Echos de l'été 1 : L'information photographique

Avant de replonger pour de bon dans les sujets sérieux qui font tout l’intérêt de Culture visuelle, je voudrais restituer quelques aperçus visuels de cet été qui s’achève. Je commencerai par une histoire amusante qui met en jeu la question du droit à l’image.

Au cours de la seconde quinzaine d’août, mon plus jeune fils est parti dans un camp organisé par la mairie de notre commune. Le jour du départ, la directrice du camp me signale qu’il y a un problème : sur sa fiche d’inscription, j’ai indiqué que je ne donnais pas mon accord à l’utilisation de photos de mon fils pour illustrer le site internet de la mairie. La directrice, qui en semble particulièrement désolée, m’explique que, tout au long de la semaine que durera leur séjour, ils communiqueront des comptes-rendus et des photos que les parents pourront découvrir chaque jour en direct sur le site en question, sous la rubrique « En direct des camps et séjours ». Bien entendu, ces photos seront automatiquement enlevées à la fin de la semaine. Cet argument a décidé une mère, aussi réticente que moi, à revenir sur sa décision et à donner son accord. Pour ma part, je persiste à refuser car je n’ai aucune confiance dans le devenir de ces photos, sitôt qu’elles seront publiées sur le net. La directrice tente une dernière fois de me fléchir en me représentant que je me prive ainsi de « l’information photographique en direct » et que, de surcroît, lorsqu’ils prendront des photos, ils seront obligés d’exclure mon fils du groupe. Je lui réponds que je n’envoie pas mon fils dans un camp pour le voir en photo tous les jours ; quant aux clichés de groupe, ils peuvent très bien les prendre avec lui et retenir ensuite celles sur lesquelles il apparaîtra le moins ou pas du tout. Nous en restons là, mais je vois bien que mon attitude la choque.

Deux jours après, je reçois un coup de fil de la mairie m’indiquant qu’ils viennent de se rendre compte que mon fils apparaît clairement sur les premières photos qu’ils ont mises en ligne. En fait, ils n’avaient pas été informés de mon refus (tiens, tiens…). Mais ils s’engagent à réparer cette erreur au plus vite en masquant mon fils sur toutes les images où il figure. Cet épisode comique m’incite à aller voir sur le site, où je découvre en effet une suite de clichés retouchés pour faire disparaître la frimousse réjouie de mon garçon, voire parfois son corps tout entier. Lorsqu’il sera revenu de son camp, il s’amusera beaucoup de ces grossiers masquages, lui qui n’avait pas remarqué de toute la semaine qu’il y avait un quelconque problème avec ses photos.

Cela fait déjà plusieurs années que la mairie met en place une consultation téléphonique 24 h sur 24 h pour permettre aux parents de s’informer sur le déroulement des vacances de leur enfant. Nous ne l’avons jamais utilisé, car une des joies de ces départs en colonie est, pour nous, de bénéficier d’une semaine de tranquillité. Alors, appeler tous les jours (0,225 € la minute) pour en entendre parler, non merci. Mais c’est la première fois que la mairie passe à »l’information photographique » sur internet. Les encadrants de ces camps doivent donc non seulement assurer l’intendance et l’animation, mais encore produire et transmettre un reportage en continu afin de satisfaire… Satisfaire quoi, la curiosité des parents ? Qui le leur a demandé ? Et pourquoi des images à présent ? Parce que, avec la généralisation des smartphones et de Facebook, il devient impensable de vivre quoi que ce soit sans en prendre et en envoyer des photos ? Le tout, ici comme ailleurs, sans aucune garantie de confidentialité ni de respect du droit à l’image, comme le révèle cet épisode.


22 réflexions sur « Echos de l'été 1 : L'information photographique »

  1. Ping : Fracture dans le programme | Paparazzard

  2. Sylvain après les conseils parentaux argumentés, les conseils parentaux désabusés. 🙂
    Tu poses comme hypothèse que si tes enfants ne te parlent pas de leur vacance, c’est parce qu’ils estiment qu’ils n’ont pas besoin de vous raconter leurs souvenirs de vacance, puisqu’ils en ont ramené des photos.
    Bon, il y a aussi un age où les enfants (enfin les miens en tout cas) ne racontent plus leurs vacances à leurs parents…

  3. oui, c’est une bonne question…….L’image en tout cas semble actuellement pour cette génération un moyen d’expression plus rapide, et….radical! (you tube et autres)Peut-être, que l’image permet de s’exprimer-leur semble-t-il plus facilement, en tout cas plus rapidement….. L’écriture reste peut valorisée par rapport à l’image………et un exercice impossible pour certains. je n’ai aucune idée de l’existence des journaux intimes- ou pas-ou peu-. Par contre, les images (photos ou vidéos) ils en ont des tonnes!
    Nous quittons là le sujet de départ, mais merci pour l’échange et la réflexion!

