Devant la télé – 2

Capture d'écran du site du Nouvel Observateur du 2 juillet 2012

Une nouvelle fournée de comptes rendus d’observation sur les manières de regarder la télévision rédigés par mes étudiants de Licence 3 de cette année apporte des confirmations et des éléments nouveaux par rapport à la première synthèse présentée l’an dernier.

Tout d’abord, la présence incontournable de la télévision dans ces familles qui pour l’essentiel appartiennent aux classes populaires ou aux petites classes moyennes. On allume la télévision tous les jours, des heures durant, en particulier pendant les repas (20 cas sur 27). Ces repas sont d’ailleurs en partie conditionnés par ce qui se passe à la télé : une séquence plus intense, dans un journal télévisé ou une émission de jeu, suspend non seulement les conversations, mais aussi les fourchettes. D’autre part, l’intérêt pour les programmes diffusés perturbe parfois directement le déroulement des repas : l’un part manger son dessert devant la télévision ; un autre quitte la pièce pour aller regarder quelque chose en particulier dans sa chambre. A cet égard, l’attribution des places à table revêt une importance stratégique : il n’est pas rare que le père, et les fils, s’octroient celles qui font face au téléviseur, tandis que la mère, et les filles, lui tournent plus souvent le dos.

Généralement, la télévision reste allumée lorsque la famille reçoit des invités. Un étudiant va jusqu’à écrire : « Nous entourons la télévision », tellement elle lui apparaît comme un acteur actif de ce type de réunions au cours de laquelle la conversation connaît parfois des creux que le divertissement télévisé permet de combler habilement.

Parmi les comportements individualisés au sein de la famille, il faut citer également l’utilisation du casque qui permet de regarder, et d’écouter, une émission en solo sur le téléviseur commun. Certains adolescents font de même avec leur Play Station.

Environ la moitié des familles de cet échantillon spontané possèdent plusieurs téléviseurs. Celles qui n’en ont qu’un sont soit des personnes vivant seules (ce qui arrive assez fréquemment à la suite d’un divorce ou d’une séparation), soit des jeunes, célibataires ou en couple, soit, mais c’est beaucoup plus rare ici, des familles plutôt intellectuelles qui ne valorisent pas la télévision. Ce sont les seuls cas où la télévision est prohibée du repas, au motif de respecter la convivialité de ce moment passé ensemble. Notons cependant que, dans certaines familles populaires où la vie est devenue impensable sans la télévision, assimilée à un véritable « animal de compagnie », la regarder ensemble est considéré précisément comme ce qui rassemble les membres de la famille.

Avoir plusieurs téléviseurs permet de jalonner tous les instants de la journée : par exemple, cette grand-mère qui vit seule la regarde dans sa cuisine lorsqu’elle prépare le déjeuner (le matin, elle écoute la radio1), l’après-midi dans le salon au moment de sa sieste et le soir dans sa chambre avant de s’endormir. A l’opposé, dans certaines familles nombreuses, il a été décidé de multiplier les téléviseurs afin de réduire les conflits entre les enfants sur les programmes, forcément divergents, que les uns et les autres souhaitent regarder.

Ayant grandi avec la télévision, les jeunes de 20 ans d’aujourd’hui l’ont intégrée à leur vie quotidienne, particulièrement ceux qui en ont une dans leur chambre depuis des années. Certains ne peuvent pas s’endormir sans le petit écran. Même sans aller jusque là, très tôt les enfants mémorisent les musiques des publicités, intègrent ce qu’ils ne doivent pas regarder, etc. Encore que, dans les familles populaires, le contrôle parental semble peu soutenu.

C’est dans les familles plus aisées ou cultivées que l’on rencontre les préventions les plus explicites à l’égard de la télévision. Mais l’observation en situation révèle souvent des comportements contradictoires. Ainsi, cette mère diplômée, réfractaire au « tout télé », se laisse tenter tout de même par une émission de vidéo gags tout en se faisant reproche de la regarder. Lorsque le couple parental est composé d’individus au parcours social et culturel différent, les divergences sont fréquentes.

