Du discours recueilli au discours publié

Je livre ici le texte d’un étudiant en Master 2 de sociologie, Matéo Sorin, dans lequel il a dépassé largement les consignes que j’avais fixées en vue de la réalisation d’un dossier, pour proposer une analyse minutieuse, très fine de la forme et de l’enjeu des citations dans les produits journalistiques. Je suis heureux de donner de la sorte à son travail une visibilité plus grande.

°°°

Au même titre que les sociologues, les journalistes produisent des « objets » (textes, vidéos, audio, …) à partir d’un même terrain, la société. Pour ceux qui les reçoivent, ces objets sont sensés être une représentation de la réalité. Mais par définition, une représentation n’est pas la réalité. La subjectivité de l’auteur, journaliste ou sociologue, participe à la construction de son discours. Dans le choix d’un sujet plutôt qu’un autre, d’un interlocuteur, des questions posées, ceux qui produisent des discours sur la société dirigent leur regard en fonction de leur perception du monde et des contraintes dues à leur activité. La réception est également empreinte de subjectivité puisque deux personnes peuvent interpréter différemment le même article.

En sociologie, nous sommes amenés à réfléchir continuellement aux outils à mettre en place pour faire en sorte que les représentations que nous construisons de la société soient le moins possible éloignées de la réalité. Les débats opposant méthodes quantitatives et qualitatives, observations macro et micro, même s’ils sont souvent caricaturés, font état de querelles épistémologiques continues sur la manière d’étudier et de décrire la société.

Les sociologues et les journalistes partagent certains outils pour appréhender le monde qu’ils étudient. Bien qu’ils ne le conduisent pas de la même manière, ni avec les mêmes objectifs, les uns comme les autres utilisent souvent l’entretien pour recueillir la parole d’un individu. C’est sur la question de l’exploitation qui est faite des paroles recueillies que je vais me pencher maintenant en prenant pour matériaux quelques portraits réalisés dans le cadre du projet Une année en France initié en 2012 par le journal Le Monde. Les portraits réalisés pour ce projet permettent d’étudier cette question car, pour une même personne, il existe parfois trois portraits : un premier article publié sur un blog, un second portrait vidéo intégré au web-documentaire intitulé Une année en France et un troisième sous forme d’article publié dans le livre Une année formidable en France (Paris, Ed. Les Arènes, 2012).

La reconstruction des discours dans les vidéos

Capture d'écran du site Une année en France - Je n'ai pas trouvé le moyen d'intégrer directement les vidéos dans ce blog. Pour les visionner, se reporter au site en cliquant sur l'image ci-dessus.

En regardant attentivement, il est possible de voir les traces du montage dans plusieurs portraits vidéos. Dans le portrait de Jean-Yves Caullet, on observe qu’une phrase a été reconstruite ou au moins coupée (2′ 11 »). La phrase qu’on entend est la suivante :

« […] si l’on veut que les gens se répartissent à peu près naturellement pour mettre en valeur l’ensemble du territoire, il faut ### qu’ils trouvent à des distances à peu près correctes finalement l’accès aux différents réseaux, physiques ou virtuels, qui font qu’ils n’ont pas l’impression de vivre de manière déclassée. ».

Entre « il faut » et « qu’ils trouvent » il y a un fondu de l’image qui indique qu’entre ces deux morceaux le député-maire d’Avallon a dit autre chose. Le cadre n’ayant pas bougé, on ne perçoit pas forcément cet effet au premier visionnage. On peut penser qu’il s’agit d’un plan séquence et on a donc l’impression d’entendre une phrase originale alors qu’elle a été reconstruite.

Dans le portrait de Sophie Wintzer, apprentie charpentière, il y a également un phrase qui est reconstruite (1′ 54 ») :

« Quelque chose de plus manuel mais aussi quelque chose de, de manuel qui associe aussi à une dimension ### intellectuelle, enfin c’est pas un geste bête qu’on répéterait à l’infini […] ».

Ici, on remarque le raccord car la tête de l’interlocutrice change soudainement de position, mais également parce que, en arrière plan, un homme change de position subitement entre deux images.

