Bilan-2-Réactions

Voici une synthèse des réactions, questions et critiques formulées à la suite du bilan que je venais de présenter. Comme on le verra, les réserves le disputaient aux échos positifs.

Le blog modifie-t-il la démarche sociologique, la façon de penser ?

Un blog comme celui-ci qui sollicite la collaboration de ses lecteurs soulève la question du statut des connaissances scientifiques : peut-on y inclure les contributions des internautes dont on ne sait souvent rien ? Qu’attendre de cette « perméabilité plus grande » des sources ?

Pour qu’un blog devienne effectivement un lieu d »expérimentation, ne faudrait-il pas établir des normes de fonctionnement plus explicites, concernant en particulier le type de contribution jugées recevables ? Car sur un blog recueille-t-on autre chose que des opinions ?

Au delà se pose la question de l’éthos scientifique : qu’est-ce que faire de la science ? Peut-on dé-confiner l’exercice de la science en promouvant une forme de recherche collaborative et potentiellement ouverte à tous ?

En particulier, comment faire pour que les images y soient plus que des illustrations, de simples matériaux ?

N’est-il pas contradictoire de vouloir considérer un blog comme une publication scientifique ? Il y manque en tout cas l’instance de légitimation que constitue, dans toute revue académique, le comité de rédaction qui évalue les propositions d’articles de manière croisée.

Ce bloc-notes qu’est un blog génère-t-il une communauté, un nouvel entre-soi ? Ou bien reste-t-il un travail solitaire, malgré le nombre des échanges ?

A propos de la publication de mon livre en ligne : ce projet de texte qui resterait perfectible à l’infini le rend-il plus vivant qu’un texte fixé une fois pour toute dans la forme matérielle d’un livre imprimé ?

Quelle est la profondeur du débat sur un blog ? N’y observe-t-on pas une obsolescence plus rapide du débat ?

La formule du blog ne suscite-t-elle pas une course à l’échange, une aspiration vers toujours plus d’information, engendrant le vertige devant tout ce qu’il faudrait lire ? Tout le contraire de la concentration nécessaire à l’élaboration intellectuelle.

Le blog n’est-il pas uniquement un mode de communication ?

Certains ont exprimé leurs réserves vis-à-vis de l’emprise technologique d’internet, source à leurs yeux d’une culture de l’urgence, du zapping. Contre ses dérives, il faudrait au contraire sortir d’internet pour entretenir des discussions collectives, dans le cadre de « vraies » réunions comme au cours de ce séminaire.

D’autres affirment au contraire qu’internet offre l’expérience du temps choisi. Le blog s’affranchirait des contraintes de plus en plus lourdes imposées dans les publications scientifiques, dans les colloques. Il engagerait une véritable réorganisation de la production éditoriale.

Au final, j’ai eu l’impression que la plupart des participants à ce séminaire trouvaient intéressantes les possibilités ouvertes par la formule du blog, mais restaient plus que réservés sur son intégration à l’activité de recherche, comme si celle-ci risquait de perdre son caractère distinctif à s’ouvrir ainsi sur des échanges qui paraissent insuffisamment contrôlés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.