Deux expositions

Eliane de Latour expose à l’Espace Cosmopolis de Nantes ses photos sur les très jeunes filles qui se prostituent par nécessité à Abidjan. Son exposition manifeste un beau regard, à la fois compréhensif, esthétique et impliqué.

J’y trouve en particulier ces deux extraits de texte qui font écho au lien que j’avais souligné entre le portrait photographique et la disparition, la mort inacceptable :

« Alors que, précisément, leur image les enferme négativement, les go ont envoyé ces portraits à leurs parents qui ne savent rien, les ont utilisés pour leurs funérailles, gardés pour leurs bébés plus tard, etc. »

« Kanté me demande si j’ai gardé les photos que j’avais faites de Ramadou et Djeneba. ‘On va organiser leurs funérailles dans le village ici. On va mettre leurs photos sur les t-shirts et nous toutes, on va porter ça pour la nuit de la cérémonie.' »

A voir jusqu’au 2 février.

°°°

Autre exposition que j’irais voir volontiers si Charleroi n’était pas si loin de Nantes :

L’échappée belle. Albums de famille 1870-1980,

au Musée de la photographie à partir du 25 janvier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.