L’art d’accumuler les traces

Capture d'écran du site http://www.floride-immobilier.fr/immigration.html

J’ai éprouvé hier le stress de devoir affronter les policiers américains pour entrer sur le territoire des États-Unis.

Je transitais par l’aéroport de Montréal où les services d’immigration US occupent tout un bâtiment, conçu comme un véritable avant-poste américain en territoire canadien.

On a beau avoir déjà passé les contrôles de sécurité dans l’aéroport d’où l’on vient, Québec en l’occurrence, il faut recommencer ici avec un luxe de précautions décuplé.

Puis vient le passage devant les agents de l’immigration. J’ai failli rater ma correspondance tant la procédure est tatillonne et lente. Au final, lorsqu’ils ont eu tout vérifié et constaté qu’il n’y avait aucune anomalie dans mon cas, il m’ont demandé d’appliquer les doigts de mes deux mains sur leur scanner pour enregistrer mes empreintes digitales, puis ils ont pris une photo de moi avec leur web cam spéciale, et enfin, mais enfin seulement, ils ont accepté de me laisser passer.

Or, cette étape finale de recueil d’empreintes m’a laissé un sacré doute. Je me suis demandé pourquoi leur super ordinateur central ne leur apprenait pas qu’ils avaient déjà enregistré mes données biométriques il y a quelques années lors de mon arrivé à l’aéroport de New York. Est-ce à dire que, d’un aéroport à l’autre, les données ne sont pas mises en communication ? Que vont-ils faire de mes empreintes, déjà recueillies séparément dans deux archives différentes ? Plus généralement, que peuvent-ils faire de ces millions de données personnelles saisies à longueur de journée dans tous les postes-frontières des États-Unis ? Sont-ils réellement en mesure de les taiter à la demande, ce qui supposerait déjà de pouvoir les retrouver, ou bien en sont-ils réduits à les accumuler, l’important étant davantage dans le signal donné aux arrivants qu’ils sont fichés que dans l’efficacité de ce fichage ?

Je suis reparti avec mes questions, même si j’étais surtout content de ne pas avoir raté mon avion.


6 réflexions sur « L’art d’accumuler les traces »

  1. Ce genre de fichage ne sert absoluement à rien.
    Celui qui veut rentrer dans le pays sans se faire repérer y arrivera en passant autrement.
    Celui qui a de mauvaises intentions n’en a rien à faire de laisser ses empreintes, au contraire, cela servira à l’identifier comme martyr et à communiquer sur son action.
    Le trafiquant, quand à lui, benificiera de complicités internes pour s’éviter ce genres de choses.
    Le personnel des aéroports n’est que peu voir pas du tout surveillé, les accès du personnel sont de véritables passoires.
    Pire que tout, le danger n’est pas dans l’absence de pistes, mais dans l’exces de pistes. En agissant de la sorte, les autorités génèrent leur propre goulot d’étranglement, leur propre incapacité à agir si nécessaire. trop d’information tue l’information.
    En résumé, ce fichage ne sert qu’à ficher le quidam, à le bercer d’une illusion de sécurité pour qu’il continue d’acheter des billets d’avion. Accessoirement l’ensemble de ces données sont toujours utilisables, manipulables pour de mauvaises intentions, notamment à des fins publicitaires.

  2. @ Brigitte : Il doit bien y avoir un dispositif de coordination puisque, lorsque nous lui soumettons notre passeport, l’officier des services d’immigration le passe dans un scanner qui, en retour, lui déroule un écran sur lequel doivent apparaître des informations sur notre compte – elles ne sont pas visibles pour le quidam qui subit le contrôle. Toute la question est de savoir d’où sont tirées ces informations et quelle est leur ancienneté.
    Dans ce genre de situation, je n’arrive pas à démêler si je dois avant tout m’inquiéter de ne pas être repéré tout de suite par leurs services de renseignement ou m’en réjouir – car ce n’est guère plaisant de se sentir fiché de la sorte.

  3. ‘Après’ on entend un pudique ou hyper-expressif – c’est selon – ‘nous savions mais nous avons souffert d’un manque de coordination’, etc. Je crois bien que j’ai entendu cela après Boston. Un truc de management (non-)sratégique.

  4. @Sylvain Maresca : merci de ces précisions je me suis interrogé
    longuement sur le sens de cette planche et ces précisions
    m ont étaient utiles….
    : O )

  5. @ Adrien : Cette planche n’est guère réaliste : ni le ton du policier, qui est nettement moins liant dans la réalité, ni dans la procédure d’enregistrement des empreintes digitales (d’abord les quatre doigts, puis le pouce de la main droite, avant de faire pareil pour la main gauche). Mais ce ne devait pas être l’objectif premier du dessinateur.

Répondre à matt Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.