Echos de l'été 3 : Photos à tout-va

En flânant dans des villes ou villages que je ne connaissais pas, j’ai pu observer à plusieurs reprises des documents destinés à la communication, commerciale, municipale ou autre, illustrés par des visuels – je n’ose parler d’images – d’une qualité moins que médiocre. Visuels manifestement récupérés sur internet avec une résolution trop faible pour assurer une impression correcte en grand format, mais utilisés tout de même en fond de texte, malgré la grossièreté des pixels. Ici, c’est une agence immobilière qui en a fait l’arrière-plan de son affiche de présentation ; ailleurs, c’est un centre culturel qui en illustre l’une de ses annonces ; etc. Comme s’il fallait de l’image à toute force, peu importe comment. Mais certainement pas à tout prix puisque ces illustrations sont probablement récupérées sans frais. Bref, peu importe le pixel du moment qu’il est gratuit.

Au sortir d’une visite touristique effectuée sous une chaleur accablante, j’offre une glace à mes enfants. Ils choisissent des glaces Haribo, la nouveauté de cet été, paraît-il. Avant même de l’entamer, je vois ma fille s’affairer avec son téléphone portable. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle a photographié sa glace et en a envoyé la photo à ses copains pour qu’ils apprennent aussitôt qu’elle goûte une glace Haribo. Le scoop !

Je reste sidéré par l’immédiateté de ce type de réaction, par son efficacité et son naturel (elle était interloquée par ma surprise). Je comprends mieux maintenant certaines publicités montrant par exemple un jeune homme qui trouve le moyen de louer une voiture de standing pour épater sa belle dans les quelques secondes qui annoncent l’échange de leur premier baiser. C’est du vécu !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.