La générosité sans limite des éditeurs

Je viens de recevoir par mail une proposition de contribuer à un nouveau dictionnaire international de la photographie qui sera édité par Thames & Hudson. Voici les termes dans lesquels est formulée cette proposition :

« Il devrait comporter quelque 900 entrées, consistant chacune en une dizaine de lignes, portant à la fois sur des auteurs (photographes mais aussi critiques), des techniques, des genres, des thèmes, des mouvements, des expositions ou des ouvrages importants… Il n’y a pas de budget prévu pour le projet, mais les auteurs seront crédités dans l’ouvrage.

« L’ouvrage paraîtra en anglais et en français aux éditions Thames & Hudson. Il s’inscrira dans la collection World of Art / Univers de l’art (livres généralistes en format poche). Le dictionnaire, qui par son prix modique sera accessible à un large public d’étudiants et d’amateurs de photographie, fournira des informations générales. Il contiendra 800 notices. 600 d’entre elles seront consacrées aux photographes les plus renommés, auteurs d’une oeuvre significative, de portée internationale. Les entrées restantes traiteront des différents mouvements et genres de la photographie et offriront un lexique technique. L’intérêt de cet ouvrage réside dans le fait qu’il sera pratique, concis et aussi international que possible. A l’ère d’Internet, ce type de dictionnaire doit permettre de donner des notions de base succinctes tout en triant l’information. Les personnes qui auront contribué à l’écriture des notices seront clairement mentionnées dans le dictionnaire.« 

Sans commentaire.


11 réflexions sur « La générosité sans limite des éditeurs »

  1. J’espère qu’il y aura quelques photographies, en D.R.évidemment, pour illustrer cet ouvrage magistral…

    • Si je te comprends bien, André, tu n’es pas partant pour co-rédiger avec moi les 900 notices prévues, comme on nous le suggérait amicalement ?

  2. Et tout ça pour détruire encore les quelques arbres qui nous restent et ensuite les pilonner et les brûler sans chauffer qui que ce soit. Je promets de léguer ma bibliothèque à ceux qui en auront besoin.

  3. @ Polina : Effectivement. Je ne suis pas sûr, en particulier, que la formule du dictionnaire soit encore adaptée à l’époque des encyclopédies en ligne et du web 2.0. Surtout avec des notices réduites à une dizaine de lignes chacune.

  4. Au-delà de la question de droits et de rémunération, c’est assez triste en 2013 un tel projet d’éditeur sur la photographie!

  5. @ Pierre : Pas bête ! On devrait même y arriver en trois jours. Reste ensuite à savoir si ça nous rapportera seulement de quoi nous payer un gueuleton.

  6. Il semble qu’à peu près tous les éditeurs de la terre ne prennent que du contenu gratos – et nous refilent ensuite dans le meilleur des cas autour de 3% sur le prix de vente. Pour une notice, vous n’avez même pas 3% divisés par 900 ! L’exploitation pure et simple des fabricants de contenu est la règle depuis longtemps, et il semble qu’elle s’applique dans toutes les catégories.
    Allez faites un effort, je suis sûr que vous pouvez en rédigez 150 pour la semaine prochaine. Et si vous vous associez avec André, vous rédigerez la moitié du dico en un rien de temps 😉

  7. C’est bien, déjà, d’avoir son nom quelque part, en entier. Même en petit. Un jour il n’y aura plus que les initiales. On se battra pour avoir juste ses initiales. Alors je me dis qu’il faut en profiter ! N’hésitez surtout pas.

  8. bonjour Sylvain
    Ah..un bel exemple pour une collection des « best of ».. 😉

    Et comme un dictionnaire est l’exemple-type d’oeuvre collective, aucun droit d’auteur, de surcroît,pour les rédacteurs de ces 900 entrées…

    S’ils trouvent des rédacteurs ils pourront dans le même temps faire un annuaire des plus grands naïfs 😉

    Bonne soirée à vous

    Joëlle Verbrugge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.