Si le raccord est mal fait, d’autre indices peuvent également témoigner du montage, comme c’est le cas dans le portrait de Noëlle Herrenschmidt (1′ 00 »).

« […] c’est ce qui s’est passé en septembre dernier. ### C’est pour ça que dans mon idée, l’idée de se dire on va faire ça à la rentrée en septembre, les gens reviennent de vacance, c’est une bonne date […] »

Ici, la vidéo donne l’impression qu’entre deux phrases l’interviewée reprend sa respiration, puis continue son propos. Le plan est plus serré lors de la deuxième partie ce qui peut laisser penser qu’il y avait deux caméras sur place et que la même séquence sonore a été enregistrée sous deux angles. Il y aurait alors une scène continue dans la réalité, une bande sonore ininterrompue et deux plans issus de deux caméras ayant filmé en même temps. Pourtant, l’ensemble des vidéos du projet Une année en France laisse penser qu’elles ont été faites avec une seule caméra. Cela donne un premier indice qui va dans le sens d’une reconstruction du discours. Deuxièmement, en écoutant attentivement on entend deux respirations. La première vient du premier plan et termine la phrase « […] c’est ce qui s’est passé en septembre dernier », alors que la seconde respiration précède la phrase « C’est pour ça que dans mon idée […] ». En ne coupant pas le son de la respiration entre ces deux phrases, il est probable que le monteur ait voulu d’une part donner du rythme à la vidéo, mais également produire un effet de réel invitant le spectateur à penser que cette vidéo montre la réalité puisque qu’on respire généralement entre deux phrases. Si ces deux objectifs n’avaient pas été les siens, il aurait pu laisser un temps sans son entre ces deux phrases.

Une amie documentariste m’a récemment dévoilé quelques ficelles du montage vidéo. Une des difficultés de ceux qui montent des interviews filmées est de réaliser une vidéo qui ne transgresse pas l’esprit des propos tout en ayant pour matériaux des phrases parfois grammaticalement incorrectes, des mots inaudibles, des hésitations, des bruits parasites ainsi que des contraintes de format. Pour réussir cet exercice, il arrive qu’au montage, une syllabe d’un mot soit utilisée pour terminer un autre mot qui a été mal prononcé. Les hésitations et les « heuu » sont généralement supprimés. Il peut arriver que des phrases entières soient reconstruites lorsqu’elles ne sont pas correctes. L’ordre des mots est alors modifié et certains mots peuvent être ajoutés (par exemple « ne » et « pas » dans une phrase négative). Si l’interview est assez longue, le corpus de sons prononcés peut être suffisant pour aller jusqu’à construire un mot qui n’a pas été prononcé. Cependant, c’est une tâche qui demande beaucoup de travail étant donné que les intonations et les manières de prononcer une même syllabe sont nombreuses. Selon cette documentariste, les plans de coupe dans les documentaires masquent généralement une coupure dans la bande son. Elle affirme qu’il arrive fréquemment qu’une respiration soit ajoutée entre deux phrases qui dans la réalité ne se suivent pas. La respiration sert d’une part à effectuer la jonction entre les deux phrases pour reproduire au plus près la bande son qui aurait été captée si elles avaient été prononcées à suivre ; d’autre part, elle sert à donner du rythme à la vidéo.

Finalement, filmer un visage qui s’exprime induit un effet de réel, mais n’est pas la garantie que la scène se soit passée ainsi en réalité (par exemple à 2′ 40 » dans la vidéo de Jean-Yves Caullet). Les plans de coupe servent en partie à masquer les coupures dans la bande sonore en donnant l’illusion d’une continuité. Il ne faut pas en conclure que les interviews diffusées transgressent d’une manière générale les propos des interviewés en leur faisant dire des choses qu’ils n’ont pas dit, mais plutôt que, pour des raisons esthétiques, dans un souci de fluidité et de compréhension, il est très fréquent que ce qui est montré à travers du son et des images comme étant la réalité ait été non seulement coupé et monté, mais également parfois modifié.

