidement auto-satisfait de la contemplation sur écran. A fortiori dans les clubs photo où l’horizon reste d’exposer ses images.

  4. J’ai entendu un témoignage d’un directeur de la photographie enseignant en école de réalisation audiovisuelle, effaré effectivement par le peu d’intérêt des étudiants pour les données techniques qui font une belle image, au sens classique. Il ne comprenait pas que les étudiants puissent tolérer dans leurs créations des images “pourries”, floues, mal éclairées, sans maîtrise de la profondeur de champ. Visiblement, les étudiants appréciaient leurs images selon d’autres critères.

    Cela me conduit à deux considérations très différentes :

    1. C’est vrai que la qualité technique d’une image n’en fait pas une image pour autant. Le désintérêt pour le soin apporté à la production maîtrisée d’une image est décevant, naturellement, pour les anciens.

    2. Je me demande si, dans une perspective à la Walter Benjamin, on va encore plus loin dans une image dont on laisse la création à la technique (la technologie numérique, les choix impliqués par les automatismes décidés par les fabricants). Quelle conséquence sur la création ? Et sur le rapport aux images : va-t-on encore davantage oublier que l’image est avant tout le fruit d’un geste humain ? Et la prendre plus souvent comme une émanation directe de la réalité ? Ou bien, à l’heure du numérique, les nouveaux spectateurs savent pertinemment que toute image est relative…

  5. @ Thierry : Tu as raison de pointer cette différence entre les clubs et les écoles. Mais ne sous-estime pas la pression sociale qui s’exerce sur les établissements d’enseignement et les pousse souvent à modifier leur offre de formation. L’apprentissage des techniques de la prise de vue et du laboratoire argentiques est certes maintenue dans les principales écoles françaises (à la différence de certaines écoles américaines, par exemple, qui l’ont supprimée), mais elle se heurte à la faible implication, pour ne pas dire la résistance des étudiants, qui concourt à en diminuer l’importance, voire à la rendre rapidement optionnelle dans leur cursus.
    Autre point commun, que j’ai oublié de mentionner, entre les clubs photo et les écoles : leur conviction commune de la nécessité de se former techniquement et esthétiquement pour devenir un bon photographe (amateur ou professionnel) – conviction qui est loin d’être partagé dans le monde de la photographie, et ce n’est pas nouveau.

  6. Les “anciens” sont dans une situation inconfortable au sein de l’institution informelle qu’est le club. Ils se veulent “éclairés, cultivés et pas simplement des techniciens”, mais en même temps leur statut social au sein du groupe reposait essentiellement sur un savoir technique qu’ils avaient eu du mal à acquérir. Ils se trouvent désormais confrontés à une nouvelle population qui considère qu’ils n’ont pas besoin de cette transmission pour progresser. Et pour ne rien arranger, la connaissance technique que viennent chercher les nouveaux venus n’est pas nécessairement celle que maîtrisent les “anciens”. Le laboratoire noir & blanc argentique est un bon exemple me semble-t-il de cette connaissance transmissible dans les photo-clubs qui n’intéresse qu’une petit nombre des nouveaux venus. Les “anciens” ont un problème de légitimité qui n’existait pas auparavant.
    Le problème des écoles est différent me semble-t-il. Dans le jeu social, la position du maître et de l’élève est assuré par la nature même de l’institution. Si l’école estime que les élèves doivent maîtriser l’argentique ou avoir, par exemple, des notions d’histoire de la photographie, les élèves ne peuvent piocher dans le menu à leur guise s’ils veulent obtenir le diplôme de l’école.
    Dans la mesure où pour qu’une association vive, il faut qu’elle ait un renouvellement régulier de ses membres, je ne suis pas certain que les photos clubs puissent rester très longtemps des sortes de conservatoire technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.