Mémoire Replay

Notre fille entreprend de nous détailler le menu préparé par un concurrent de l’émission de M6 Tof Chef. Elle se souvient de l’entrée dans les grandes lignes, pas dans le détail de la recette. Pour le plat principal, les souvenirs lui reviennent plus difficilement. Quant au dessert, c’est le trou noir.
– Quand même, c’était hier soir.
– Oui, je sais, mais bon…
– Et tu ne t’en souviens pas ?
– Ben non. Mais de toute façon on peut le revoir sur M6 Replay.

Sa réponse m’a fait penser au dossier que Télérama consacre cette semaine à « Notre cerveau chamboulé », avec pour questionnement : « Lecture en diagonale, perte de concentration… le Net et les technologies numériques bousculent nos façons de penser. Faut-il s’en inquiéter ? Pas forcément… »

Ce dossier évoque notamment une étude américaine sur les moteurs de recherche, publiée en 2011 dans la revue Science, qui démontrerait que « l’on se souvient moins bien des informations que l’on sait pouvoir retrouver sur notre ordinateur [ou ici sur M6 Replay] que de l’endroit où elles sont stockées » (p. 23). D’ailleurs je note que ma fille trouve désormais inutile d’enregistrer sur la box les émissions que nous ne pouvons pas regarder lors de leur diffusion puisque nous pourrons les voir pendant une semaine grâce au service TV à la demande.

Autre séquence : je discute musique avec mon fils et en viens à lui parler du groupe anglais UB40 que j’ai beaucoup apprécié. Comme ce nom ne lui dit rien, j’entreprends de lui expliquer. Mais, sans attendre la fin de mon rapide exposé, il pianote sur son Ipod Touch et presque immédiatement lance une de leurs chansons les plus connues. « Ah, c’est ça ! Ouais, je connais. » L’énigme UB40 est élucidée.

Pas de mémoire sans le support informatique d’un côté ; de l’autre, une mémoire décuplée avec.


10 réflexions sur « Mémoire Replay »

  1. Article intéressant. C’est assez amusant, puisqu’il tombe quelques jours après la lecture d’un ouvrage que j’ai beaucoup apprécié et qui devrait vous intéresser : « Internet rend-il bête ? : Réapprendre à lire et à penser dans un monde fragmenté » de Nicholas Carr.
    Ouvrage que j’ai lu… sur ma liseuse électronique Kobo. Ça ne s’invente pas.

  2. Le livre « Petite poucette », de Michel Serres, propose un éclairage très intéressant sur cette nouvelle façon d’accéder au savoir et à l’information…

  3. Ping : Mémoire Replay | La vie sociale des images | Photograph(ies) | Scoop.it

  4. OK, OK… Toutefois, on sait encore se débrouiller si l’eau est coupée, ou le courant électrique (du moins pour s’éclairer), ou le téléphone (encore que ça devienne de plus en plus difficile)… Ce qui me soucie, ce sont les apprentissages et l’autonomie qu’ils sont susceptibles de nous procurer. A l’école, on nous obligeait à faire du calcul mental ; puis, on est passés aux règles à calcul ; enfin, aux calculatrices. Je constate que les enfants ont de plus en plus de mal à mémoriser les tables de multiplication parce qu’ils ne voient pas pourquoi ils se mettraient ça dans le crâne alors qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour obtenir le résultat sans risque d’erreur. Sauf que le jour où ils n’ont pas de machine sous la main, ils ne savent plus faire le moindre calcul. Nous mesurons tous les jours les avantages formidables que nous procurent ces réserves inépuisables d’informations désormais à notre portée. Mais pouvons-nous miser dessus complètement ? Peut-être parce que je viens d’un milieu qui a connu la pénurie, aussi parce que les questions d’environnement et d’énergie deviennent aiguës, j’ai du mal à m’en remettre sans une certaine appréhension à ces systèmes technologiques et à voir mes enfants se construire dans cette dépendance.

  5. Notre dépendance aux systèmes d’information est-elle si nouvelle? Tu parles d’autonomie, mais je me souviens très bien que, jeune étudiant, mon deuxième bureau était situé dans la salle Labrouste de la Bibliothèque nationale, à laquelle je confiais sans réserve la responsabilité de mes ressources documentaires. J’ai longtemps profité des archives de la SFP, dont je suis bien placé pour savoir que leur préservation matérielle a été sérieusement menacée. Notre espace documentaire repose sur une illusion de pérennité, dont nous ne ressentons le caractère factice que par l’entremise de bouleversements technologiques. L’eau courante, le courant électrique, la connexion téléphonique, la ressource pétrolière dépendent de réseaux complexes dont plus personne ne met en cause le fonctionnement, tant leur nécessité paraît vitale. Pourquoi en irait-il autrement de la connexion à internet, qui n’est ni plus ni moins pérenne que ces diverses dépendances dont nous n’avons plus conscience?

  6. André, je suis d’accord avec toi sur le décuplement de la documentation à laquelle nous pouvons avoir accès aujourd’hui, sans plus avoir besoin de la mémoriser ni même de nous souvenir avec précision de l’endroit où elle est stockée. Nos enfants évoluent d’emblée dans ce contexte et s’en trouvent manifestement très bien. Sauf vis-à-vis de l’institution scolaire qui continue à leur imposer des exercices classiques de mémorisation auxquels ils semblent avoir désormais du mal à se plier.
    La question principale qui se pose me semble être le corollaire de la mise à disposition de toute cette mémoire numérique : l’obligation de se connecter, de rester connecté pour y avoir accès. On préfère ne pas imaginer la grande panne électrique ! Nous appartenons à une génération qui a construit son fonctionnement intellectuel sans ces nouveaux dispositifs, en cultivant en particulier des réflexes d’autonomie (calcul mental, se rendre dans une bibliothèque, etc.) grâce auxquels, en cas de besoin, nous pouvons continuer à travailler. Si, désormais, la socialisation intellectuelle se fait avec le concours permanent de tous ces dispositifs technologiques, peut-on encore inculquer aux nouvelles générations un minimum de manières de faire susceptibles de les prémunir contre la dépendance totale et sans retour ? Ou bien peut-on raisonnablement croire que ce modèle de nouvelle intelligence, démultipliée et connectée, va continuer à se développer sans courir le moindre risque de désintégration pour de bêtes questions d’alimentation énergétique ?

  7. Les chants de l’Iliade étaient conçus pour favoriser leur mémorisation: avant la diffusion de l’alphabétisation, c’était en effet des récits entiers qu’il fallait stocker dans sa mémoire pour conserver ses titres au partage d’une culture. Le codex nous a délivré de cette obligation, et a permis de ranger un nombre bien supérieur d’informations dans des dispositifs conçus à cet effet: les bibliothèques. Il y a donc bien un lien entre nos usages mémoriels et l’état des technologies disponibles, qui ne date pas d’hier…

    A noter tout de même qu’au-delà de l’identification d’un item isolé, la structure des mémoires numériques favorise la mise en série, l’interaction et l’organisation des données. Exemple concret: un tag sur Culture Visuelle, c’est un accès direct à une organisation documentaire largement plus efficace que ce que permettrait la mémoire individuelle. Depuis que je me sers de ces outils, je n’ai pas l’impression d’y avoir perdu, mais au contraire d’y avoir beaucoup gagné…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.