Des professionnels spécialisés

Les photographes professionnels se montrent généralement très sensibles sur la question de la concurrence exercée par les amateurs et beaucoup en voient la manifestation la plus frappante dans le flot d’images disponibles sur internet, particulièrement des clichés qu’il est possible d’acheter à bas prix dans les catalogues des microstocks. L’afflux d’images disponibles pour trois fois rien est indéniable, de même que l’utilisation qui en est faite par d’innombrables acteurs économiques qui se passent ainsi des services de professionnels de la photographie. Mais la contribution des amateurs à cette offre pléthorique est nettement moins évidente.

Je me suis livré à une première exploration de l’origine de ces photos à partir du site de Fotolia, en me focalisant sur leur présentation des images qu’ils ont le plus vendues depuis la création du site. Ce n’est qu’une première approche, purement indicative, mais ce qu’elle révèle me semble assez clair.

Ces 28 images ont été réalisés par 19 auteurs différents. Hormis leur nationalité, je n’ai trouvé aucune information pour seulement deux d’entre eux. Sur les 17 autres, il n’y a qu’un seul amateur ; encore s’agit-il d’un amateur particulièrement médiatique, une vedette du web : Simon Coste, « 14 ans, geek et photographe amateur ». Tous les autres sont indéniablement des professionnels ou, du moins, des producteurs réguliers d’images pour la vente sur internet. Ainsi Kzenon, un Munichois qui se définit comme « microstock photographer », a une formation d’avocat, a écrit plusieurs livres et tient à indiquer qu’il ne réalise aucune photographie commerciale en dehors de ses clichés pour microstocks. Cette précision ne fait pas de lui un amateur pour autant.

Beaucoup ont un site personnel ou tiennent un blog. Leur identification créative oscille entre le design, le graphisme, la vidéo et la création artistique. Plusieurs semblent être des spécialistes du genre : leurs images sont dans le catalogue des principaux microstocks, où leurs chiffres de ventes leur valent même des distinctions, comme par exemple « Bronze » ou « Diamond Contributor » sur iStockphoto (ce qui correspond à plus de 25 000 téléchargements d’images). On trouve dans le lot une figure qui semble incontournable : Yuri Arcurs, un Danois auto-proclamé « The World’s Top Selling Stock Photographer ». Il fait travailler une équipe de 20 personnes au Danemark et une autre de 80 personnes au Cap, en Afrique du Sud.

Mes premiers comptages à partir d’autres pages de bestsellers de Fotolia font apparaître une forte représentation de la Russie et des pays de l’ex-Union soviétique, ou encore d’Europe centrale. L’Europe occidentale est minoritaire. On trouve également des professionnels de l’Inde, de Chine ou d’Israël.

Cette première exploration donne donc à voir un monde éclaté de professionnels, pas forcément spécialisés dans la photographie, qui produisent à grande échelle pour le marché mondial des microstocks. Dans son dossier de presse 2012, Fotolia affirme que « 75% des contenus proposés proviennent de contributeurs confirmés disposant d’un portfolio de plus de 500 fichiers » ; les deux exemples fournis de contributeurs sont ceux de deux photographes professionnels français.

Il faudrait bien sûr pouvoir évaluer quelle proportion des ventes revient à ces professionnels par rapport à celle dont bénéficient certainement des amateurs qui déposent eux aussi leur clichés sur ces banques en ligne. Mais le nombre d’images, qui se compte à chaque fois par millions, dissuade d’entreprendre un tel comptage.

Je terminerai en citant les inquiétudes du fameux Yuri Arcurs, qui constate, comme beaucoup d’autres, que les ventes baissent d’année en année sur ce marché qui donne donc des signes de saturation. Et d’en conclure à la nécessité d’un retour aux « fondamentaux de la photographie », à rebours des photos trop clean et retouchées : « As all active microstock photographers must have noticed, we have seen a constant decrease in sales in terms of our return per image over the last few years. It’s becoming increasingly difficult to shoot great images and profit from it in the same way as it was 5 or 6 years ago. Many critics have claimed that the microstock industry is almost entirely devoid of artistic sensitivity, and is instead only concerned with making an easy profit. But surprisingly, this harsh criticism seems to have had a positive effect on the industry as a whole, because although the return per image has decreased a lot, I have also witnessed an interesting tendency: To make sales now, it’s  about getting back to the roots of photography. More artistic, less processed images, and a more naturalistic style, which I, personally, fully endorse. It’s great to see some more artistic and natural images making their way up on the “most downloaded” lists as opposed to the more conventional microstock images that are always overly retouched, overly bright and overly clean. »

Des questionnements de professionnel s’il en est.

