Trompe-l’oeil

Vu hier soir dans Le petit journal de Canal + un reportage surréaliste sur la façon dont les façades des maisons et des magasins des villages du comté irlandais de Fermanagh ont été rénovées, voire carrément maquillées, en prévision du sommet du G8 qui s’est ouvert hier à Enniskillen.

Capture d'écran du site de Courrier International

Ce reportage, qui reprenait les informations publiées par la presse irlandaises et traduites par Courrier international, montrait comment des photos ont été collées sur les vitrines de magasins vides, d’entrepôts désaffectés pour donner l’illusion qu’ils étaient toujours en activité et même florissants. L’efficacité de cette mascarade tient à ce que les voitures des délégations officielles ne font que traverser ces villages sans s’y arrêter.

Le plus drôle est que les photos utilisées pour maquiller ces lieux déserts ont été reprises sur internet à partir des sites de certains magasins ou restaurants situés pour les uns aux États-Unis, pour d’autres à Calgary, etc. La journaliste de Canal + vérifiait leur origine en se servant simplement de son téléphone portable.

L’artifice ridicule de cette dissimulation des difficultés économiques actuelles de la République d’Irlande me rappelle une caricature – que je n’ai malheureusement pas retrouvée – parue à l’occasion de la visite en 1849 de la reine Victoria en Irlande : de part et d’autre de la route sur laquelle avançait le cortège officiel, une chaîne continue d’hommes déployait les pans de leur redingote pour que la souveraine ne puisse rien voir de la misère criante dans laquelle vivaient les Irlandais.

Les méthodes ont changé, mais l’intention demeure la même.


9 réflexions sur « Trompe-l’oeil »

  1. Ping : Trompe-l’oeil-2 | La vie sociale des images

  2. @ TG : Merci pour cette correction.
    Si le principe semble ancien, ses modalités actuelles sont intéressantes puisque le fonds iconographique utilisé pour composer ces faux décors ne puise pas à une quelconque culture locale, mais à l’imagerie internationale d’internet. Comme s’il fallait que les dirigeants du G8 aperçoivent le même type de commerces coquets ou de restaurants rutilants qu’ils fréquentent un peu partout dans le monde. Un village-Potemkine soit, mais à la sauce occidentale mondialisée.

  3. Salut Sylvain,
    petite correction,
    le Fermanagh ne se trouve pas dans la république d’Irlande mais en Irlande du nord (Royaume-Uni … de Grande-Bretagne et d’Irlande du nord), pas les mêmes soucis,
    mais bien vu tout de même,

    T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.