  4. @ Sylvie : « Si une personne a une mémoire visuelle » : effectivement, dans ce cas, les photos vont fonctionner comme d’excellents déclencheurs de souvenirs. Mais tout le monde n’a pas une mémoire visuelle. Encore que je me pose la question : l’emprise des images dans notre mode de vie le plus quotidien, particulièrement dans celui des jeunes générations qui vivent littéralement entourés d’images, va-t-elle contribuer à faire de leur mémoire un mécanisme de plus en plus visuel, ou pas ? Dit autrement : fabriqueront-ils leurs souvenirs sur divers registres ou bien de plus en plus sur le seul registre visuel ? Auquel cas, hors des images…

  5. @Sylvain:ok….La photo comme support du récit: il n’existe pas de « droit au souvenir » juridiquement parlant, peut-être….mais humainement c’est un fait qui existe. j’en veux pour preuve mon expérience personnelle, familiale, et mon entourage social (amis, collègues de travail….)
    La photo reste un excellent support de récit, pour moi elle ne vient pas en lieu et place du récit, mais si une personne a une mémoire visuelle, je peux constater très régulièrement qu’à partir d’une photo, les souvenirs de la situation, les émotions qui y sont liées remontent très rapidement…..

  6. @ Thierry : C’est un constat personnel, sans forcément de portée générale : je remarque simplement que, habitués qu’ils sont désormais à prendre des photos de tout, mes enfants trouvent plus commodes de nous montrer une photo que de nous raconter ce qui s’est passé, et que, une fois la photo exhibée, ils n’ont plus grand-chose à en dire. Comme si l’automatisme photographique asséchait la possibilité, ou du moins la richesse, du récit.
    Certes, les photos font parler. Du moins le faisaient-elles lorsqu’elles ne représentaient que l’un des supports possibles de la mémoire. Mais si la mémoire se résume aux photos, que devient le récit ? Tel était le sens de mon interrogation.

  7. @ Sylvain Pourrais-tu développer cette idée que les souvenirs liés aux photos se font au détriment du récit. Dans la version 2 de tes échos de l’été, il me semble que tu développes l’idée inverse. La photo comme support du récit. Nécessairement en partie fictionnel, mais n’est-ce pas l’essence même de tous les souvenirs?

  8. @ Sylvie : Non, l’accès à ces images n’était pas restreint aux seuls parents, ce qui m’a choqué. Non, la mairie n' »exige » pas de pouvoir réutiliser ces photos à des fins promotionnelles, heureusement. Mais n’importe qui pourrait les récupérer pour en faire l’usage qu’il veut, y compris commercial.
    Enfin, depuis quand existe-t-il un « droit aux souvenirs » et surtout, d’où vient cette conviction que les souvenirs sont liés aux photos ? Cette restriction aux supports visuels de la mémoire est une tendance tout à fait contemporaine. Elle se fait souvent au détriment du récit, ce qui pose question.

  9. Bonjour,
    je n’ai peut-être pas bien cerné votre souci….il est tôt et je n’ai peut-être pas encore « les yeux en face des trous »….
    Mais:
    – le site en question qui diffuse des nouvelles et des photos de vos enfants est-il en accès libre à tous? (si oui, il suffirait juste de le restreindre aux parents (comme les galeries d’images de mariage pour les photographes accessibles uniquement avec un identifiant et un mot de passe)
    – la mairie exige -t-elle le droit d’utiliser les images à des fins promotionnelles?( si oui, évidemment votre refus s’entend!)

    – Qu’en est-il, pour votre enfant de son droit aux souvenirs?
    j’ai aujourd’hui 50 ans et je suis bien contente d’avoir des photos de moi dans des colonies de vacances ou d’autres lieux (l’école par ex) qui me permettent, face à l’image, de me remémorer des situations vécues…….
    Cordialement

  10. @Sylvain: Je ne pense pas que cela avait beaucoup d’importance avant la surabondance non plus. Mais la rareté de la publication d’une image sur un support susceptible d’être diffusé justifiait sans doute mieux cette crainte. C’était parce qu’une publication d’une image était exceptionnel que l’on était comme obligé de penser que la vie de ceux qui en avaient été l’objet en serait nécessairement transformée.