Voir ici pour d’autres billets sur la profession de photographe.


3 réflexions sur « Des professionnels spécialisés »

  1. @ Merci Thierry pour ces informations et ces interrogations.
    La première chose qui me vient à l’esprit, c’est de faire le lien entre ce que tu décris de la production coûteuse de ces clichés d’illustration, inspirés directement de la com et de la publicité, et l’origine géographique de ces photographes spécialisés aujourd’hui dans le microstock. Avec à la clé l’hypothèse d’une délocalisation de fait de cette production, du moins dans sa partie visuels de base pour utilisations standards. Dans le cinéma également, l’Europe centrale offre des sites et des équipes de tournage meilleur marché qu’en France.
    L’autre point, plus ironique : quand Yuri Arcurs parle d’un retour aux fondamentaux de la photographie, à une veine plus artistique, je n’y vois guère plus qu’un effet de communication. Mais sait-on jamais ?

  2. Merci Sylvain d’attirer notre attention sur ces déclarations des « pros » des banques d’images.

    Ce qui me frappe dans le témoignage de Yuri Arcurs, c’est que finalement, pour autant que je puisse en juger au travers de ses propos et de ses images, jusqu’à présent le changement du modèle économique n’avait pas modifié le modèle esthétique au moins pour les photos les plus diffusées.

    C’est, mais mes souvenirs sont imprécis, dans les années 80 que le modèle esthétique et économique des agences d’illustration a été transformé par de nouveaux (?) acteurs tels qu’Image Bank.

    Précédemment, les photographes spécialisées dans l’illustration réalisaient leurs photos avec bien évidemment à l’esprit ce qu’ils pensaient être les attentes du marché, mais ils restaient dans une logique que je qualifierais de « documentaire » faute de terme plus approprié. Et pour les autres photographes, c’était un peu un complément de rémunération. Ils déposaient des photos réalisées dans le cadre d’une commande d’une toute autre nature qui leurs semblaient susceptibles d’être vendues en illustration ou des photos réalisées dans le cadre d’une démarche personnelle, voir des photos à caractère familial. Ils prenaient leurs photos et les déposaient dans une photothèque, qui se contentait de gérer un fond. Si je devais faire le parallèle avec l’agriculture, je dirais que c’était l’époque de la petite production marchande.
    Ces nouvelles banques d’images sont entrées dans un mode de production capitaliste en produisant et en investissant dans des images coûteuses réalisées pour la communication en entreprise et la publicité correspondant à ce que les entreprises cherchaient pour illustrer leurs rapports annuels et leur PLV. Les droits de reproduction afférents à ces usages étaient beaucoup plus élevés que ceux de l’édition ou de la presse. Les acteurs étaient rémunérés par des contrats spécifiques prévoyant la cession de leur droit à l’image et les photographes étaient parfois salariés et parfois rémunérés à l’acte avec une cession tous droits. On était dans une logique industrielle avec un investissement élevé pour des images destinées à un marché ciblé. Les photographies destinées au marché américain par exemple incluaient presque toujours un homme de couleur.
    C’était un nouveau modèle esthétique et économique avec la production de scènes de fiction, l’emploi d’acteurs professionnels, des moyens d’éclairages très lourd, la location de lieux ou de studios et la reconstitution de scénettes, genre discussion de 3 ou 4 personnes devant un paperboard. Le genre de photos qui étaient auparavant l’objet d’une commande. Et l’influence de l’esthétique publicitaire est devenue très forte dans les images d’illustration, parce que c’était le même marché.
    Ces banques d’images imprimaient des catalogues très beaux et très chers qu’elles distribuaient gratuitement aux Directeurs Artistiques des agences de publicité et aux services de com des entreprises, pour les inciter à développer leur création à partir des images qui leurs étaient proposées.

    Je ne sais pas trop ce que Yuri qualifie de « roots of photography », mais les images qui auraient marché jusqu’à présent, et qui illustrent son article, me rappellent furieusement celles des années 80. Comme si malgré l’évolution du modèle économique, l’effondrement du montant de la rémunération lié à chaque diffusion avait été compensé par l’augmentation du nombre de diffusions mais que ce qui « marchait » dans les années 80, marchait également en 2010. Tant sur un plan esthétique que sur un plan économique.

    Alors est-ce que ce retour aux « roots of photography » est un changement des attentes du marché, un rejet d’une esthétique vieillissante, ou est-ce que l’éclatement de plus en plus grand d’un marché qui a des milliards d’images à sa disposition a rendu obsolète un modèle économique qui supposait la production coûteuse d’une image et l’esthétique qui allait avec?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.