Diplopie – suite

Hier soir, à la fin d’un reportage du 19/20 de FR3 sur les destructions provoquées par la tornade qui a frappé les environs d’Oklahoma City, aux USA, sont apparues fugitivement des images d’hommes en uniforme (pompiers, militaires ?) qui dressaient sur des ruines un mat portant le drapeau américain. Plusieurs reportages depuis, à la télévision comme à la radio, ont insisté sur ce geste, collectif ou individuel, effectué par des Américains directement touchés par la catastrophe, consistant à arborer la bannière étoilée sur les vestiges des bâtiments privés ou publics pour signifier qu’eux-mêmes et leur pays s’en sortiraient.

En apercevant la séquence d’hier soir, je n’ai pu m’empêcher de penser au livre Diplopie (Paris, Le Point du jour, 2009) dans lequel Clément Chéroux s’est appliqué à passer en revue les photos de presse qui ont représenté les attentats du 11 septembre. Il y distinguait en particulier l’image, devenue emblématique, de ces pompiers hissant le drapeau américain sur les décombres des tours du World Trade Center. Et il faisait le lien avec une autre icône américaine, bien antérieure, représentant cette fois des soldats américains reprenant possession d’une île du Pacifique au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

L’épisode d’hier me semble apporter un prolongement intéressant à la réflexion de Clément Chéroux sur la récurrence des images et leur reprise d’un événement à l’autre. Car ici, avant même que l’image apparaisse sur les écrans, c’est un geste qui est refait. Est-il commandé ou spontané, je l’ignore. Ce qui compte, c’est de voir ritualisé un tel geste, comme si l’image, glorifiée par l’Histoire, entrée dans légende nationale, inspirait désormais un mode de comportement obligé en cas de désastre, qu’il s’agisse d’un attentat terroriste ou d’une catastrophe naturelle. Un comportement obligé, c’est-à-dire un rituel.

Au-delà du jeu des images, entre les images, qui a cours dans les médias et qui contribue à conformer la représentation de l’actualité à quelques poncifs récurrents, on aperçoit ici que certaines images peuvent s’ancrer dans la réalité des comportements au point d’inspirer des gestes conformes à la représentation canonique de certaines situations. Les gens font alors ce que l’imagerie espère montrer d’eux en pareil cas, selon une sorte de logique circulaire qui ne sépare plus les images de la ritualisation des pratiques.


1 réflexion sur « Diplopie – suite »

  1. Ping : Lu cette semaine (weekly) | relation, transformation, partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.