    Rappeler à nos enfants un minimum (et même plus) de vigilance est à n’en pas douter un souci parentale légitime. Mais en l’occurrence tu était plutôt dans une posture protectrice qu’éducatrice. L’éducation aujourd’hui ce serait, me semble-t-il, plutôt d’apprendre à nos enfants à ne pas se laisser photographier dans des situations qu’ils ne voudraient pas voir publiques. Et en leur montrant en particulier que l’image très cool dans l’instant, le sera peut-être moins s’il elle est vue, par exemple, par leurs parents. 🙂
    Parce qu’ensuite que la photo soit diffusée sur le site de la Mairie ou sur la page facebook d’un copain, ça ne changera pas fondamentalement leur problème.

  11. @ Thierry : Dans le cas présent, je n’ai pas vraiment envie que cette mairie-là se servent de photos de mon fils. Mais peut-être que je m’en fais trop : la surabondance des images leur enlève peut-être toute réelle importance. Mais du même coup, si ça ne sert à rien et si ça n’a plus guère de valeur à force de proliférer, pourquoi y contribuer ? La force quasi-mécanique du flot des images ne me semble pas justifier qu’on y adhère, même si on ne peut plus guère y résister. Et puis appeler nos enfants à un minimum de vigilance ne me semble pas inutile.

  12. Est-ce qu’il y a vraiment lieu de te soucier?
    Que peut-il réellement lui arriver?
    Bon, si tu retrouves ta photo réalisée lors d’une brocante municipale ou celle de tes enfants réalisée lors d’une colonie sur les prochaines affiches électorales du Maire, je comprendrais ton émotion. Et c’est vrai qu’il y a toujours une ambiguïté avec le journal municipal entre l’information locale et la promotion de l’équipe politique en place. Mais bon en même temps qui imaginera parmi tes proches, tes étudiants et tous ceux que tu ne connais pas et qui liront le bulletin municipal que toi ou ton fils sont des supporters politiques du Maire parce qu’il a été photographié pendant une colo?
    Qu’entends-tu par débordement?
    La photo n’est-elle pas déjà tellement présente dans notre vie quotidienne que s’opposer systématiquement à tout éventuel « débordement », ce serait se condamner à vivre hors du réel, en Amish?

  13. @ Thierry : OK pour l’intérêt de la fonction d’archivage. Mais, à l’époque du Front Populaire, on ne prenait pas des photos à tout-va pour les diffuser sans grand contrôle. C’est ce débordement qui me soucie, quand je me trouve directement concerné (ou l’un des mes enfants, en l’occurrence).

  14. Dans ce cas, ils ne piochent pas à droite ou à gauche mis ils font faire les photos par les animateurs ou mieux par les enfants eux-mêmes, s’ils ont voulu en faire un exercice ou un jeu.
    Ca ne me choque pas.
    C’est typiquement une situation ou le recours à un professionnel n’aurait guère de sens. Sans parler de la disproportion pour la collectivité entre le coût de production et les attentes des destinataires des photos.

    Sylvain imagine que les archives de ta mairie aient encore des photos prises à l’occasion des premières colos, au moment du Front Populaire par exemple, ce serait bien non? 🙂

  15. @ Thierry : Dans l’ensemble, je suis d’accord avec toi. Il est probable, en effet, que des photos ont été prises de mon fils au cours de ce camp par les uns et les autres ; je n’ai aucune idée des usages qui en auront été faits. Ce que je pointais plutôt ici, c’était le semblant de procédure que mettait en place la mairie pour respecter le droit à l’image de ces enfants, qui s’est révélé être un rideau de fumée parce que, dans les faits, l’accord des parents est pré-supposé même quand un refus a été clairement signifié, comme dans mon cas. Par ailleurs, tu sais aussi bien que moi à quel point les collectivités locales illustrent leurs publications diverses avec des images gratuites piochées à droite, à gauche : je n’avais pas envie d’apporter ma contribution à leur banque d’images.

  16. Le droit à l’image n’existe pas en tant que tel. C’est une construction faite à partir de jurisprudences, souvent contradictoires, que l’on fait entrer dans ce terme générique de « droit à l’image ».
    Mais qui dit jurisprudence, dit procès. Or si à chaque fois qu’une photo de Caro de Monac est publiée il y a procès, c’est parce que c’est une source de revenu pour une malheureuse famille qui doit survivre sur un rocher aride. Dans un cas comme celui que tu décris, il n’y a pas de procès parce que l’éventuel préjudice que tu pourrais toucher ne te rembourserait pas de tes frais.
    On est donc dans la situation paradoxale où des personnes publiques photographiées dans des activités publiques sont sommes toutes plutôt mieux protégées que des personnes privées.