Des citations modifiées

Il semble admis que pour le lecteur d’un article de journal ou de revue scientifique, la présence des guillemets encadrant une phrase en italiques indique qu’il s’agit d’une citation de propos émanant de quelqu’un de différent de l’auteur. Il peut s’agir d’extraits d’un texte ou bien d’un discours. Quand les propos de l’auteur original sont transformés, les règles de typologie en usage imposent d’adapter la citation en remplaçant la partie tronquée par trois points entourés de crochets1, et en signalant l’ajout ou le remplacement d’un mot par un autre en l’encadrant de crochets. Ainsi, le lecteur peut différencier le discours original et l’adaptation qui en est faite par la personne qui l’utilise dans sa production.

Dans les faits, il arrive fréquemment que les citations, pourtant entre guillemets, ne soient pas la transcription exacte des paroles de l’interviewé. Les portraits étudiés ici permettent d’illustrer cette affirmation. Plusieurs portraits ont d’abord été publiés sur le blog d’un journaliste avant d’être retravaillés pour paraître dans la version papier du documentaire. Voici quelques citations issues de ces deux sources :

Interviewé Blog « Avallon » http://avallon.blog.lemonde.fr/ Une année formidable en France (livre)
Jean-Yves Caullet « Nous, on est juste en train de se demander si on va mourir ou pas. Alors, tant qu’on est sur le ring, on prend des coups, mais on se bat. Si on descend du ring, c’est fini » « Nous ici, on est juste en train de se demander si on va mourir ou pas. Alors, tant qu’on est sur le ring, on prend des coups, mais on se bat. Si on descend du ring c’est fini […] »
« Si nous, on lâche, que restera -t-il entre Auxerre et Dijon? Dans un pays comme la France, ce serait tout de même dommage de perdre des morceaux du jardin » « Si on descend du ring c’est fini et il ne restera rien entre Auxerre et Dijon. Dans un pays comme la France, ce serait tout de même dommage de perdre des morceaux de jardin. »
Vincent Picq « Aujourd’hui, on nous reproche d’être loin, dans un désert vert. Eh bien! on l’assume et on le retourne: vous êtes en plein Morvan, vous n’avez ni nuisances sonores, ni olfactives, vous avez une belle vue, beaucoup de lumière. » « Aujourd’hui, on nous reproche d’être loin, dans un désert vert. Eh bien ! On l’assume et on le retourne : vous êtes en plein Morvan, sans nuisances sonores ou olfactives, vous avez une belle vue, beaucoup de lumière. »
« Le plus souvent, poursuit Vincent Picq, la décision de venir ou pas s’installer en province, bascule sur peu de chose. » « Le plus souvent, poursuit Vincent Picq, la décision de venir ou pas s’installer en province se joue à peu de choses. »

Chaque vidéo présentée dans le web-documentaire est accompagnée d’une phrase entre guillemets (sans doute censée illustrer le sujet de la vidéo). Là aussi, il y a des écarts entre les phrases enregistrées et celles entre guillemets.

Interviewés Bande sonore vidéo Citation entre guillemets
à côté de la vidéo
Amandine et Benoît
(2′ 04 »)
« On dit qu’on aide les gens, mais on les aide pas tellement que ça en fait. » « On dit qu’on aide les gens mais on ne les aide pas tant que ça »
Roch Fernandez et Claude Lestocard

(2’15 »)

« On le voit par rapport aux visites du site internet qui ne cesse de croître, au chiffre d’affaire du site internet qui ne cesse de croître, alors que la crise économique, quand on entend, quand on ouvre, enfin on ouvre les journaux ou on écoute la radio, tout le monde se plaint entre guillemets. » « Nous ne cessons de croître alors que tout le monde se plaint de la crise »

Il arrive aussi qu’il y ait un écart entre le discours enregistré et la citation entre guillemets présente dans le livre.