En fait, ces contradictions sont plus répandues qu’on pourrait le croire. Dans beaucoup de cas, en effet, on constate que les gens se laissent prendre par « ce qu’il y a à la télé » (sachant qu’ils n’ont pas choisi une émission en particulier) et en conçoivent une certaine mauvaise conscience : l’homme parce qu’il va s’endormir encore une fois devant le poste, la femme parce qu’elle sait bien qu’elle aurait mieux à faire, l’un ou l’autre parce que, immanquablement, ils se mettent à grignoter petits gâteaux, chocolat…, alors que c’est très mauvais pour leur ligne. On pourrait multiplier les exemples. L’autre manifestation de cette gêne est la fréquence des remarques sarcastiques, des propos ironiques sur telle ou telle émission « particulièrement nulle », mais que l’on regarde quand même. Ce dédoublement de personnalité s’observe très fréquemment. Il conduit à douter fortement des sondages relatifs à la télévision, qui font régulièrement apparaître le scepticisme des téléspectateurs, particulièrement à l’égard des émissions d’information ; alors qu’on sait par ailleurs que la télévision demeure la principale source d’information des Français.

Dernier point qui ressort des comptes rendus de cette année : le sur-équipement multimédia des jeunes générations. Ils regardent la télévision aussi souvent que la génération de leurs parents, reproduisant en particulier ce comportement des personnes seules qui l’allument dès qu’elles rentrent chez elles, pour avoir « une présence ». Mais, le plus souvent, le téléviseur diffuse ses programmes en arrière-plan tandis qu’ils regardent l’ordinateur portable posé sur leurs genoux, sans compter leur téléphone, leur tablette ou leur console de jeux. On peut observer alors ce comportement surprenant : allumer la télé, s’asseoir dans le canapé en face, ouvrir son ordinateur et y lancer des vidéos tout en prêtant une oreille, plutôt qu’un œil, à ce qui se passe dans la série diffusée sur le petit écran ; voire décider de démarrer un film en streaming sans interrompre pour autant le programme télévisé. Ainsi se compose un environnement multi-écrans dans lequel la télévision n’occupe pas souvent la place principale, mais où elle semble demeurer néanmoins indispensable. Les séries seraient peut-être plus souvent regardées à la télévision et les films en DVD ou streaming sur l’ordinateur. Mais l’inverse se produit, par exemple lorsque les fans d’une série ne peuvent attendre sa télédiffusion et en regardent la dernière saison en v.o. sur leur ordinateur.

On comprend que les fabricants de téléviseurs cherchent de plus en plus à en faire des interfaces multimédias afin que le téléviseur ne perde pas son importance face à la concurrence des autres écrans qui meublent désormais le quotidien des jeunes générations.

  1. Effet de génération ? Du temps où l’on déjeunait en écoutant Le jeu des 1000 Francs. []

3 réflexions sur « Devant la télé – 2 »

  1. @ Bernard : Merci pour votre témoignage. C’est vrai que la télévision est un « mass media », probablement le seul digne de ce nom du fait de sa diffusion massive. A ce titre, elle est dépositaire d’une culture commune, qu’on s’y reconnaisse ou non.

  2. Ping : Devant la télé – 2 | La vie...

  3. Je vis seul, je suis un homme de 65 ans, retraité, engagé à gauche, niveau éducatif maîtrise sciences économiques.
    Depuis 2007, j’ai cessé de regarder régulièrement la télévision(toujours des téléviseurs d’occasion, achetés généralement à ENVIE).
    Puis en 2010, quand elle est tombée en panne je ne l’ai pas remplacée.
    J’écoute la radio pour les informations matinales(France Inter jusque l’arrivée de Patrick Cohen), ou la-bas si j’y suis(en podcast sur internet le plus souvent).
    Pour les émissions intéressantes à ne pas manquer, j’utilise l’ordinateur.
    Ou j’attends que l’émission soit rediffusée sur Dailymotion ou YouTube.
    Le seul inconvénient à cette pratique c’est que je m’aperçois, de plus en plus, que je me coupe, dans mon approche de la vie du monde, des jeunes et des couches populaires (ce qui pour un militant communiste est gênant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.