Publicité Facebook

Une photo pour illustrer la publicité d’une chaîne de magasins spécialisés dans les loisirs créatifs et les produits culturels au sens large. Le client immortalise ses achats en se photographiant au moyen de son téléphone portable en compagnie du vendeur qui porte ses achats. Leur sourire forcé ressemble davantage à celui des championnes de natation synchronisée au bord de l’asphyxie qu’à celui de deux potes heureux de se retrouver.

Tout ça pour faire passer l’idée que la rentrée n’est pas le cauchemar redouté par beaucoup, mais peut se révéler un moment agréable de découvertes et de rencontres.

Le style de la photo est clairement celui des (auto-)portraits que l’on fait aujourd’hui à foison, en toute occasion, pour les publier immédiatement sur sa page Facebook. Rencontre de la photographie, du téléphone portable et des réseaux sociaux, cette imagerie devient à présent un motif publicitaire tous azimuts, repris ici au service d’un message assez banal (les avantages de la commande via internet, une sorte de « drive-in » à la mode culture). Mais peu importe puisqu’il fait jeune, dans le coup, et « fun et peps », comme on dirait sur Canal + en ces temps de rentrée.


8 réflexions sur « Publicité Facebook »

  1. Ping : Pubblicità in stile Facebook | LSDI

  2. @ Thierry : Hors sujet intéressant. C’est étonnant de constater comment ces nouvelles technologies ont résolu des problèmes sans qu’on prenne même la peine de se rendre compte qu’on ne les rencontrait plus. Je n’ai jamais été plus qu’un photographe amateur, mais avec mon réflex argentique, je savais ce que je devais faire pour augmenter la profondeur de champ. Aujourd’hui, je ne me pose plus la question car, le plus souvent, le résultat est tout de suite bon. Ce qui me dissuade d’entrer dans les réglages manuels ; le régime automatique me suffit amplement.

  3. Je vais d’ailleurs devenir un peu hors sujet, mais la conséquence de cette grande profondeur de champ liée à la dimension de la surface sensible, c’est qu’aujourd’hui le flou de profondeur de champ est de plus en plus associé esthétiquement à une prise de vue professionnelle.
    Les photographes vont acquérir des dos moyens-formats pour pouvoir mettre en évidence plus facilement des flous de profondeur de champ.
    Dans ma pratique de photographe argentique moyen-format, il m’arrivait bien entendu de jouer sur la profondeur de champ, mais le plus souvent je pestais et me donnais beaucoup de mal en utilisant les bascules de ma chambre pour arriver à étendre le plus possible le champ de netteté.

  4. Excellente question Sylvain à laquelle je suis incapable de répondre parce que je n’y avais même pas pensé. 🙂

    Bon, il y a quand même une raison technique indépendante de la stratégie des fabricants. Pour que ces appareils soient petits (et pour des raisons de coûts) il fallait utiliser de petits capteurs. Et plus la surface est réduite plus la profondeur de champ est grande.
    Donc je dirais contrainte technique qui s’est révélée hautement productive, mais à laquelle n’avait pas pensé les fabricants.

  5. @ Thierry : Ne dit-on pas que les fabricants de ces compacts numériques avaient calculé leur focale pour que la mise au point soit à peu près nette à bout de bras ? Ou bien est-ce un hasard qui s’est révélé hautement productif ? Ou bien encore est-ce à partir du moment où ils ont vu les utilisateurs s’en servir de la sorte qu’ils ont décidé d’ajuster les caractéristiques des appareils à cet usage ? A fortiori ensuite pour les téléphones portables.

  6. Et l’origine est sans doute à chercher dans l’évolution ergonomique du matériel.
    La première fois que j’ai vu des gens se livrer aux selfies, c’était avec les premiers compacts numériques. Sans volonté de publication sur les réseaux sociaux. L’appareil pouvait se tenir à bout de bras, et la visualisation de la prise de vue sur l’écran de l’appareil permettait de valider un cadrage nécessairement approximatif. La gratuité de la prise de vue permettant de la recommencer sans hésitation si nécessaire.
    Cela m’avait beaucoup surpris à l’époque, un peu comme si j’avais découvert un détournement de l’utilisation « normale » d’un appareil photo.

  7. Merci Gaby pour le lien. Ce type d’autoportrait a connu un essor spectaculaire grâce à Internet (réseaux sociaux) qui, à son tour, en fait « un sujet en soi-même » (web 2.0). Logique circulaire de la notion d’auto-représentation, avec ici Internet de bout en bout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.