Imagerie funéraire

A l’occasion d’un court séjour en Vendée pour encadrer le stage de terrain de nos étudiants de master 1, mon collègue Jean-Noël Retière m’a fait découvrir la profusion d’images qui orne les tombes dans les cimetières. Nous les avons explorées plus en détail dans ceux de Notre-Dame de Monts et Saint-Jean de Monts.

Nous sommes loin aujourd’hui de l’épitaphe solennelle, purement textuelle, qui signalait au passant l’identité du mort et le recommandait à Dieu. Ces tombes vendéennes nous ont surpris au contraire par l’entassement, souvent très compact, des plaques funéraires sur la pierre tombale. Il semble que l’usage impose non seulement aux différents membres de la famille, mais également aux amis, au voisins, aux connaissances diverses, d’offrir une plaque porteuse d’un message spécifique. Sur certaines tombes, on en compte une bonne vingtaine.

Le second trait frappant est l’évolution récente de l’iconographie visible sur ces plaques. Il y a encore 10 à 20 ans, le message gravé était assorti de motifs visuels faisant référence directement à la culture religieuse : croix, effigies du Christ ou de la Vierge, branches d’olivier ou colombes, etc.

Selon les employés des pompes funèbres que nous avons rencontrés, un changement serait intervenu au cours des dix dernières années : de plus en plus souvent, les plaques funéraires seraient décorées d’images symbolisant le métier du défunt ou ses activités, ses loisirs préférés. Sa tombe offre ainsi la possibilité au visiteur de savoir qu’il était maçon, agriculteur ou boulanger, qu’il pratiquait la chasse ou la pêche, ou encore le vélo, quand ce ne sont pas les mots croisés ou le sudoku… De multiples facettes de l’individu sont déclinées en images par ceux qui partageaient ces activités avec lui. Car chaque plaque matérialise un lien.

D’où vient ce renouvellement de l’iconographie funéraire ? De la demande des clients, de moins en moins sensibles à l’imagerie religieuse, même en Vendée ? Ou de l’offensive commerciale des entreprises spécialisées, soucieuses de renouveler leur clientèle en élargissant la gamme de leurs produits ? L’idée de faire graver sur une plaque un téléphone portable ou un lecteur mp3 viendrait-elle spontanément à la personne souhaitant rendre hommage à un jeune qui vient de mourir si elle n’en découvrait pas la possibilité dans le catalogue des pompes funèbres ?

Le résultat est pour le moins profitable car la dizaine, voire la vingtaine de plaques qui garnissent la plupart des tombes représente une commande totale oscillant entre 1000 et 2000 €.

Dernière évolution repérable sur les tombes les plus récentes : l’intrusion des images photographiques.

Non pas dans le registre traditionnel du portrait funéraire. Ce dernier est présent, mais loin d’être majoritaire. Il semble d’ailleurs avoir davantage été pratiqué par le passé qu’aujourd’hui.

Ce qui frappe aujourd’hui, c’est la reprise, et la reproduction sur céramique, de clichés photographiques représentant aussi bien un paysage qu’une fleur ou un oiseau, et partageant une esthétique de carte postale ou de poster d’intérieur.

S’agit-il de photos personnelles ou bien d’images choisies dans un catalogue ? Il faudrait engager une véritable enquête pour le démêler. Mais le résultat est pour le moins surprenant : retrouver sur des tombes ces clichés correspondant en tout point à la mode de la belle photo, la même qu’on voit exposée dans les vitrines des magasins de photo, laisse supposer un effet de contamination visuelle jusque dans ce lieu consacré à la mémoire des morts. Pour reprendre l’expression de Caroline Ziolko dans son article sur « Le photographique mémoriel »1, cette imagerie de magazine dit « la mort et son contraire ». Plutôt le contraire, en fait.

