L'écran vide

Pour alimenter la discussion entamée autour du billet qu’André Gunthert a consacré il y a quelques jours aux transformations dans l’affichage domestique des photos de famille, voici un cas concret qui laisse apparaître la complexité des situations réelles.

Il y a deux ans, ce couple de retraités a reçu un cadre photo numérique comme cadeau de Noël de la part de ses enfants.  Ces derniers sont adultes et vivent dispersés aux quatre coins de la France. Ils sont passé depuis plusieurs années à la photo numérique, d’abord avec des appareils compacts, puis récemment avec des réflex sophistiqués. Ils ne font quasiment plus de tirages de leurs très nombreuses photographies, et trouvaient pratique la possibilité d’en charger certaines dans la mémoire de ce cadre lors de leurs visites au domicile de leurs parents,  pour leur offrir ainsi le spectacle renouvelé de leurs petits-enfants. Aussitôt offert, le cadre numérique a donc reçu des clichés des uns et des autres, qui se sont mis à défiler sur l’écran. Par la suite, de nouvelles photos y ont été ajoutées, mais pas forcément à chacune de leurs visites.

– Le cadre photo, vous vous en servez ?

– Oui, oui, me répond aimablement M. Beausoleil.

– Mais là, il est débranché, rétorque sa femme pour rétablir la réalité des choses.

De fait, tout laisse à penser qu’ils ne l’allument jamais. Cet appareil n’a pas remplacé les albums photographiques, que d’ailleurs personne ici ne confectionne plus depuis vingt ans (c’est-à-dire grosso modo depuis que les enfants ont quitté la maison familiale). Il n’a pas davantage pris le relais des photos que l’on trouve affichées en plusieurs endroits du logis :

– dans la chambre de M. et Mme Beausoleil, sur les deux tables de chevet, conjointement à des clichés plus anciens de leur propre mariage ou de leurs ascendants ;

– dans les anciennes chambres de leurs enfants, punaisées au mur : celle des petits-fils dans l’ex-chambre des fils, celles des petites-filles dans l’ex-chambre des filles.

A noter qu’on ne trouve affichées dans cette maison aucune photo des enfants de M. et Mme Beausoleil, ni tels qu’ils étaient enfants, ni tels qu’ils sont aujourd’hui.

Quant aux clichés des petits-enfants, les plus récents datent d’au moins 4-5 ans, c’est-à-dire de l’époque des dernières pellicules argentiques utilisées dans cette famille. Sinon, il s’agit de photos de classe ou de club sportif, qui présentent l’avantage d’être tirées sur papier et d’être réalisées par des professionnels, donc d’être de bonne facture.

Les seuls portraits récents figurent sur deux tableaux photographiques exposés dans l’entrée : ils ont été confectionnées par la belle-mère de l’un des fils, à la suite de vacances passées avec M. et Mme Beausoleil, mais ils ne représentent que leurs petits-enfants communs, photographiés lors de cet été-là.

Du coup, M. Beausoleil a acheté un cadre en bois avec l’intention de réaliser à son tour un tableau photographique qui réunirait cette fois tous ses petits-enfants. Son problème est qu’il n’en possède pas de photos récentes et qu’il va devoir en solliciter auprès de chacun de ses enfants.

Le même problème vient de se poser à l’une de ses filles qui, pour ce Noël, a eu l’idée de leur offrir un calendrier 2010, illustré de photos de tous les membres de la famille. Or, elle n’en avait aucune de l’une de ses nièces, dont les parents sont séparés, ce qui ne facilite pas la circulation des photos. A sa requête, son frère (le père de la jeune fille) lui a répondu qu’à son avis le plus simple était d’aller sur la page Facebook de sa fille et de lui demander de devenir son amie : elle aurait ainsi accès à toutes ses photos en ligne !

Ce dernier exemple laisse entrevoir l’écart culturel qui sépare les jeunes générations de la famille, engagées complètement dans l’économie numérique des images et leur circulation via internet, de M. et Mme Beausoleil, qui ne prennent plus de photos par eux-mêmes (M. Beausoleil a plusieurs bobines de pellicules qu’il n’a toujours pas été faire développer) et qui, faute de maîtriser l’informatique et la navigation sur le web, se trouve dépossédés des photos de famille dont ils rêvent, à savoir des clichés tirés sur papier, exposables ou classables dans des albums. L’écran photo numérique, qui se propose pourtant de leur servir en continu un diaporama des faits et gestes les plus récents de leurs petits-enfants, ne répond pas à leur attente.

Voici donc une famille qui entre formellement dans les statistiques démontrant l’envolée du marché de ces nouveaux dispositifs de visualisation des images, sans pour autant que cet équipement passif corresponde à un usage véritable.


14 réflexions sur « L'écran vide »

  1. Ping : André Gunthert : « Internet est une révolution de la consultation plus que de la production » | InternetActu

  2. Ping : digest_39 | atelier ooblik

  3. Ping : L’écran vide » Article » OWNI, Digital Journalism

  4. Quelques remarques.

    a) Il me semble que le cadre photo numérique ne correspond pas à la définition de la photographie pour la génération de papy Beausoleil car l’image y est fugace. En plus ce type de cadeau est un peu le cadeau forcé inter-générationnel : que va-t-on acheter à tes parents pour la Noël ? Un cadre numérique ? Moi, je n’en voudrais pas mais à eux ça va leur plaire.

    b) Papy et Mamy appartiennent à la génération anti-gaspi : on éteint la lumière (et l’écran) en sortant de la pièce. On ne rallume la lumière que parce qu’on revient dans la pièce durablement (et on ne ralume pas forcément l’écran). De même Papy et Mamy ne supportent pas que plusieurs sources d’informations se perturbent. On ne lit pas le journal en écoutant la radio. Donc on éteint l’écran quand on allume la télé.