Interviewés Bande sonore vidéo Une année formidable en France
(livre)
Amandine et Benoît

(0’14 »)

Benoît : « On veut pas s’enrichir, on veut pas devenir milliardaire avec la friterie. Nous on veut juste vivre bien en fait .. »

Amandine : « tout en essayant de progresser… »

Benoît : « tout en essayant ouais de progresser quoi. J’veux dire nous notre objectif dans la vie c’est d’arriver à prendre un salaire tous les deux par rapport à la friterie, après ça serait avoir une maison, comme tout le monde quoi j’pense. »

« On ne veut pas s’enrichir, assume Benoît. On ne veut pas devenir milliardaire avec la friterie. On veut juste vivre bien tout en essayant de progresser. Notre objectif, c’est d’arriver à prendre un salaire et après ce serait une maison. Comme tout le monde, je pense. »

Dans le premier cas (différences entre les citations du blog et du livre), il est surprenant de constater des écarts puisque les discours ont été transcrits en mots une première fois pour apparaître sur le blog, puis parfois modifiés pour le second support de publication. Étant donné que les portraits du livre sont composés en grande partie d’extraits des blogs, il est évident que les portraits du livre ont été réécrits à partir de ceux des blogs. Les citations utilisées ne proviennent donc pas du carnet de notes du journaliste, ce qui aurait pu expliquer des petites différences. Les écarts entre les citations relèvent donc d’une action intentionnelle de la part des auteurs et non d’une erreur de transcription. Ces modifications ne transgressent pas vraiment le sens des phrases et elles ne les raccourcissent pas non plus. Quel est alors leur intérêt ? Peut être dans un souci de fluidité pour que le texte soit plus limpide à la lecture ? Et finalement, quelle est la phrase originale qui a été prononcée ? N’ayant pas accès aux rushs ni aux carnets de notes, il n’est pas possible de répondre à cette question. Sans savoir en vue de quoi ces citations ont été modifiées, elles témoignent du fait que la congruence entre la réalité (ce qui a été dit) et le produit journalistique n’est pas strictement ce vers quoi tendent les journalistes dans leurs productions pour rendre compte du monde.

Dans le second cas (différence entre la vidéo et la phrase qui la présente), on peut imaginer que le principal souci de l’auteur est de faire tenir une idée exprimée par l’interviewé en un minimum de mots sans la transgresser pour autant. L’écart entre les propos d’Amandine et la citation qui jouxte la vidéo témoigne également de la recherche d’esthétique. La phrase originale étant grammaticalement fausse, l’auteur a modifié celle-ci, sans s’éloigner de l’idée qu’Amandine voulait faire passer. Dans le second extrait par contre (Roch Fernandez et Claude Lestocard), le fait de résumer une phrase de 55 mots en 15 induit une perte de précision. La phrase entre guillemets ne s’éloigne pas beaucoup de l’idée que voulait faire passer l’interviewé, mais elle n’a pas été construite par lui.

Dans le troisième cas, il y a une différence entre le discours enregistré par la caméra et celui qui est publié dans le livre. Dans l’exemple d’Amandine et Benoît (0′ 14 »), les phrases sont peu modifiées, mais elles sont coupées pour faire disparaître quelques mots, expressions orales, ainsi que les contractions (« J’veux » « J’pense »). Le plus intéressant dans cet extrait, c’est le fait qu’une partie de la citation soit attribuée à Benoît (« tout en essayant de progresser »), alors que c’est Amandine qui a prononcé cette phrase, reprise ensuite par son compagnon.

En définitive, ces différents cas indiquent que ce qui semble important dans ce genre de production, ce n’est pas de transmettre le plus fidèlement possible les propos des interviewés, mais de ne pas trop s’en éloigner tout en s’autorisant des écarts par simplicité, pour des raisons esthétiques ou du fait de contraintes de format.

Le fond et la forme

Des différences de forme existent donc entre les discours originaux et leurs retranscriptions par les journalistes. Dans les exemples cités, les citations modifiées ne semblent pas s’éloigner beaucoup de l’esprit des propos originaux. On peut donc penser de prime abord que toute cette dernière partie n’a que peu d’intérêt. Mais est-ce que la modification d’une citation sur sa forme n’a pas systématiquement une incidence sur son fond ? Il me semble que oui, et je vais essayer d’expliquer pourquoi dans cette dernière partie.

Les manières de s’exprimer oralement sont des marqueurs sociaux. Le vocabulaire, les intonations, les structures de phrase, la prononciation ou encore l’utilisation des liaisons sont autant d’indices qui renseignent sur l’individu qui s’exprime. À ce titre, la suppression des contractions (transformation de « j’veux » en « je veux ») entraîne une perte d’information.