En complément : Deux photos d’autels domestiques :

  1. Frontières, vol. 23, n° 1, automne 2010, pp. 33-39. []

20 réflexions sur « Imagerie funéraire »

  1. Ping : Un rituel sans images | La vie sociale des images

  2. Ping : FotoDeL | Pearltrees

  3. Un collègue me signale qu’en ces temps de Toussaint se sont multipliés les articles sur le goût croissant des Français pour la crémation et, corrélativement, le débat sur cette option qui supprime la tombe classique au profit d’une simple niche funéraire parmi d’autres. La polémique porte en particulier sur la trace physique que va laisser le défunt et que vont conserver ses proches. Ce débat retentit avec la luxuriance décorative décrite dans mon billet, ses effets de mode, ses liens avec la décoration domestique, bref son caractère de plus en plus éphémère, en contradiction avec la durabilité de la sépulture. Des cendres ou une tombe, des photos ou une inscription gravée dans le marbre : ces alternatives sont liées entre elles et soulèvent la question de la façon, ou plutôt des façons dont sont vécus le deuil aujourd’hui et la place des morts dans la vie sociale actuelle.

  4. On a rarement le temps de penser à l’image à apposer sur la stèle de la personne qu’on vient tout juste de perdre. C’est tout le contraire dans le village de Sapanta en Roumanie : http://laroumanie.free.fr/tourisme/002/sapanta.html mais en France, il n’y a pas un artisan qui écoute le désir de la famille et l’histoire du défunt, il y a un catalogue avec des options comme pour la vente d’une voiture avec une étude de marché pour savoir ce qui plaît.

    Aujourd’hui, ce qu’on perçoit du cimetière provient surtout de la télévision qui montre le non-respect des tombes, des défunts de par les pillages par-ci et par-là. « On vole les fleurs » ai-je entendu dans une conversation autour de la table. Et de fait, les fleurs disparaissent des cimetières, le vivant n’était en général pas très présent chez nous au contraire des cimetières protestants où la gestion urbaine est aussi celle d’un parc.

    En conséquence, les codes funéraires fuient, et ce surtout car la famille s’éparpille, les enfants vivent loin de leurs parents, les familles se disperse sur une géographie qui ne permet plus de se rendre sur les tombes en une seule journée. On ne peut plus arroser les fleurs ou se recueillir sur la tombe même si le désir était présent.
    Alors les autels domestiques sont une alternatives fort appréciables, on hérite des photos du défunt, d’objets qu’il affectionnait… et l’autel rejoint les vivant

  5. Ping : Des cimetières 2.0 | Cmic Blog

  6. @ Thierry : Dans les cimetières, on a l’impression que jouent des effets de proximité spatiale : les tombes se ressemblent dans une même zone. Chacun s’inspirerait du style des sépultures voisines pour ne pas trop se faire remarquer. Mais c’est également que la proximité revêt une dimension temporelle : les tombes voisines sont installées dans la même période de temps, et donc subissent les mêmes effets de mode, probablement pilotés par les entreprises de pompes funèbres. Il semble particulièrement difficile de se démarquer dans ce contexte convenu.

  7. @Sylvain Est-ce que l’on est pas en presence d’un nouveau registre de l’appropriation? Avec la meme ambiguite qu’avec Hipsamatic et autres logiciels de retouche d ímages oû tout le monde utilise le même procede, les memes references esthethiques, pour se distinguer?
    Alors c est vrai que contrairement a la culture savante, la mort est partagee par tous et que les differences entre les rituels sont plus culturelles que sociales.
    Mais on est sur culture Visuelle, soyons fou 🙂
    J’ai envie de rapprocher ce phenomene de l analyse marxiste de la plus value…
    Le premier a casser le rituel est un objet de scandale. Ensuite il y a les innovateurs , reconnus comme tels, et qui a defaut de remunnerer leur capital economique, vont trouver dans la mort une consecration sociale. Et puis arrive un temps ou tout le monde fait pareil. Comme dans la rentabilite du capital, la valorisation sociale du renouvellement du rituel est inversement proportionnel au risque encouru vis a vis du modele dominant.
    Et au final, on devrait assister a un renouvellement des modeles esthetiques beaucoup plus rapides que dans les siecles precedents.

    P.S. desole pour les accents, mais je me debats avec un clavier qwerty.

