Comme à la maison

Sous ses dehors éminemment domestiques, cette photo est destinée en fait à présenter la nouvelle médiathèque que vient d’inaugurer la commune dans laquelle j’habite. Le mobilier pourrait être celui d’un salon particulier, cette famille y est installée avec le naturel d’un intérieur privé. On ne perçoit aucune affluence, aucune pression du « public » autour. C’est familial, intime presque.

On imagine aisément que cette approche de la nouvelle médiathèque vise à renouveler le public en attirant les jeunes couples avec enfants, plutôt diplômés, qui s’installent dans les nouveaux quartiers récemment construits dans cette partie rurale de la commune. L’image de la famille, ici comme ailleurs, permet d’en appeler à toutes les générations, même si, dans le cas présent, il est clair que l’accent est mis sur la jeunesse, des adultes comme des enfants, dans l’espoir probablement de fidéliser une nouvelle participation. Au delà, on perçoit combien l’aménagement de ces nouvelles structures culturelles et la communication qui le valorise mettent l’accent sur l’individualisation des services, sur la réduction symbolique de la distance entre l’espace privé et l’espace public, comme si le signe le plus clair de la réussite d’une telle médiathèque était qu’on s’y sente comme chez soi.


2 réflexions sur « Comme à la maison »

  1. Petit détail comique, le « bon mari » tient dans sa main une tablette. La faucheuse des bibliothèques, que les bibliothécaires s’empressent de magnifier dès qu’ils le peuvent. Au nom de la modernité. Au nom également – argument pernicieux, teinté de progressisme – des « publics à conquérir ». Entendez par là : les classes populaires, réputées imperméables au livre (mais alors, pourquoi s’intéresseraient-elles à ces gadgets ?)
    Votre billet, auquel je souscris, incite plutôt à penser que cet objet, s’il n’est pas central dans le dispositif, s’inscrit tout de même dans un ensemble : flatter les classes moyennes sup, individualiser les services publics. Voilà qui n’a plus grand chose à voir avec l’idée d’une propriété collective…
    Certains bibliothécaires toutefois tentent de s’organiser contre cette tendance. A ce titre, je vous indique un lien vers la brochure du collectif Livres de Papier : http://www.antidematerialisation.fr/bibliographie/ldp2-glob-pm/

    • Vous avez raison de souligner ce détail, qui renvoie effectivement au public ciblé par cette médiathèque, inaugurée dans le bourg d’une commune résidentielle où les classes supérieures sont majoritaires. D’où probablement cette intention de gommer ce qu’une médiathèque classique pourrait avoir de trop « collectif » au bénéfice d’une image plus individualisante, plus centrée sur la famille – seule unité sociale encore légitime dans une société qui valorise de plus en plus l’individu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.