Quand le journaliste réduit en 15 mots une citation de 55 mots, tout en laissant les guillemets, cela signifie qu’il estime que la citation originale est réductible en moins de mots. Il prend également la liberté d’affirmer que ce sont ces 15 mots-là qui résument la pensée de l’interviewé. Ses choix sont forcément subjectifs puisqu’un autre journaliste n’aurait pas nécessairement fait les mêmes. Pourtant, il ne fait pas disparaître les guillemets autour de la nouvelle phrase qu’il a construite. Il attribue ainsi à l’interviewé la paternité d’une phrase qui n’est pas la sienne. Il lui fait donc dire quelque chose qu’il n’a pas prononcé, et par conséquent quelque chose qu’il n’a peut-être pas pensé.

Bien sûr, le passage de l’oral à l’écrit appauvrit déjà considérablement ce qui est retranscrit. Les intonations, la vitesse de la parole et la prononciation en sont absentes. Il ne reste que les mots qui, les uns à la suite des autres, forment des phrases construites par l’individu. Avant même la retranscription, une multitude de biais risquent de créer des décalages entre ce que pense l’interviewé et ce qu’en retransmet le journaliste ou le sociologue. Les questions posées sont interprétées par l’enquêté, il peut donc répondre à une autre question que celle qui lui a été posée2. Sa réponse est ensuite interprétée par celui qui l’écoute ou qui le lit. La sélection des passages étudiés ou publiés dépend de la personne qui le fait et relève donc de quelque chose de subjectif. Tous ces éléments peuvent entraîner des biais et finalement des écarts entre ce que pense l’enquêté et la manière dont est comprise sa pensée à l’autre bout de la chaîne. En sociologie, nous portons une attention particulière à utiliser de manière réflexive nos outils de recueil de données, d’analyse et d’écriture. Ainsi, nous essayons d’amoindrir les biais potentiels sans toutefois pouvoir les faire disparaître totalement.

À mon avis, le respect strict des propos des enquêtés, quand ils sont entourés de guillemets, est une démarche qui participe à cette tentative de rendre compte de la réalité en s’en éloignant le moins possible. Contrairement aux autres biais qu’il est plus difficile de réduire, faire preuve de rigueur dans les citations en s’en tenant à ce qui a été dit est une chose facile à faire. En plus d’éviter de s’éloigner encore plus de la réalité, respecter à la lettre les propos tenus par les enquêtés est une question de respect pour la parole qu’ils ont accepté de nous donner.

  1. Imprimerie nationale, Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale, 2002, Paris, Imprimerie nationale, p. 52. []
  2. Patrick Lehingue et Daniel Gaxie « Comportements électoraux. Quelques leçons des récents scrutins », Savoir/Agir, n°21, septembre 2012. []

9 réflexions sur « Du discours recueilli au discours publié »

  1. Merci Xavier, comme le dit Sylvain, nous verrons si de telles pratiques se généralisent. Il serait aussi intéressant que ce soit l’enregistrement de l’entretien qui soit mis en ligne et non la transcription (qui est déjà une remédiation).

  2. Merci Xavier pour ce lien qui montre que, comme le suggérait Rémy, les technologies numériques ouvrent désormais la possibilité d’ouvrir la cuisine du chercheur. En fera-t-il profiter les autres ? La question est posée.

  3. Je signale aux commentateurs un cas d’article de sociologie qui, dans sa version électronique, est lié à la retranscription intégrale de l’entretien, publié sur une autre page (l’article est centré sur l’analyse des goûts humoristiques d’un individu) :

    http://sociologie.revues.org/883

    Des liens hypertextes ont été mis en place pour retrouver les citations utilisées à leur place dans la retranscription intégrale (ou, inversement bien sûr, pour identifier les citations et retrouver leur place dans le texte principal quand on lit la retranscription intégrale)

  4. @Philippe Masson, je vous suis tout à fait, les productions des journalistes, des documentaristes et des chercheurs sont dans tous les cas des représentations culturellement construites de la société (bien qu’elles répondent à des méthodes différentes).
    Vous dites aussi, à juste titre, que les sociologues écrivant un article ne donnent jamais accès à l’intégralité de leurs matériaux. Peut-être que les évolutions permises par les technologies numériques permettront de palier à cela en conduisant à la mise en ligne des entretiens (audio et audiovisuel) dans leur version originale (sans être obligé de passer par la transcription). Mais, la solution technique aujourd’hui disponible n’engendrera peut-être pas un changement dans les pratiques professionnelles. Qu’en pensez-vous?