  8. @ Antoine : Merci de m’avoir fait découvrir votre série photographique. Dans le cadre de notre discussion actuelle, je note particulièrement l’image qui nous montre une plaque mortuaire dans un intérieur domestique – faisant le pont entre le cimetière et l’autel domestique, dont nous parlions plus haut.

  9. @ Sylvain: en effet, la disparition progressive des contraintes liées à la religion entre certainement en compte de façon déterminante dans ces évolutions du design funéraire… merci encore pour ces pistes de réflexion!

  10. @ Marie-Madeleine : La ressemblance entre ces deux registres ne m’avait pas sauté aux yeux non plus avant de visiter ces cimetières vendéens. Depuis longtemps déjà, les autels domestiques, si fréquents chez les personnes âgées (mes deux photos viennent de ce type d’intérieurs), combinaient un assortiment de photos et d’objets à valeur sentimentale, tandis que la tombe demeurait contrainte dans une imagerie à forte connotation religieuse, ou dans sa tendance jardinière (à noter qu’ici, il n’y a pas d’espace laissé à la culture des fleurs). Si bien qu’il semble qu’on assiste aujourd’hui à une contamination du domestique vers le funéraire, comme si les tombes, pourtant situés hors des demeures, commençaient à en figurer une sorte d’annexe, décorée dans le même style.

  11. @ Sylvain, les photos que tu as ajoutées montrent très bien la ressemblance entre ces deux types d’autels – funéraire et domestique. Cela ne m’avait jamais sauté aux yeux! Peut-être que cette correspondance n’est pas nouvelle, et que les plaques funéraires plus anciennes et à l’esthétique moins éphémère, correspondaient là aussi à ce qui se mettait sur les cheminées et les buffets à l’époque?

    @ Thierry, je suis d’accord avec toi, il y a beaucoup plus de propositions de personnalisation qu’avant, mais il me semble que l’offre se limite néanmoins à une certaine « gamme esthétique » assez peu élaborée. Je pense, pour avoir fait quelques recherches sur le sujet, que le funéraire est un secteur assez sous-investi par les designers à l’heure actuelle. Notamment parce-que l’industrie funéraire est un monde de très verrouillé, et peut-être aussi un peu « rébarbatif »…

  12. @Marie-Madeleine J’ai plutôt le sentiment inverse. On a desormais une offre alternative.
    C’est avant que l’on avait pas le choix avec l’obligation de faire sa selection dans un catalogue tres restreint.
    Que du coup on souhaite mettre sur la tombe de ses proches une imagerie a l esthetique ephemere, c’en est la consequence. On peut chosir des photos persos, editer le texte avec word pour corriger les attributs de caractere etc.

    Je vais rediger mes dispositions pour mon enterrement en precisant quelle photo je souhaite avoir sur ma tombe 🙂

  13. @ Marie-Madeleine : Bonne question en effet. Et c’est bien ce qui ressemble à une soumission à une mode induite par le marketing qui génère cette impression troublante : de voir se répandre sur les tombes une imagerie à l’esthétique éphémère, comme si on ne se souciait plus de marquer une différence notable entre les sépultures au sein du cimetière et les autels domestiques qui garnissent ici un buffet, là le dessus d’une cheminée avec leur lot de photos, de cartes postales et de bibelots divers (je viens d’en mettre deux aperçus en complément de mon billet).

  14. Le funéraire est un domaine de la culture visuelle qui n’est pas souvent abordé ici, merci beaucoup pour ce reportage très intéressant! Je me demande si ces plaques sont réellement du goût des acheteurs, ou bien si c’est par manque d’offres alternatives que s’impose cette esthétique « de carte postale ou de poster d’intérieur », qui semble être la même en Vendée que partout ailleurs en France…

  15. Ping : Imagerie funéraire « Actualités Alternatives « Je veux de l'info

  16. @ Reno : Merci pour ce document qui dévoile l’autre extrême de la sépulture.
    @ Thierry : Les plaques que nous avons vues dans ce cimetière sont fabriquées par une entreprise du sud de la France. On trouve sur internet quantité de catalogues pour composer et commander des articles funéraires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.