    Mais en même temps, ton combat me semble définitivement perdu. Ton fils a du être photographié à de nombreuses reprises par ses copains durant cette colo. Toutes ces photos se retrouveront sur les réseaux sociaux. Et ne pas y figurer serait synonime d’une quasi mort sociale. Alors aller chercher des poux à la Mairie qui, je n’en doute pas, fait attention à ne pas mettre en ligne des photos qui montreraient des enfant sous un jour ridicule alors que ses copains n’auront pas les mêmes scrupules s’ils trouvent la photo marrante…

  17. @ Henri Gaud : Il y a une sacrée marge entre « faire partie du groupe » et figurer sur la photo du groupe. Le groupe en question n’a pas besoin des photos pour se constituer et passer une bonne semaine ensemble. C’est l’image du groupe qui est ici en question et, au sein de cette représentation, celle de chacun de ses membres. Tant que la destination et l’usage de cette représentation ne sont pas clairs et dûment contrôlés, je refuse effectivement que l’image de mon fils y soit incluse.
    @ PCH : Il est frappant, en effet, que nos « précautions » soient si légères dès lors qu’il s’agit des images.
    @ NLR : Nous n’avons pas eu de réactions depuis la mise en ligne de ces images. Mon fils, lui, les a trouvées très drôles et n’a pas du tout semblé se soucier d’apparaître comme un cas à part.

  18. Très amusant,
    Envoyer ses mômes dans un groupe de vacances communales, une sorte de communisme appliqué et faire le singe en se déclarant anarchiste, c’est trop drôle. Quand on a des problèmes avec le collectif, on n’y va pas ;-)))

    La question des photos, ce n’est pas cette pseudo liberté d’y être ou pas, mais plutôt, d’où vient cette sale manie de faire des photos à jet continu, aucun intérêt bien sûr. Mais dire, avec des arguments qui n’en sont pas sur la destinée possible des images, je veux faire partie du groupe, mais j’impose mes conditions qui sont, je ne veux pas faire partie du groupe, c’est vraiment trop drôle.

    Bonne journée, après cette rigolade prétendument sérieuse …

    RLZ

  19. Je comprends ce que vous dites et ce qui vous ennuie dans cette affaire. Devoir se plier à la multitude consentante. D’un autre côté, je me dis que votre fils sera désormais, pour la communauté qui ne manquera pas d’analyser les photos et notamment celles pourvues d’un cache (mais qui donc ce cache derrière ce Smiley ???) celui – le seul – qui n’a pas répondu à l’injonction « d’être photographié » pendant le séjour, sorte de contrat entres les parents et les responsables du camp. Ce fait va l’auréoler d’une singularité sociale dont il est difficile de prévoir quelles seront les conséquences – sans doute seront-elles assez anodines mais tout de même.(Les questions ne vont-elles pas fuser de la part des camarades ?) S’il y avait eu plusieurs parents pour s’élever contre cette pratique, c’eût été fort différent, il y aurait eu « effet de groupe », mais en général les gens se laissent faire, suivent l’avis général de la communauté. Les images ce n’est pas « mal » se disent-ils, à l’heure des réseaux et de l’accès à tout. Analyse trop succincte sans doute. Helas, ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent, disait Faure.

  20. Je trouve que ce sujet est très sérieux. J’ai comme l’impression que ce genre d’exaction (c’est ce dont il s’agit) fait pendant à ce qui de nos jours représente le « principe de précaution » (il n’y a pas loin de ce que vous intitulez une « anecdote amusante » à la vidéo surveillance dont sont si friandes banques et autres compagnies privées pour contrôler les actions de leurs ouailles ou clients) : ainsi les parents ont-ils bonne conscience de voir que leurs progénitures vivent, rient et passent du « bon temps » en colonie (en camp) (le bon temps des colonies ?) : et si les enfants font la gueule ? et si ça ne se passe pas bien – parce que ça ne se passe pas toujours bien : la vie en société est , aussi, une jungle…- mettront-ils en ligne ces images ? On peut avoir des doutes. Alors quoi ? Il s’agit de ce que notre monde contemporain nomme de la communication (de la com) : on aimerait savoir qui a eu l’idée lumineuse de ce type de « communication » tranquille dans le meilleur des mondes… Une vague envie de vomir, tiens, tout à coup, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.