  5. Pour rebondir sur les commentaires précédents, le sociologue n’est jamais dans la posture du témoin qui restitue fidèlement la réalité, ce qu’il voit ou ce qu’il entend. Il faut d’abord rappeler que cela ne fait pas si longtemps que les sociologues enregistrent sur des magnétophones, puis des dictaphones, les propos de leurs interviewés. Les sociologues de la tradition Chicago nés au milieu des années 1920, qui réalisaient des enquêtes empiriques, n’avaient pas de magnétophone. Ils s’amusaient à une sorte de concours qui était de savoir qui pouvait le mieux retenir une conversation ou les propos des interviewés. Il était évidemment impossible de se souvenir de tout et dans le moindre détail. Les débats sur la retranscription des entretiens sont apparus plus tard, dans les années 1970, justement avec la large diffusion des magnétophones. Nous oublions ces aspects parce que nous ne réfléchissons pas assez souvent aux effets des moyens techniques sur nos pratiques de recherche (et de publication).
    Même avec les moyens techniques d’aujourd’hui, le débat sur la question de la retranscription atteint vite ses limites. Il aurait vraiment un sens si les sociologues, qui réalisent des enquêtes à partir d’entretiens, livraient de façon exhaustive et in extenso leurs matériaux, tous les entretiens dans leur intégralité. Mais ce n’est jamais le cas. Ils proposent des comptes rendus, sous des formes diverses, qui ne présentent qu’une sélection des ces entretiens. Les lecteurs n’ont jamais accès à l’intégralité du corpus. Dès lors, leur travail, par certains côtés, présente des points communs avec celui des journalistes : ils sélectionnent les personnes à interroger (ou se font sélectionner par elles), ils choisissent dans le matériel ainsi recueilli ce qui leur semble digne d’intérêt selon l’objet de leur étude, selon leur grille d’analyse, et ils bricolent ensuite le matériel pour le présenter selon les normes des éditeurs (des revues de leur discipline ou des éditeurs commerciaux). Ils peuvent aussi se soucier du public qu’ils visent. Les journalistes se posent des questions comparables mais avec des finalités différentes.
    Matéo Sorin a raison de souligner dans son très intéressant texte qu’en fait, pour les journalistes, la question n’est pas de retransmettre fidèlement les propos des interviewés. Mais nous rencontrons, en réalité, des problèmes analogues : nous ne cherchons pas simplement à donner une description la plus fidèle possible de la réalité, nous souhaitons en donner une interprétation.
    Ces questions ne sont d’ailleurs pas spécifiques à la méthode de l’entretien. Nous pourrions dire la même chose de l’observation parfois utilisée dans l’enquête ethnographique. L’œil de l’observateur est-il aussi précis que l’oeil du photographe ? Voyons-nous la même chose ? Les notes d’observation des comptes rendus anthropologiques ou sociologiques ne sont-elles pas aussi des sélections, des retranscriptions partielles de ce que nous voyons. La comparaison entre une note d’observation et la photographie d’un même lieu ne risque-t-elle pas d’être cruelle pour la méthode de l’observation ? Sauf à s’appeler James Agee, qui n’était pas sociologue de métier.
    Mais, peut-être n’est-ce pas là l’essentiel. Cela montre simplement, comme Matéo Sorin le suggère au début de son texte, que les sociologues comme les journalistes ou les photographes reporters ou documentaristes ne proposent que des représentations de la société. Ce ne sont que différentes manières d’en parler.

