Des écrans dans la boîte à outils

1. Un commercial vient me démarcher pour me vendre l’installation de panneaux photovoltaïques. Dès lors qu’il me sent intéressé, il sort ses outils pour constituer le dossier. Outre son bloc-notes sur lequel il esquisse des calculs convaincants, il fait glisser ses doigts sur sa tablette numérique pour me montrer le détail du matériel prévu. Puis, il prend son smartphone pour photographier les documents personnels qu’il faut joindre au dossier. La fonction calculatrice lui permet en outre de peaufiner ses estimations techniques et financières.

2. Quelques jours plus tard arrive un technicien pour effectuer une étude de faisabilité. Il inspecte la chaudière, plonge derrière pour examiner la tuyauterie, puis passe au garage pour évaluer où pourraient être installé les nouveaux compteurs, ondulateurs et autres boîtiers indispensables. A chaque étape de cette exploration, il prend des photos avec un petit appareil numérique. Une fois sa curiosité satisfaite, il s’installe avec sa tablette sur les genoux pour composer, grâce à un logiciel de création graphique, le croquis du toit avec l’emplacement prévu pour les panneaux, le tout coté de manière précise à même le dessin. Il se plaint d’ailleurs de n’avoir pas un logiciel plus performant, lui qui vient du monde l’architecture, mais son entreprise n’a pas voulu dépenser plus.

3. Lorsque les ouvriers arrivent le jour prévu pour l’installation des panneaux, ils apportent avec eux un dossier dans lequel figurent plusieurs photos de mon garage et de la buanderie qui, entre-temps, ont été complétées sur ordinateur par le croquis de l’emplacement précis des différents appareils prévus. Entre-temps, j’ai fait de la place si bien que mon garage ne ressemble plus à l’image qu’en donnent ces photos d’il y a quelques semaines.

Une fois leur travail fini, le chef d’équipe sort une petite tablette numérique sur laquelle il me fait défiler les différents formulaires que je dois signer pour conclure le chantier. Pour ce faire, il me tend un stylet qui me permet d’apposer mon paraphe directement sur l’écran.

Ces ouvriers sont les salariés d’une entreprise de la région parisienne. On leur a regroupé plusieurs chantiers dans la région de Nantes où ils séjournent une semaine entière. Je suppose que, le soir venu, ils transmettent par mail, via le wi-fi de leur hôtel, les documents de la journée afin qu’ils soient traités en temps réel par les personnels des bureaux.

Au final, les écrans numériques (je n’ai pas parlé de l’utilisation continuelle du téléphone portable) font ici partie intégrante de leur boîte à outil, étendant leur travail au delà de la réalisation pratique, de l’expertise technique ou de la vente de service, pour y adjoindre une continuelle tâche bureautique qui fait de ces professionnels de véritables bureaux ambulants et connectés.


3 réflexions sur « Des écrans dans la boîte à outils »

  1. Plusieurs remarques:

    – certaines des choses décrites étaient déjà faisables avec un ordinateur portable et il en existe dont le prix et les capacités sont très proches de ce celle d’une tablette
    – il semble qu’on utilise beaucoup plus volontiers une tablette qu’un ordinateur (même petit et léger) pour montrer quelque chose à d’autres personnes
    – le plus nouveau est probablement l’utilisation de la photo numérique à la place d’un schéma ou de notes, même si c’est ce que font depuis assez longtemps déjà les personnes chargées de visiter un appartement avant sa mise en vente ou de faire un état des lieu (c’était peut-être aussi le cas pour d’autres activités.)

    J’utilise depuis quelques temps une tablette pour mes loisirs (pour consulter Culture Visuelle confortablement installé dans mon fauteuil par exemple) et j’ai été très surpris de la qualité des photos qu’elle permet de prendre, y compris d’objet de très petite taille.

    L’affichage est aussi nettement meilleur que sur les ordinateurs portables mais en parler ici serait peut-être hors-sujet (je dirais quand-même que j’ai comparé un numéro de Réponses Photo acheté par Internet avec le même numéro imprimé: l’expérience est vraiment intéressante.)

    J’ai été très surpris de ne trouver aucune “app” permettant à la fois de prendre une photo et d’y ajouter immédiatement un commentaire (à l’aide du stylet ou du clavier sur écran) ce qui me paraîtrait le principal avantage par rapport à un appareil photo numérique où la chose était jusqu’ici impensable (mais ça va changer!)

  2. Merci Laurent pour ces remarques qui permettent de dépasser le cas singulier décrit ici. J’ignore comment sont négociés ces jours de travail loin de l’entreprise, mais il est clair qu’ils incitent les salariés à être les plus efficaces possibles pour réduire la durée totale de leur déplacement. Ceux-là m’ont appelé la veille en fin de matinée pour savoir s’ils pourraient venir dès l’après-midi au lieu d’attendre le lendemain comme prévu, parce qu’ils en avaient déjà fini avec leur chantier précédent.
    Par ailleurs, j’ai oublié de préciser qu’ils nous ont laissé la documentation des divers boîtiers électriques installés, sous forme papier et CD – comme s’il s’agissait de matériels connectables à un ordinateur. Demain peut-être…

  3. Très bon scénario utilisateur de design de service …c’est à quelque chose près des scénarios que l’on proposait il ya quelques années pour des opérateurs téléphonique. Mes remarques
    1°- la vitesse d’intégration des technologies et l’homogénéité de la chaine est surprenantes
    2° – l’adaptation aussi ( jeune entreprise, jeune secteur…jeune salarié ?)
    3° c’est la partie séjour à l’hotel que nous n’avions pas pris en compte mais plutôt un retour au siège de l’entreprise , le télétravail est encore difficilement représentable et acceptable dans les scénarios 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.