    c) Je pratique encore la photo argentique. J’ai pu observer le désarroi d’enfants de 4-5 ans devant l’appareil : « Montre la photo (tout de suite) ». Il y a à mon avis deux approches très différentes de la photo. L’une de l’instant, de l’ordre du miroir électronique. Voilà comment je suis aujourd’hui. C’est Facebook. L’autre du domaine de la mémoire, de la photo encadrée au mur qui ne prend de valeur qu’avec le temps. Ces deux approches sont-elles compatibles ? La réponse réside dans l’avenir des millions de tera-octets d’images produites dans le monde. J’ai l’intuition que nous sommes entrés dans la culture du « présent perpétuel » (Guy Debord) et que les archives ne feront que s’auto-détruire perpétuellement pour ne garder que la trace de l’instant présent. Alors qu’on ne déchire jamais une photo papier, sauf de façon rituelle pour effacer un souvenir.

  5. Ping : André Gunthert : “Internet est une révolution de la consultation plus que de la production” | traffic-internet.net

  6. Je me pose toujours la question de l’usage des cadres photos. Comment les regarde t’on ? Si le cadre est sur une cheminée ou un buffet je dois rester debout, un peu penché, c’est très inconfortable. s’il est au dessus de la télé, c’est un tout petit écran et je ne vois rien si je reste assis dans mon canapé. Il y a, il me semble un problème de distance spectateur-écran relative à cet objet. et cette question de la distance est à mettre en parallèle avec celle du photographe vis à vis de son sujet. La boucle est bouclée.

  7. Ping : Comment consultons-nous les images ? | traffic-internet.net

  8. @ André : Après le soleil et la lune, il ne nous reste plus qu’à poursuivre l’exploration du reste de la galaxie des équipements et de leurs usages effectifs. Vaste chantier.

  9. Merci pour ces remarques judicieuses. Il est très important de noter l’existence d’un écart entre un équipement et son usage, de même que l’idée de la dépossession d’un usufruit par défaut de maîtrise de l’outil – un phénomène qui s’étend probablement largement au-delà du domaine photographique.

    Pour balancer le cas Beausoleil, je suis allé musarder dans mon voisinage, et ai trouvé le contre-exemple d’un écran allumé ( http://www.flickr.com/photos/gunthert/4284071341/ ), chez les Delalune, retraités munis de trois petits-enfants. Chez eux aussi, l’écran est une acquisition récente. Mais le mari, musicien adepte des claviers midi et photographe amateur, pratique assidument l’ordinateur et le web. Sur l’écran, lors de ma visite, ce n’était pas les photos de la parentèle qui s’affichaient, mais les images de leur dernier voyage en Indonésie, que Roland avait choisi avec soin, et qu’ils ont été ravis de commenter autour de l’apéro, à la manière d’une séance diapo improvisée.

  10. @ Patrick et Michel : Merci pour ces exemples concrets qui donnent à réfléchir sur la réalité complexe des situations et des comportements.
    M. et Mme Beausoleil n’ont pas d’ordinateur ni aucune pratique d’internet. Les photos qu’ils voient défiler sur leur cadre photo numérique quand, d’aventure, leurs enfants l’allument, restent donc pour eux insaisissables puisqu’ils ne peuvent pas les récupérer pour les faire tirer sur papier.
    Il n’est pas sûr qu’ils regardent plus souvent leurs albums papier, mais au moins ont-ils tous les jours sous les yeux dans leur propre maison quelques clichés bien en vue. Cette visibilité permanente constitue pour eux le principal intérêt de la photographie de famille. La visibilité fugitive des images sur un écran n’en tient pas lieu.

  11. L’image sur papier n’a donc pas le même statut pour tous que l’image sur écran. Permettez-moi de conter l’histoire de Jeanne, une de mes lointaines cousines, âgée de 85 ans, qui a découvert notre parenté, et cela n’est pas anodin, grâce à un site de généalogie il y a à peine trois mois. Après quelques échanges électroniques nous nous sommes rencontrés et embrassés avec bonheur. Mais revenons à l’image. Je lui ai naturellement donné tous les accès aux photos de famille et aux photos tout court que j’aime réaliser depuis quelques années avec mon réflex numérique. Sachez que finalement, un peu comme les Beausoleil, elle télécharge un très grand nombre de mes photos, les imprime et réalise de nouveaux albums qui rejoignent son impressionnante collection. Elle ne manque pas de m’adresser par voie électronique des montages de ses photos et des miennes dans de touchantes cartes personnelles, et moi de la tenir informée de mes dernières productions, en particulier, celles qui évoquent mes petits-enfants.

  12. L’histoire me fait penser à un collectionneur de cartes postales qui aimait acheter et présenter sous forme d’albums des vues des lieux touristiques qu’il avait visité. Pris d’un accès de modernité, il s’est équipé d’un petit appareil nommé stéréoscope (de marque Lestrade je crois bien, oui c’était il y a fort longtemps…), et il achetait alors des vues sous forme de cartes à glisser dans l’appareil. Cela a duré une saison et l’appareil a vite été abandonné. Je crois bien que dans votre histoire comme dans celle-ci le fait de perdre l’accès immédiat à l’image et de devoir passer par un dispositif de visualisation compte beaucoup pour expliquer l’insuccès.
    Autre chose : les sites de partage de photos proposent tous la possibilité d’imprimer ses oeuvres sous des formes diverses (v. partenariat avec Snapfish pour Flickr par exemple). Il serait intéressant de connaître le chiffre d’affaire, les volumes, la destination des tirages effectués par ces entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.