L’installation d’un film

Une exposition vient de s’ouvrir au Life de Saint-Nazaire. Intitulé Seamen’s Club, elle est l’œuvre d’un jeune cinéaste, Marc Picavez, dont nous suivons le travail avec intérêt depuis qu’il a entamé son premier film en même temps qu’il menait à bien sa maîtrise de sociologie à l’université de Nantes. Depuis lors, nous maintenons avec lui un dialogue fructueux sur les approches sociologiques et cinématographiques des réalités sociales.

Cette exposition s’intéresse aux marins qui font fonctionner les cargos, porte-containers et autres grutiers à travers le monde, toute cette flotte qui a permis à la mondialisation économique de prendre l’ampleur qu’elle a aujourd’hui, en transportant sans relâche des marchandises produites loin des lieux de leur consommation. Philippins pour beaucoup, Russes ou Africains, ces travailleurs de la mer passent des mois en mer pour un salaire qui passe pour avantageux par comparaison avec les conditions sociales qui prévalent dans leur pays d’origine, mais qui assurent aux armateurs de substantiels profits. Leur vie se cantonne au navire. De temps en temps, lorsque l’escale n’est pas réduite à quelques heures, ils peuvent descendre à terre, dans un port qui ressemble à tous les autres ports de la terre. Ils vont faire quelques emplettes dans un supermarché qui lui aussi ressemble à tous les autres et se retrouvent dans ces seamen’s clubs, ouverts à leur attention par des associations, tenus par des bénévoles, où ils peuvent accéder à des ordinateurs pour établir une connexion skipe avec leur femme, leurs enfants ou leur petite amie. Ces soutiers de la mondialisation tiennent le coup grâce au réseau mondial d’internet.

Ce beau sujet a été inspiré à Marc Picavez à l’occasion d’une résidence artistique à Saint-Nazaire où sa curiosité personnelle l’a conduit à s’intéresser à ces marins invisibles qui ne sortent pas ou peu des aires portuaires où ils ont à faire. Il en a côtoyés beaucoup dans le seamen’s club local, puis dans d’autres en France et à l’étranger. Il a pu suivre un équipage sur un navire en direction de Dakar. Il a ainsi filmé quantité de séquences conçues comme l’ébauche d’un film documentaire qu’il souhaite consacrer à ce sujet. Mais les aléas de la production ne lui ont pas encore permis de mettre en œuvre ce projet.

L’exposition produite par le Life, c’est-à-dire la ville de Saint-Nazaire, lui permet d’en donner une première formalisation artistique, à partir de son matériau cinématographique, mais agencé en fonction d’un lieu d’exposition. C’est donc un film, ou plutôt une esquisse de film, mise en forme comme une installation. Le visiteur déambule dans des espaces construits en écho aux lieux qui caractérisent la vie professionnelle et personnelle des marins ; des montages d’images plus ou moins longs lui permettent d’entrer dans leurs réalités vécues. L’ensemble produit un effet hypnotique dont il est difficile de se détacher, partagé que l’on est entre les vastes horizons de la mer et les témoignages très présents des marins qui peuplent cette évocation.

L’exposition se tient à la Base des sous-marins de Saint-Nazaire, dans l’Alvéole 14, jusqu’au 8 septembre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.