  6. @ Thierry : Je suis d’accord avec tes réserves sur ce que le sociologue retient des propos qu’il a enregistrés. Il n’en demeure pas moins qu’il les enregistre et souvent les retranscrit intégralement, à la différence du journaliste qui les prend à la volée et les réécrit. Le débat qui a cours parmi les sociologues sur la question de savoir s’il faut livrer les entretiens (du moins les extraits publiés) dans la forme littérale où ils ont été enregistrés, ou s’il est admissible de les remanier ne serait-ce que pour les rendre plus lisibles, ne me semble pas avoir cours dans le monde du journalisme où des propos réécrits sont servis entre guillemets comme s’il s’agissait de citations littérales.

  7. @Sylvain Je ne suis pas certain que le sociologue soit nécessairement dans la posture du témoin qui restitue fidèlement ce qu’il a enregistré. L’enregistrement intégral ou sa transcription sera peut-être, pas toujours, joint en annexe à son travail, mais le sociologue va aller piocher dans ce qui l’intéresse pour illustrer ou justifier sa thèse.
    Je rejoints Rémi Besson sur le fait que l’on est en présence de pratiques qui devraient être étudier pour elles-mêmes et ainsi de mieux percevoir les enjeux, les manières de faire.
    J’ajouterais d’ailleurs que ce serait sans doute intéressant d’avoir le feed-back des personnes interviewées. Elles se sentiront parfois, dans les deux cas, trahies par la transcription ou le montage, mais la reproduction brute de leur témoignage, avec ses hésitations, ses incohérences (je pense aux personnes qui sautent du coq à l’âne avec une logique sur l’ensemble de leur témoignage qui peut se diluer dans un montage qui respecte la chronologie par exemple) ne va pas nécessairement les satisfaire non plus.

  8. Personnellement, j’ajouterai une précision concrète qui a son importance : hormis lors d’un enregistrement sonore (pour la radio) ou audiovisuel (pour la télévision ou, comme ici, la mise en ligne sur le web), les journalistes n’enregistrent pas les propos des gens qu’ils sollicitent. Ils les notent sur leur calepin. Ce qui signifie que, dès la source de l’information orale recueillie, ils se mettent en situation de réécrire les phrases de leurs interlocuteurs. Contrairement aux sociologues qui réalisent des entretiens avec un enregistreur, sauf si la personne interviewée s’y oppose. Il faudrait s’interroger sur ces différences de routines professionnelles qui positionnent d’un côté les journalistes dans la posture de celui qui écrit sur le monde et, de l’autre, le sociologue dans celle du témoin qui restitue fidèlement ce qu’il en a enregistré.

  9. Ce dossier est tout à fait intéressant et l’analyse rigoureuse passionnante à lire. Cela étant dit, il est peut-être possible d’aller encore un peu plus loin. Une fois identifiée le fait que les journalistes proposent toujours une production culturelle (résultant d’une éditorialisation), comment aller plus loin dans l’analyse? Une fois la critique formulée (il n’y a pas de neutralité journalistique), comment dépasser ce constat? Comment essayer également, d’éviter de juger le travail des journalistes à l’aune des attendus des méthodes de la sociologies. Les historiens travaillant sur des films qui portent sur des événements historiques sont confrontés aux mêmes problèmes, le traitement des sources visuelles et des entretiens, ne relevant pas des mêmes pratiques professionnelles dans les deux cas. Une manière de faire est de ne pas considérer ces coupes et ces choix éditoriaux comme des « biais », mais un élément inhérent au travail éditorial. Il est intéressant de comprendre comment et pourquoi de tels choix ont été faits. La question du rythme des phrases qui est très bien identifiée dans cette note est particulièrement importante. La volonté de faire correspondre le niveau de langue à celui qui est attendu par le journaliste est aussi analysable. La façon dont les phrases initialement prononcées sont montées afin de correspondre à l’argumentation générale relève du métier de journaliste et de documentariste. S’il est évidemment intéressant d’identifier l’écart entre ces pratiques et la représentation communément partagée de ce qu’est le métier de journaliste (ou de documentariste), il est aussi intéressant d’étudier ces pratiques pour elles-mêmes et ainsi de mieux percevoir les enjeux ces manières de faire. Dans tous les cas, je vous remercie sincèrement pour ce texte très riche!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.